Des médecins refusent de soigner les plus pauvres

Les médecins ont manifesté leur refus de prendre en charge les patients les plus pauvres.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 30 Jan 2017, à 9 h 46 min

Plusieurs associations ont saisi le Défenseur des droits, afin de contraindre ces praticiens à respecter la loi. Certains médecins font même figurer leur refus de soigner les plus pauvres sur des sites de rendez-vous, une action qui scandalise les associations d’aide aux personnes les plus fragiles.

Refus de prise en charge des patients pauvres : les associations révoltées

Plusieurs associations ont révélé que certains médecins refusaient de soigner des patients bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU) et de l’Aide médicale de l’État (AME). Ces dernières, scandalisées, ont donc pris la décision de saisir le Défenseur des droits. Les refus sont mentionnés sur les sites de rendez-vous, sur lesquels on peut lire « pas de CMU » ou encore « pas d’AME ».

Au total, une quarantaine d’associations se sont regroupées afin de saisir le Défenseur des droits, dont Médecins du monde, la Fédération des acteurs de la solidarité (Fnars) et le Collectif interassociatif sur la santé (CISS). Les pratiques de ces médecins refusant de prendre en charge les patients les plus pauvres vont pourtant clairement à l’encontre du serment d’Hippocrate que prête chaque médecin avant d’exercer : « Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire ».

medecin-pauvres-soin

L’ordre des médecins promet des sanctions

Le rejet de la CMU s’explique notamment par le décalage existant lors du règlement de la consultation. En effet, dans ce cas, le médecin doit avancer les frais en attendant le remboursement de la part de la Sécurité sociale. Ce délai peut s’allonger lorsque le patient n’apporte pas les documents nécessaires, ou si sa carte Vitale n’est pas mise à jour.

Le Conseil national de l’ordre des médecins a réagi à ce refus et a promis « des poursuites disciplinaires » envers ces praticiens. André Deseur, le vice-président, rappelle dans le journal Le Monde que « ces pratiques ne sont pas tolérables. Si elles sont avérées, des poursuites disciplinaires seront engagées ». Pour rappel, les patients bénéficiaires de l’AME et de la CMU ont la possibilité de signaler ce « refus de soin » en vertu de l’art. L.1110-3 du Code la santé publique.

Illustration bannière © Stasique – Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




11 commentaires Donnez votre avis
  1. En fait, on peut voir que même quand on sort de l’argent, on peu quand même tombé sur des médecins qui se foute royalement de leur patients. Le problème vient d’une part, que lors de leurs études on les fait travailler en même temps, ce qui évidement affecte largement leur qualité humaine et scientifique, et d’autre part leur trop grande proximiter avec les laboratoires pharmaceutique.

  2. moi aussi. J’ai la CMU-C jusqu’à l’été 2016, étant au chômage lorsqu’on me la octroyé pour une durée d’un an.

    Travaillant maintenant dans une grande entreprise publique, je suis allé consulté mon ORL, le Dr Callabe à Tours Centre en Indre et Loire, qui lorsqu’il a vu que j’avais la CMU-C sur la carte vitale, m’a regardé les oreilles durant 3 minutes, ne m’a pas fait d’audiogramme, étant pourtant atteint de malentendance, appareillé et dont le handicap est reconnu ; expédiant la consultation en moins de 5 minutes.

    Les spécialistes sont davantage préoccupés par l’argent, que
    par le serment d’hypocrate, réduit à un vœu pieu…

  3. Tant de haine ! Savez-vous seulement ce que c’est que d’être dans une mauvaise passe (quand on a droit à la CMU c’est qu’on gagne une misère) !
    ça peut arriver à n’importe qui !

  4. Et ils ont BIEN RAISON. Cette “prise en charge” sur leurs deniers (et pourquoi je vous prie) signifierait l’invasion.

    • Xénophobie ou racisme primaire.
      Autant afficher sa carte de parti.
      De plus, un médecin qui attends d’être payé de sa consultation est tout de même payé.
      Et quand bien même, ne pas être payé n’est pas une dépense, mais un absence de recette (non imposable) , ce qui est totalement différent.
      Quelle part de malade en concernée?
      Le mot solidarité ne serait donc plus partie de votre vocabulaire?

  5. Qu’ils refusent l’AME bravo ! L’AME est un scandale. Des gens qui n’ont même pas le droit d’être en France et se font soigner avec les soins payés par les Français, faut pas déconner quand même.

    Les bénéficiaires de l’AME vont chez le médecin pour le moindre bobo. Dès qu’un truc les grattes ou les démanges, ils vont chez le médecin pour se faire prescrire de la vitamine, ou de l’aspirine. On rase gratos les parasites !

    La CMU c’est un autre problème puisque ceux qui en bénéficient sont Français. Mais on doit tomber je suppose dans le même travers. Puisque c’est gratuit, allons-y gaiement.

    Ça devrait être gratuit, mais exclusivement à l’hôpital par exemple et les médicaments distribués par l’Hôpital. Les obligeants ainsi à se déplacer spécialement pour ça.

  6. Bonjour
    Le problème c’est de faire la différence entre les médecins qui travaillent correctement mais qui en ont assez de ne pas être payés en temps et en heure pour raison de lenteur administrative ou de négligence ou manque d’information des patients, et les privilégiés qui ne veulent pas voir riches et pauvres se mélanger dans leur salle d’attente. Ceux là sont évidemment à blâmer et l’Ordre n’est pas toujours pressé de le faire.
    Il y a des spécialistes qui gagnent effectivement 10 000€+ par mois, et des jeunes généralistes qui galèrent dans des banlieues pauvres ou des campagnes à moins de 3500€ par mois pour 60heures/semaine après 8 ans d’études. C’est le cliché habituel, mais certains spécialistes galèrent et certains généralistes sont très à l’aise.
    Evidemment la situation est différente entre La Courneuve et Neuilly ou entre la Lozère et les Alpes Maritimes..
    Conclusion, ayons une vie saine pour éviter le recours au toubib !

  7. Arrêtez! Ces médecins sont les chou-chous de l’Ordre des médecins! Alors que ceux qui préconisent des soins peu chers comme l’usage des plantes, la prévention, les vaccins et traitements moins chers et qui refusent d’engraisser les laboratoires pharmaceutiques, sont attaqués par l’Ordre des médecins! Ils son exclus et dénoncés comme de mauvais médecins. On arrivera à une médecine parallèle, pour pallier le dévoiement de notre médecine “officielle”.

  8. Combien d’autres personnes travaillant avec des salaires de misère qui ne peuvent plus se soigner à cause des dépassements d’honoraires ( généralistes,dentistes,ophtalmo,psy…..), Il est vrai que nos médecins sont peu payés .Ainsi mon ex toubib faisant aussi l’ostéopathe dépasse seulement 10.000 € par mois ,sans compter les cadeaux des labos et les voyages pour “études” payés les labos.Pour vivre vieux et en bonne santé il vaut mieux voir le moins possible ces charlatans qui nous font consommer des médicaments inefficaces,voir dangereux tout en le sachant .

  9. Bonjour,

    Je confirme, j’ai une couverture ACS et mon médecin ne me donne plus de rendez-vous depuis que je l’ai. Triste réalité et grosse déception.

Moi aussi je donne mon avis