Des militants écologistes s’attaquent à la BNP Paribas

Les premiers « voleurs de chaises » seront bientôt jugés. Pour défendre ces militants, les associations écologistes mènent des actions contre les banques, accusées de pratiques illégales et de financement de projets interdits par la COP21.

Rédigé par Sybille de la Rocque, le 4 Nov 2016, à 11 h 00 min

Des militants écologistes se sont introduits dans une agence de la BNP Paribas, place de la Bourse à Paris, ce mercredi 2 novembre. Accompagnés d’une fanfare, ces derniers se sont illustrés en chantant, pour dénoncer les pratiques illégales des banques.

BNP-Paribas et les banques : bouc-émissaires des associations écologistes

Entre fraude fiscale et financement illégal des usines de charbon, les banques sont devenues le bouc émissaire de plusieurs association écologistes et altermondialistes, à l’heure où s’ouvre le premier procès d’un « faucheur de chaises ».

Cette expression fait référence à l’opération lancée un mois avant le lancement de la COP21, à Paris. Le 6 décembre 2015, à Montreuil, plusieurs militants écologistes avaient mené une quarantaine d’opérations dans des agences bancaires, pour y voler 196 chaises qui ont permis l’organisation d’un sommet citoyen.

BNP- Iles Caïmans – Évasion fiscale from fokus 21 on Vimeo.

Le premier procès d’un « faucheur de chaises » s’ouvre à Dax

« C’est la première fois qu’un ‘faucheur de chaises’ sera jugé, le 9 janvier 2017 à Dax [Landes], mais c’est injuste, c’est l’évasion fiscale en bande organisée qu’il faut sanctionner », a déclaré Jessica Zeganadin, d’Action non violente (ANV)-COP21, pour Le Monde. Pour attirer l’attention sur cet événement, les associations appellent donc à la mobilisation et elles encouragent tous les volontaires à faire le siège des banques, notamment les 9 et 10 décembre prochain.

Les organisations veulent également condamner l’évasion fiscale dirigée par les banques et qui représente « 60 à 80 milliards d’euros qui manquent au budget de l’État et qui permettraient de financer largement la rénovation thermique des bâtiments et donc de lutter contre la précarité énergétique, mais aussi de construire des écoles, des crèches », a expliqué Charles-Adrien Louis, des Amis de la Terre pour le quotidien.

Dans le même temps, l’ONG vient de publier un rapport dans lequel elle pointe les activités de BNP-Paribas en Pologne, où elle financerait de l’extraction de charbon, alors même que les engagements pris lors de la COP21 s’y opposent.

Illustration bannière : Les faucheurs de chaises devant une banque – © Young FoEE (CC BY-SA 2.0) Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis