Déforestation : un terrain de foot perdu chaque seconde en 2017

L’année 2017 aurait été la seconde plus dévastatrice de l’histoire contemporaine (après 2016) pour les forêts tropicales. Au total, environ 294.000 km² ont disparu en 2017, soit l’équivalent d’un terrain de foot perdu chaque seconde. Des chiffres qui ont quasiment doublé en quinze ans.

Rédigé par MEWJ79, le 28 Jun 2018, à 10 h 10 min

Plusieurs études dressent un triste classement des pays les plus concernés par la déforestation, où l’on retrouve, largement en tête, le Brésil, qui a vu plus de 4,5 millions d’hectares de ses forêts disparaître en 2017.

Déforestation : le rythme s’accélère

Le constat est alarmant : la déforestation progresse à un rythme extrêmement rapide. Le Brésil, la République démocratique du Congo, l’Indonésie, Madagascar et la Malaisie ont subi les pertes les plus importantes de 2017, selon un rapport publié par l’Institut d’hydrologie, de météorologie et d’études environnementales (Ideam). La perte des surfaces arborées, principalement dans les tropiques, a ainsi atteint 294.000 km² en 2017, soit l’équivalent d’un terrain de foot perdu chaque seconde. Le Brésil à lui seul a perdu 45.000 km² de couverture forestière, en baisse de 16 % par rapport à un record en 2016.

En effet, en 2016 déjà, WWF tirait la sonnette d’alarme quant à la déforestation en Amazonie. L’association publiait un rapport intitulé Living Amazon Report 2016, dans lequel elle révélait avoir identifié dans ce pays 31 « fronts de déforestation » qui mettent en péril le bon état de la forêt dans son ensemble. Et WWF pointait du doigt toutes les activités, qu’elles soient agricoles ou d’élevage, qui constituent la première cause de la déforestation. Ces dernières s’expliquent par la recherche de profits des pays de la région et du reste du monde.

En Amazonie, la déforestation aurait doublé en un an

Et l’inquiétude grandit sur la situation de la Colombie qui est, après le Brésil, le second pays de la planète en terme de biodiversité. Ses forêts recouvrent plus de la moitié du territoire, et abritent pas moins de 10 % des espèces de la flore et de la faune connues. En 2017, le pays a ainsi perdu 2.200 km² de forêts, soit l’équivalent de la superficie du Luxembourg. Selon le rapport publié par l’Ideam, le phénomène concerne surtout la partie amazonienne du pays, où la déforestation aurait doublé en seulement un an.

L’agriculture responsable d’une grande partie de la déforestation © Dr Morley Read

En France, Nicolas Hulot avait promis en juillet 2017, lors de la présentation de son Plan climat, de « mettre un frein définitif à la déforestation importée ». Il visait en particulier l’huile de palme et le soja. Avec quelques mois de retard, le gouvernement va entériner la Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI) début juillet, selon le JDD. La SNDI « mettra en oeuvre des actions visant à mettre fin en 2030 à l’importation de produits forestiers ou agricoles non durables contribuant à la déforestation ». Le texte indique aussi que la France « soutient l’élaboration d’ici 2020 d’un plan d’action européen ».

Illustration bannière : Déforestation en Guyane – © kakteen
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Ce n’est vraiment pas mon choix de vivre dans un désert !

Moi aussi je donne mon avis