Coronavirus : adopter les bons gestes en cas de contrôle routier

Présenter sa dérogation depuis la fenêtre de son véhicule, baisser la vitre de quelques centimètres pour s’adresser aux forces de l’ordre… Voici entre autres les conseils de la gendarmerie à appliquer pendant le confinement.

Rédigé par Audrey Lallement, le 31 Mar 2020, à 11 h 05 min

Même lorsque l’on est en voiture, il ne faut pas oublier les gestes barrière. Limiter les contacts, même lors d’un contrôle routier, est essentiel pour éviter la propagation du COVID-19.

Les conseils de la gendarmerie

Pendant le confinement, les déplacements en voiture sont autorisés pour se rendre au travail ou faire ses courses quand il n’y a pas de supermarché près de son domicile. Sur la route, il est probable que des gendarmes vous demandent de vous arrêter afin de vérifier que vous êtes en règle et que vous avez la fameuse attestation vous autorisant à sortir. Une situation qui ne doit pas faire oublier les gestes barrières essentiels à la lutte contre le coronavirus.

Pour éviter aux agents et aux conducteurs une éventuelle contamination du COVID-19, la gendarmerie des Alpes-Maritimes a rappelé plusieurs précautions. En cas de contrôle, elle conseille d’éviter les contacts et préconise aux conducteurs de rester dans leur véhicule -sauf si les forces de l’ordre leur demande expressément de sortir du véhicule. Les conducteurs sont invités à baisser leur fenêtre de 5 cm pour pouvoir parler et à présenter leur attestation de déplacement ainsi que leur pièce d’identité à travers la vitre.

Les recommandations de la sécurité routière

Pendant le confinement, la Sécurité routière a aussi donné des conseils aux conducteurs : emporter sa dérogation signée et datée avec la mention de l’horaire, respecter la vitesse indiquée par les panneaux même si l’on est seul sur la route, faciliter le déplacement des véhicules prioritaires, faire attention aux usagers vulnérables (piétons, vélos et deux-roues motorisés), respecter le Code de la route et ainsi éviter les accidents « c’est permettre aux hôpitaux de mieux prendre en charge les malades du COVID-19 ».


Dernier point, en cas de violation des mesures de confinements, le contrevenant s’expose à une amende de 135€. En cas de récidive il devra payer 200€ d’amende majorée à 450€. S’il est verbalisé à plus de trois reprises dans un délai de trente jours, il devra payer une amende de 3.750 € et sera passible de 6 mois d’emprisonnement.

Illustration bannière : les contrôles routiers ont été renforcés © Frederic Legrand – COMEO Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis