Un coupe-faim pour moustiques, future protection contre les piqûres ?

Les moustiques femelles, en recherche constante de sang pour produire leurs oeufs, sont responsables de la propagation de certains virus comme la dengue, la fièvre jaune ou Zika. Une étude récente démontre qu’un médicament diététique pourrait leur couper la faim, et donc le besoin de piquer.

Rédigé par Anne-Flore Renard, le 11 Feb 2019, à 11 h 40 min

En limitant la faim des insectes, les scientifiques espèrent ainsi diminuer la propagation des maladies transmissibles par les piqûres de moustiques.

La méthode de la diète pour limiter les piqûres de moustiques

Dévoilée le 7 février dans le journal Cell, l’étude a observé qu’un moustique femelle rassasiée ne piquait plus après plusieurs jours(1). Sur ce constat, les chercheurs se sont demandés si un médicament pouvait limiter leur faim et les empêcher ainsi de piquer.

« Sur un coup de tête nous avons pensé : allons-y faisons l’expérience la plus folle possible, obtenons des médicaments pour l’alimentation humaine et voyons s’ils agissent contre les moustiques. C’était surprenant que cela ait si bien fonctionné », explique la chercheuse Leslie Vosshall de l’Université Rockefeller, rapporté dans Technologie Media(2).

Les chercheurs ont testé des médicaments destinés aux humains en laboratoire © Tonhom1009

Un médicament diététique coupe-faim efficace

Pour calmer le besoin de sang des moustiques, les scientifiques ont ainsi mélangé une solution contenant des récepteurs du neuropeptide Y (NPY) et la molécule ATP. Après l’avoir administrée aux moustiques femelles Aedes aegypti, ils ont remarqué leur perte d’appétit. Mis en présence de bras humains nus ou de bas de nylon récemment porté, les moustiques se sont montrés indifférents.

Ce serait notamment la protéine de type NPY 7 (NPYLR7) qui serait responsable de cet effet coupe-faim.

Lire aussi : 5 huiles essentielles indispensables pour faire fuir les moustiques

Si l’utilisation d’un médicament diététique pour les humains semble écartée, potentiellement dangereux pour la santé et l’environnement, l’équipe semble privilégier l’hypothèse d’une mangeoire pour que les insectes boivent cette solution. Pour les chercheurs, cette technique de la diète présente l’avantage de préserver l’écosystème en limitant la prolifération de moustiques sans pour autant les éradiquer.

A lire aussi :
Illustration bannière : Moustique piquant une peau – © franck60
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai d'abord travaillé chez Total en communication/relations publiques puis je suis partie 2 ans en Inde. J'ai été professeur à l'école internationale...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Il y a une erreur aèdes aegyptie ne transmet pas le zika ni le chikungunia c’est le fait d’albopictus, tandisque qu’aegyptie est vecteur de la dengue 2 moustiques aux mœurs différents

Moi aussi je donne mon avis