Mon défi COP21 #18 : partager sa voiture

Rédigé par Stephen Boucher, le 13 Nov 2015, à 10 h 06 min

Quand on pense au fait qu’une voiture coûte environ 5.000 à 6.000 euros par an et reste immobile 95 % de son existence, partager sa voiture paraît évident, surtout pour les familles qui en possèdent deux.  Partager son véhicule permet en effet de diviser par deux sa consommation de carburant et donc, de façon proportionnelle, son impact sur les changements climatiques. Plus on augmente le nombre de passagers, plus l’efficacité énergétique du véhicule croît et plus le coût par passager décroît. Il est estimé qu’une voiture en autopartage remplace en moyenne 8 voitures sur la route. Dans le cadre des 21 défis que consoGlobe.com et le Réseau Action Climat France adressent à nos lecteurs, nous vous invitons donc à rejoindre le mouvement de ceux qui partagent leur voiture.

Partager sa voiture, c’est bon pour le climat et le portefeuille

Selon l’Observatoire société consommation (Obsoco), en passant de l’usage individuel de la voiture au covoiturage, un propriétaire de voiure économise environ 1.550 euros par an et par personne pour un déplacement domicile-travail de 30 km aller-retour, sachant que la majorité des actifs travaille à plus de 15 kilomètres de leur domicile.

Le covoiturage sur longues distances est en plein essor en France. En revanche, le potentiel est encore largement sous-exploité s’agissant des déplacements quotidiens. Le taux d’occupation du véhicule est encore plus faible pour ce type de trajet que la moyenne : il s’élève à 1,07 pour les trajets domicile-travail, contre 1,4 tous trajets confondus. Pourtant, n’oublions pas que plus nous serons nombreux à covoiturer au quotidien, plus le covoiturage sera pratique !

Vous pouvez aussi y aider en faisant la promotion du covoiturage auprès des employeurs, en leur demandant la réalisation d’un plan de mobilité ou d’un site internet dédié, ou bien en demandant aux collectivités l’installation d’infrastructures dédiées, telles qu’aires de covoiturage près des gares et des zones d’activités, ou la mise en commun des offres sur un site public d’offres de covoiturage.

Le bon vieil autostop se modernise

Des alternatives plus souples se développent en particulier dans les zones peu denses. C’est le cas de l’autostop organisé et sécurisé qui est tout à fait pertinent pour trouver un passager ou un conducteur de confiance pour les derniers kilomètres d’un parcours.

Enfin, l’autopartage permet d’éviter l’achat d’une voiture et d’économiser plusieurs centaines d’euros par an. Pour avoir accès à un véhicule 7 jours sur 7, 24h/24, pour une heure ou plusieurs semaines, il suffit de s’inscrire dans un groupement d’autopartage.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. En Suisse, nous avons la chance depuis quelques années de connaître Mobility qui permet aux personnes utilisant peu une voiture d’en disposer à moindre coût.

    Depuis peu, sharoo.com permet à ceux qui possèdent (ou doivent posséder) un véhicule et qui l’utilisent peu de la prêter/louer aux membres de la communauté. Cela permet en outre de couvrir les frais fixes, voire même de rentabiliser sa voiture!

  2. je viens de lire la première résolution demandée aux consommateurs dans le cadre de la Cop21 : réduire ses déchets. encore un effort demandé aux consommateurs alors que rien n’est fait en amont pour limiter ces déchets. De même pour l’électricité… J’attends de voir les 20 prochaines résolutions et il est fort à parier que cela va me faire bondir encore une fois ! les Hommes politiques travaillent avec les lobbys, sont à leur botte et se soucient plus d’être élus ou réélus que des méfaits de Monsanto, des mensonges d’AREVA ou des transports en communs inadaptés… Je fus une militante active mais je suis totalement révoltée quand je constate qu’au final tout est déjà décidé d’avance et que votre cop21 c’est de la poudre aux yeux comme le furent les accords de Kyoto !

    • L’idée de consomm’acteur ne vous plaît pas?
      Que pensez-vous alors de la fable du colibri?
      https://www.colibris-lemouvement.org

      N’est-il pas meilleur pour le moral (et pour chacun!) d’agir plutôt que se lamenter?

  3. votre propos et tout à fait juste. Cependant, comme d’habitude, que ce soit des ONG comme la vôtre ou les pouvoirs publics, il nous est laissé entendre que nous sommes, nous, les citoyens, les plus pollueurs. Depuis plus de 15 ans, je militais pour une prise de conscience de tous dans ce domaine et dans celui de l’enfouissement des déchets nucléaires. Mais aujourd’hui, quand je vois ce serait-ce que la tour Eiffel illuminée toutes les nuits et toute l’année, quand je vois ces “Messieurs” qui prennent un jet privé, les industries polluantes, y compris l’agriculture et je ne citerai pas tout le reste, et bien je n’ai plus envie de bouger ! Il nous est demandé de faire des efforts mais ceci est à sens unilatéral !

Moi aussi je donne mon avis