Covid-19 : la dangerosité de l’ibuprofène est-elle prouvée ?

Finalement, l’ibuprofène ne serait pas si dangereux et n’aggraverait pas les symptômes des patients atteints du Covid-19.

Rédigé par Audrey Lallement, le 6 Nov 2020, à 10 h 45 min

Accusé en mars 2020 d’aggraver les symptômes du Covid-19, l’ibuprofène voit finalement son retour en grâce. Selon plusieurs études, il n’y a pas lieu d’alerter sur cet anti-inflammatoire

Un anti-inflammatoire qui aggrave les symptômes du Covid-19 ?

La communauté scientifique semble encore un peu patauger concernant le Sars-Cov-2. Alors que de nouveaux symptômes du Covid-19 sont encore découverts, des médicaments, fortement déconseillés il y a quelques mois, ne sont finalement plus soupçonnés d’être dangereux. C’est le cas des AINS, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens, comme l’ibuprofène, plus connu en France sous le nom d’Advil ou Nurofen.

En mars 2020, la Directions générale de la santé avait publié un avertissement qui indiquait que l’ibuprofène ne devait pas être prescrit aux patients atteints du Covid-19 car il aggravait les symptômes au lieu de les améliorer. Cet anti-inflammatoire, donné pour faire baisser la fièvre du patient, était en effet accusé de diminuer la réponse de son système immunitaire. Il a alors été conseillé d’utiliser du paracétamol à la place.

 « Il n’y a aucune raison de ne pas utiliser d’AINS »

Covid-19 : l’ibuprofène est à utiliser avec prudence – © SpeedKingz

Selon Nicholas Moore, directeur général de la plateforme Bordeaux Pharmaco-Epidémiologie, depuis le mois de mars, « une bonne dizaine d’études ont été faites. Est-ce que les AINS augmentent le risque d’attraper le Covid-19 ? Non. Est-ce que quand on est positif, on a davantage de risques d’avoir une forme grave ? On a neuf études qui montrent qu’il n’y a pas de risque supplémentaire de décès, » rapporte 20 Minutes. Conclusion, « il n’y a aucune raison de ne pas utiliser d’AINS » pour soigner le Covid-19.

Cette vigilance sur l’ibuprofène est d’ailleurs une exception française puisque les autres pays n’ont pas alerté sur son utilisation contre le coronavirus. D’ailleurs, en mai 2020, l’OMS avait ajouté l’ibuprofène dans ses recommandations pour traiter la fièvre et les douleurs liées au Covid-19. Les ventes de ce médicament qui avaient chuté de 80 % en mars et en avril 2020, devraient donc repartir à la hausse.

Illustration bannière : Covid-19 : l’ibuprofène est-il dangereux ? © fizkes
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis