Le palmarès du Deauville GreenAwards Festival 2019

Jeudi 13 juin dernier à Deauville, l’excellence en matière de communication et d’audiovisuel green a été récompensée par de nombreux prix. Découvrons les gagnants du prestigieux ‘Deauville Green Awards’ et quelques extraits de leurs films !

Rédigé par Séverine Bascot, le 17 Jun 2019, à 13 h 00 min

Avec un record de 420 films du monde entier en compétition et presqu’autant de professionnels venus sur place, la 8e édition des Deauville Green Awards a offert un programme riche et varié. Les Green Awards récompensent chaque année les meilleures productions audiovisuelles liées au développement durable, et le succès de cette édition est preuve qu’une réelle prise de conscience s’opère dans la profession !

Le meilleur de l’audiovisuel responsable mondial récompensé à Deauville !

Organisé depuis 2012, ce festival vise à valoriser les films institutionnels, spots et documentaires autour du développement durable et des éco-innovations, afin de sensibiliser tous les acteurs à ces sujets vitaux. La navigatrice Isabelle Autissier, présidente de WWF France, a été choisie pour marraine de cette nouvelle édition dont le thème central était la protection du vivant.

La villa Le Cercle où a eu lieu le festival © Séverine Bascot

3 Grands Prix ont été remis lors d’une cérémonie ainsi que des Green Awards d’Or et d’Argent dans les 3 compétitions (Spot pour les messages de sensibilisation de moins d’une minute, Info pour les films d’information et les médias audiovisuels des collectivités, entreprises et ONGs d’une durée de 1 à 25 minutes, et Docu pour les documentaires, programmes TV et webdocs de plus de 25 minutes) et les 14 catégories thématiques et des Prix spéciaux.

Et les jurés ont eu du travail avec 420 films répartis dans 3 compétitions et 14 catégories thématiques (Lutte et adaptation au changement climatique ; préservation de la biodiversité ; transition énergétique ; agriculture et sylviculture durables ; habitat, bâtiments et urbanisme ; transport et éco-mobilité ; éco-tourisme et voyages responsables ; production durable et économie circulaire ; consommation durable et éco-labels ; qualité de vie ; organisations et responsabilité sociale ; handicap, diversité, solidarité ; innovations et sauts technologiques ; transition démographique) !

Les gagnants des 3 Grands Prix

Ont reçu la plus haute récompense dans chaque catégorie :

Spot – Aucune femme ne mérite de vivre dans la peur – Catégorie « Organisations et responsabilité sociale »

Produit et réalisé par Pascal Couvry de l’agence Madame Bovary pour l’association Une femme Un toit.

Cette campagne a été diffusée en novembre 2018, à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.

Info – La Station Service – Catégorie « Transition énergétique »

Produit par Andrea Vistoli et réalisé par Les Parasites pour Canal +.

 

Une série sur les jours qui suivent l’effondrement dans une station service, à retrouver sur la chaine privée dès cet automne.

Docu – Rhino Dollars – Catégorie « Préservation de la biodiversité »

Réalisé par Olivia Mokiejewski et produit par TV Presse Productions pour Arte France.

Le récit passionnant d’une investigation de 2 ans dans les rouages de ce business mondial qu’est le trafic de produits issus du rhinocéros.

Nos coups de coeur au Deauville Green Awards

Cyril Dion et Laure Noualhat ont reçu le Prix Spécial du Deauville Green Awards avec Après-demain, un retour sur les initiatives présentées dans le premier documentaire Demain qui avait connu un très grand succès il y a 2 ans !

Catégorie « Adaptation au changement climatique »

Dans cette catégorie qui nous touche particulièrement chez consoGlobe, on remarquera plusieurs oeuvres très intéressantes dont Dulce, de Guille Isa & Angello Faccini (voir plus bas) qui a obtenu le  Prix spécial du Ministère de la Culture et de la Communication Culture et développent durable, ainsi que Queen Without Land du réalisateur norvégien Asgeir Helgestad qui suit Frost, une femelle ours polaire et ses deux oursons devant faire face aux changements de leur habitat du fait du réchauffement climatique !

Dulce (espagnol sous-titré anglais)

Autre coup de coeur pour The Condor and the Eagle de Sophie et Clément Guerra qui raconte l’aventure transcontinentale (du Canada à l’Amazonie) de 4 femmes autochtones influentes dans le but d’unir les peuples d’Amérique du Nord et du Sud et de renforcer la lutte pour la justice climatique !

Catégorie « Préservation de la biodiversité »

Beaucoup d’images et d’histoires magnifiques dans cette catégorie dont Rhino Dollars qui ont l’a vu plus haut a remporté un Grand Prix, mais aussi Forêts labellisées, arbres protégés ? de Manfred Ladwig et Thomas Reutter qui a reçu un Trophée d’Or dans cette catégorie.

On a aussi adoré The Elephant Whisperer de Gesa Koch-Weser, La Rivière de Robert Luquès, Hubert Reeves, La Terre vue du Coeur de Iolande Cadrin-Rossignol, tous trois Trophées d’Argent, ainsi que le splendide Sex, Lies and Butterflies de Ann Johnson Prum qui s’est vu attribué le Prix Spécial du Jury.

On a aussi aimé…

Dans la catégorie « Consommation durable et éco-labels » : Il n’en peut plus des écolos ! une caméra cachée drôle et percutante sur les mentalités d’aujourd’hui !

Dans la catégorie « Santé et cadre de  vie » : Déchets électroniques le grand détournement une enquête effrayante menée par Coraline Salvoch et Alain Pirot sur le trafic des déchets électroménagers et électroniques, et les dangers que ce business lucratif pour certains met en danger la vie des autres ! Toujous dans la même catégorie et aussi récompensés d’un Trophée d’Argent, Népal les déchets de l’infortune de  Christine Oberdorff et My Trash, Your Trash, Our Trash de l’Allemand Wolfgang Blöhm !

Dans la catégorie « Habitat, bâtiments et urbanisme » : Puy Saint André, l’écolo-village de François Demerliac, un témoignage inspirant sur un village qui produit déjà sa propre énergie, tandis que Watt If d’Olivier Sabatier, met à l’honneur 6 pionniers du monde entier qui réinventent la manière dont l’énergie est produite ou consommée avec des solutions pour des énergies plus vertes et accessibles à tous.

Enfin dans la catégorie « Transition démographique et dépendance », le fabuleux film La mémoire qui flanche de Eric de Chazournes sur la maladie d’Alzheimer a réussi à nous faire passer des rires aux larmes, plusieurs fois en moins de 45 minutes !

Illustration bannière : Les lauréats des Deauville Green Awards 2019 – © Séverine Bascot
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis