Les plantes peuvent-elles dépolluer l’air intérieur ?

La qualité de l’air à l’intérieur du logement est souvent plus mauvaise que l’air extérieur. En cause, des sources de pollution plus nombreuses, un volume d’air restreint et un renouvellement d’air pas toujours optimal. Les plantes dépolluantes sont-elles aussi efficaces que l’on aimerait le croire pour purifier les pièces de son logement ?

Rédigé par Élodie Lapierre, le 26 Jan 2017, à 18 h 00 min

Plantes dépolluantes : les question les plus fréquentes

Si on a vu que les plantes à elles-seules ne peuvent complètement dépolluer l’air de la maison, les plantes peuvent être des remparts à la pollution. Et quid du CO2 ?

Par rapport à la pollution aux particules sont-elles également inefficaces ?

Concernant la pollution aux particules, les plantes et de manière générale les végétaux ont effectivement un impact positif. Revenons un peu en arrière, quand on parle de pollution, il faut distinguer trois grands types :

  • la pollution d’origine biologique : virus, bactéries, moisissures
  • la pollution chimique : tous les polluants gazeux
  • la pollution physique : ondes électromagnétiques et particules entre autres

Il a été clairement mis en évidence qu’une haie végétale, entre une voie routière et une voie pour piéton, n’avait pas d’influence sur les effluents gazeux mais qu’elle permettait de diminuer, de manière significative, l’exposition aux particules émises par le trafic. En fait, une haie végétale fonctionne comme un paravent : plus elle sera dense, épaisse et haute, plus elle formera un mur arrêtant les particules.

plantes dépolluantes

Une haie végétale contre la pollution des particules © Vasilchenko Nikita Shutterstock

Alors ne faudrait-il pas généraliser ce type de haies, pour délimiter tous les espaces piétons ?

La réponse n’est pas si simple, car il faut prendre en compte la largeur de la voie, la hauteur des immeubles et le sens des vents dominants, car sinon on risque de perturber, voire empêcher un brassage de l’air, nécessaire à la dispersion des polluants. Enfin, il faut également faire attention de choisir des espèces végétales non allergisantes.

Les plantes absorbent le CO2, n’est-ce pas un signe qu’elles dépolluent ?

Le dioxyde de carbone (CO2), n’est pas à proprement parlé un polluant. Il est émis naturellement à chaque expiration. À l’intérieur, on parle d’indice de confinement : si les concentrations en CO2 sont trop élevées, cela signifie que l’air est insuffisamment renouvelé.

Quant aux plantes, en journée elles réalisent la photosynthèse, mais la nuit, elles font tout l’inverse. Elle rejettent du CO2 et absorbent de l’oxygène (O2) : c’est la respiration des plantes. Au final, la production d’O2 et l’émission de CO2 s’équilibrent.

Alors, les plantes dépolluantes dans une chambre, c’est dangereux ?

On entend souvent dire qu’il ne faut pas dormir avec une plante verte dans sa chambre, à cause de sa capacité justement à respirer la nuit et émettre du CO2. Pas d’inquiétude, une ou deux plantes dans une chambre ne posent aucun problème. On peut d’ailleurs très bien dormir à plusieurs dans une même pièce, et respirer sans problème jusqu’au lendemain !

Les cactus peuvent-ils stopper les ondes électromagnétiques ?

Les ondes électromagnétiques et les cactus… L’histoire d’un gros malentendu !

plantes dépolluantes, cactus

Dans l’art du Feng Shui, qui consiste à favoriser la circulation d’énergie (sous-entendu vitale), en optimisant l’aménagement d’un lieu, d’un espace, les cactus ont la capacité de bloquer les flux d’énergie. Or, lorsqu’on parle de la circulation d’énergie dans la maison, on fait souvent référence de façon intuitive, aux ondes énergétiques. Alors si en Feng Shui, les cactus ont le pouvoir de bloquer les ondes d’énergie dans la maison, un raccourci entrainant l’autre, on en est arrivé à l’idée que les cactus pouvaient arrêter les ondes électromagnétiques.

Les ondes dans la tradition du Feng Shui n’ont rien à voir avec les ondes électromagnétiques, correspondant aux radiofréquences (téléphonie mobile, du wifi…). Pour ces dernières, les cactus n’ont hélas aucun effet, elles traversent même les murs puisqu’on peut très bien capter le signal des voisins.

Comment assainir l’air de mon logement de façon naturelle avec ou sans plantes dépolluantes ?

Pour améliorer la qualité de l’air intérieur, la priorité reste la prévention et la limitation des sources de pollution. Ainsi, avant de transformer son salon en jardin des plantes, il est important d’entretenir son chauffe-eau et sa chaudière, de réduire l’utilisation de produits chimiques ménagers en leur préférant des produits naturels, et surtout, aérer suffisamment et quotidiennement son logement été comme hiver.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Chargée d’études en santé environnementale et passionnée par ces enjeux, j’ai créé le site Devenir rédacteur

1 commentaire Donnez votre avis
  1. bonjour, dans les hôpitaux les fleurs et les plantes sont interdites, car ça amène des microbes et bactéries et on n’en a pas besoin.

    En plus ça amène de l’humidité, et dans les logements qui ont tendance à être humides ou qui n’ont pas de VMC. Je pense que ce sont les fleuristes qui ont lancé ça pour faire tourner leur commerce.

    Si on veut éliminer l’air pollué des maisons, il faut aérer en courant d’air et très rapidement en hiver. Lorsqu’il fait très froid, l’air chaud sort et est remplacé par de l’air froid. Si on est dans une rue où il y a de la circulation choisir un moment tranquille ou bien ouvrir en grand de l’autre côté pour les appartements traversants et ouvrir à peine de l’autre côté. On peut aussi pousser l’air des pièces donnant sur cour ou jardin avec un ventilateur vers les pièces qui donnent sur la rue.
    Une hotte aspirante à extraction peut servir de VMC intermittente ainsi que les aspirations centralisées (qui sont rares tout de même).

Moi aussi je donne mon avis