Projet fou de Boyan Slat : et si dépolluer les océans en 5 ans était possible ?

Rédigé par Eva Souto, le 11 Mar 2014, à 10 h 38 min

Le plastique, une pollution néfaste et dévastatrice pour l’écosystème aquatique

On trouve régulièrement des baleines à bosse et des cachalots, échoués sur les côtes.

Dans leurs estomacs ? Des dizaines de kilos de matières plastiques obstruant leurs organes.

OiseauSelon les estimations, une centaine de millions d’oiseaux marins mouraient dans les mêmes conditions. Notamment les albatros qui confondent les bouchons de plastique avec de la nourriture.

fleche-suiteLes poissons consomment eux aussi des micro-débris. Ces derniers transportent des polluants tels que le PCB (Polychlorobiphényle) et le DDT (Dichlorodiphényltrichloroéthane), qui se retrouvent ensuite dans nos assiettes.

On estime qu’à ces profondeurs océaniques intermédiaires, les poissons ingèrent  de 12.000 à 24.000 tonnes de plastique par an ! Même les mollusques, comme les moules, sont envahis par le plastique

Un problème qui devient chronique : on a estimé qu’il faudrait 79.000 ans pour nettoyer les mers avec les techniques à disposition, telles que les chalutiers équipés de filets.

Des conséquences qui ont un coût financier

Chaque année, les déchets plastiques causent des dégâts. On estime leurs coûts à hauteur d’un milliard de dollars sur les navires américains. Et les conséquences économiques sont nombreuses. Notamment pour le tourisme lorsque les plages sont endommagées.

Une dépollution qui pourrait s’avérer rentable

argent dépolluer les océans La récupération des déchets pourrait amortir la construction du bateau proposé par Boyan Slat.

En effet, le recyclage des matières plastiques récupérées peuvent à elles seules rapporter 500 millions de dollars.

Dans l’optique de développer au plus vite le projet, The Ocean Cleanup Foundation lancera bientôt une campagne de crowfunding pour financer son action.

A ce jour, le projet sur lequel planchent à présent 50 ingénieurs, n’en est qu’à un quart de son étude de faisabilité. Si sa réalisation était effective, les bénéfices pour la faune et la flore océanique, ainsi que pour nous qui sommes au bout de la chaîne alimentaire, pourraient être exceptionnels.

Alors, peut-on espérer dans un futur proche se baigner dans des mers dépolluées, exemptes de déchets plastiques ? L’avenir nous le dira.

Même si le projet de Boyan Slat se concrétise, le travail de prévention et de réduction de la production de plastique doit continuer à se poursuivre en parallèle.

Vous voulez savoir où en est le projet Ocean Cleanup ?

*
Je réagis

Lisez aussi sur les microplastiques et la pollution des eaux :

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Bravo, c’est bien que ces ingénieurs travaillent à la faisabilité de ce projet; lors de la COP21, il aurait aussi pu être décidé de mettre des bateaux pour traiter le 8ième continent puisque les déchets y sont concentrés mais continuent d’être digérés par la nature.
    Continuons à trier et développer le tri sélectif de nos déchets, même et surtout les marins doivent donner l’exemple.

  2. bravo,
    je trouve qu’il faudrait aussi qu’on attaque le mal à sa source. Si les industries ne se sentent pas concernées, c’est aussi parce que les politiques ne prennent pas de mesures contraignantes ou incitatives. Donc à eux d’agir !

  3. Je trouve ce jeune homme absolument remarquable, son idée est à la fois ingénieuse et formidable, j espère que les  » maîtres du mondes » lui permettront de réaliser ce projet prodigieux car aujourd hui tout est question de fric et de rentabilité même face à l extinction de l humanité. Moi je dis BRAVO!!!

  4. Félicitation , il existe sur cette terre des petits génies interréssé a autre chose qu’à l’argent et leur nombril. et comme dit une autre message le colibri a fait sa part , moi la mienne , à été depuis plusieurs années déjà de réduire au maximun de mes possibilitées mon impact sur l’environnement ; mais votre idée pourra me permettre peut-être d’aller encore plus loin en soutenant financièrement votre projet. J’ai hâte de savoir où et comment je peux participer et vous soutenir

  5. Récemment, la presse a fait état de la découverte d’un espèce d’hormone ou de bactérie qui se nourrit de plastique…On y voyait une solution pour éliminer cette s…ie…
    Je suis surpris de voir que cet article n’évoque aucun moyen de se débarrasser des déchets récoltés, où les mettra-t-on ?

  6. AHHHH…la jeunesse est si brillante . Quand une solution nait dans la tête de quelqu’un, ça devient réalité. Il faut y croire.L’homme fait beaucoup d’erreurs mais il peut TOUT réparer. Être acculé au pied du mur , ça nous force à chercher des solutions. On doit croire en l’humain et arrêter d’être alarmiste. Oui, on va finir par la respecter cette Mère Terre et tout se qui vit dedans et dessus…..

  7. Félicitations à ce jeune homme de 19 ans pour son intérêt envers notre planète. Cela semble une idée brillante. Espérons que la mise en pratique se révèle à la hauteur de nos espoirs. Cela fait des années que des cris d’alarme sont lancés pour stopper cette catastrophe écologique. Nous récoltons malheureusement ce que nous avons semés. Il faut agir aussi bien pour stopper le supplice et le massacre des animaux victimes de ce fléau mais aussi pour assurer l’avenir de nos enfants. Plus que jamais il faut forcer la prise de conscience et accentuer les actions de prévention. Merci d’avance à Boyan Slat.

  8. je trouve l’idée génial mais a quand cela va etre possible .faudrais le faire hier et pas juste en parler …..je suis certaine que cela va fonctionner…….bravo

Moi aussi je donne mon avis