Copenhague, la ville à visiter pour voir l’avenir en mode durable

Rédigé par Paul Boucher, le 8 Feb 2016, à 17 h 09 min

Une « infrastructure verte » pour empêcher les inondations

En 2011, un orage sévère a causé plus de 900 millions d’euros de dégâts à Copenhague. La capitale danoise s’attend à voir une augmentation d’orages et de pluies importantes dans les années à venir.

Pour y faire face, elle agit sur le « bleu » et sur le « vert ». C’est-à-dire qu’elle construit d’une part des collecteurs d’eau, et d’autre part des parcs et autres réserves naturelles, à travers la ville, afin d’absorber l’eau, de la stocker et de la transporter vers des zones non-inondées en cas de très fortes précipitations. Un seul parc de ce type peut contenir jusqu’à 40.000 m3 d’eau pendant un orage.

Ces espaces verts sont aussi une arme contre l’augmentation des températures en ville, en créant de l’ombre et en améliorant la circulation de l’air. Ce qui permet aussi de diminuer l’énergie utilisée pour refroidir les bâtiments.

Et, effet non négligeable pour les urbanistes, ces infrastructures constituent des zones de récréation et de détente pour les habitants, contribuant ainsi à améliorer la qualité de la vie et donc à augmenter la valeur de l’immobilier urbain.

Copenhague parcs 2

©Sustainia

Créer des quartiers éco-résilients

A Copenhague on a compris que construire toujours plus de « dur » n’était pas la bonne solution pour les changements climatiques qui nous attendent. Il vaut mieux, par exemple, augmenter le nombre d’espaces verts que de construire toujours plus d’égouts.

En cas d’orage, le réseau de parcs et de rues bordées d’arbres retiendront l’eau. Un système de tuyaux permettra de capter l’eau des toits et de l’amener vers des jardins locaux. On pourra ainsi gérer 30 % de l’eau de pluie, sans avoir recours aux égouts. On vise à verdir de cette façon 50 000 m2 d’espace urbain, c’est-à-dire 20 % de la surface de la ville.

Plus de 10 000 habitants ont participé à 170 projets citoyens pour verdir leur capitale. Ainsi, certains quartiers ont été entièrement repensés selon les critères de durabilité.  C’est le choix qui a été fait pour le quartier d’Østerbro, autrefois peu prisé des habitants. On y a énoncé des objectifs ambitieux, comme une diminution de 60 % du poids des déchets non triés.

Copenhague parcs

©Sustainia

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Professeur d’université à la retraite, Paul aime observer le monde moderne et ses évolutions. Il s’intéresse tout particulièrement à l’économie...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Bonjour
    Copenhague est l’une des villes montrées dans le film « Demain », le mieux est d’aller le voir d’urgence.
    Il y a là-bas un vrai esprit vert au bon sens du terme, pas du tout ayatollah, simplement les gens ont compris qu’il est plus agréable d’avoir quelques gestes civiques très simples comme éviter d’accumuler les emballages, trier les déchets, rouler à vélo ou en tram, économiser l’énergie etc. pour vivre dans un lieu propre et sain.
    Certes tout n’est pas parfait, mais on voit vraiment la différence. Les gens sont solidaires – au moins sur ce sujet – et fiers de participer à un enjeu planétaire en même temps qu’ils font des économies.
    Réduire de 80% son budget chauffage+bagnole, ça permet d’aller boire de la bonne bière, acheter des objets design pour la maison, ou d’autres denrées à Christiania..
    Une recommandation : si vous êtes piéton, ne marchez pas sur les pistes cyclables ! Les rappels à l’ordre sont virulents ! La vitesse moyenne des vélos tourne autour de 20-25kmh qu’il pleuve ou qu’il vente.

Moi aussi je donne mon avis