L’effondrement de la production de miel en France

La production de miel a dégringolé en 2016, malgré un nombre d’apiculteurs en hausse. La faute à de mauvaises conditions météo.

Rédigé par Pauline Petit, le 12 Jun 2017, à 7 h 43 min

S’agit-il là d’une simple mauvaise année ou d’une conséquence du déclin des abeilles et du changement climatique ? Espérons qu’il ne s’agit que d’une mauvaise passe : les chiffres de FranceAgriMer montrent un effondrement de la production de miel pour 2016.

Miel : une production qui dégringole

D’après cette étude(1), la production de miel serait passée de 24.000 tonnes en 2015 à moins de 17.000 tonnes en 2016 soit un recul de 33,5 % sur un an. De façon générale, entre 2010 et 2016, on a observé une diminution du rendement moyen national de 24 %.

La cause : des conditions météorologiques défavorables

France AgriMer analyse cette baisse par “des conditions météorologiques défavorables tout au long de la saison sur l’ensemble de la France“. En effet, “les pluies printanières et les sécheresses estivales ont rendu difficile la collecte de pollen et de nectar par les abeilles“. D’autres facteurs sont en jeu, comme la surmortalité des abeilles ou la présence du frelon asiatique en Bretagne principalement.

miel

Le Sud en général, et la région Occitanie en particulier est l’endroit où l’on produit le plus de miel : presque un quart de la production nationale est réalisée dans cette seule région.

Le miel toutes fleurs est celui que l’on retrouve le plus, suivi du miel de châtaigner et de colza. La récolte de miel d’acacia a été très sensible aux conditions météorologiques en 2016 et est en net recul. La production de gelée royale française a en revanche augmenté de 17 % en un an, pour atteindre 2.870 kg.

Une production de miel qui s’effondre malgré la hausse du nombre d’apiculteurs : en 2016, on compte près de 50.000 apiculteurs, soit une hausse de 22 % en un an. 92 % sont des “petits producteurs” qui possèdent moins de 50 ruches. On compte parmi eux des apiculteurs de loisir et des agriculteurs qui possèdent des ruches en complément. Malgré ces chiffres décevants, les apiculteurs souhaitent maintenir une dynamique positive dans les années qui viennent.

Illustration bannière : miel ©Iryna Kyrychko
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. J’espère que cela alertera la population de ce que nous infligeons chaque jour à la Terre…

  2. Bizarre, vous écrivez : “la production de miel serait passée de 24.000 tonnes en 2015 à moins de 17.000 tonnes en 2016”.
    Mais sur votre même site (https://www.planetoscope.com/agriculture-alimentation/922-production-de-miel-en-france.html) : “La production de miel a chuté en France : de quelque 35.000 tonnes par an dans les années 1990, elle est passée à moins de 15.000 tonnes en 2013, puis à 9.000 t. en 2016”
    Alors du coup, peut-être a-t-elle augmenté : on peut lire 15000t en 2013 et 17000t en 2016 ???

Moi aussi je donne mon avis