Ce que cache la baisse de la consommation énergétique au Royaume-Uni

Rédigé par Eva Souto, le 25 Sep 2014, à 10 h 12 min

Baisse de la consommation énergétique anglaise : une vraie bonne nouvelle ?

Le coût de l’énergie qui augmente et parallèlement, la baisse de consommation énergétique des foyers anglais ne vont donc pas forcément de pair pour justifier une bonne nouvelle. L’impact de la hausse des tarifs énergétiques entraîne certes une économie et un effet positif sur la santé, mais à quel prix ?

Consommation énergétique

Car ceux qui seront touchés feront toujours partie des plus modestes. La réalité est là : plus l’énergie coûte cher, moins on en consomme. Ainsi, les taxes comme la taxe carbone et les réglementations plus strictes des usines à charbon contribuent à augmenter le coût de l’énergie et par là même à réduire sa consommation. Ainsi, on se demande si cette bonne nouvelle énergétique ne reflète pas en réalité un recule social…

Alors, la question se pose :
Pour arriver à une économie à faible impact carbone, n’allons-nous pas devoir tirer un trait sur l’énergie bon marché ? Et vous, qu’en pensez-vous ? Baisse de la consommation énergétique au Royaume-Uni : bonne ou mauvaise nouvelle ?

A noter que le Royaume-Uni s’est lancé un défi : les énergies renouvelables doivent avoir dépassé le nucléaire en termes de puissance avant 2018.

pétrole mer du nord

Un défi opportun car le pétrole tiré de la mer du Nord, et qui a largement bénéficié à l’économie britannique, décline nettement.

*

consommation énergétique au Royaume-Uni

A lire sur la thématique de l’énergie :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. il va falloir en détruire des maisons et des immeubles pour avoir des logements ne nécessitant pas de chauffage – et ce n’est pas les éoliennes qui vont nous donner du chauffage bon marché –

    on sait que les plus pauvres ne vont pas se chauffer – on sait également que le pétrole est d’origine abiotique et que les puits fermés se reforment en deux ans

    on sait également que Nikolas Tesla était sur le chemin de l’énergie libre, mais que cela gênait la Général Electric et d’autres …..

    Donc la nouvelle pour l’Allemagne comme pour l’Angleterre est plutôt mauvaise – le peuple continue de se faire plumer –

  2. J’opte pour dire que c’est une bonne nouvelle.
    Nous savons que le prix de l’énergie a été maintenu ARTIFICIELLEMENT bas, en externalisant les dommages. L’augmentation de prix n’est pas une surprise du tout ; elle a été annoncée depuis longtemps.
    Mais la question des foyers ne pouvant financer leur chauffage est celle de la qualité des logements. Cela fait plusieurs décennies que nous savons que nous construisons des passoires énergétiques, mais le lobbying très fort de l’industrie du béton, des promoteurs et quelques autres gros acteurs économiques ont reculé les prises de décisions (et même l’information du public qui se retrouve maintenant avec ces passoires sur les bras).
    Les économies d’énergie et le passage à des énergies renouvelables (moins chères – si on calcule leur prix en ré-intégrant tour ce que l’on ne voulait pas intégrer dans le calcul du prix réel des énergies fossiles) permet de re-créer de l’emploi et d’assainir une partie de l’économie. A chaque fois que ces leviers seront actionnés, nous pourrons encourager des logements qui ne nécessitent plus de chauffage (presque ou plus du tout). Cela fait longtemps que nous savons en construire. C’est avec cette piste, et non celle d’un retour irréalisable à un prix bas pour l’énergie fossile, que nous augmenterons le nombre de foyers capables d’avoir chaud en hiver (et, d’ailleurs aussi, de rester à l’abri des canicules en été).

Moi aussi je donne mon avis