Ce que cache la baisse de la consommation énergétique au Royaume-Uni

Rédigé par Eva Souto, le 25 Sep 2014, à 10 h 12 min

La question se pose : derrière chaque avancée écologique, ne trouve-t-on pas également un revers de médaille ? Et c’est le cas pour cette nouvelle : la baisse de la consommation énergétique en au Royaume-Uni est considérable, mais la chasse au gaspillage est-elle le seul aspect notable de cette transformation ? Enquête.

La consommation énergétique au Royaume-Uni : une baisse considérable

Les chiffres sont spectaculaires. On enregistre une baisse d’au moins 25 % de la consommation d’énergie pour les ménages britanniques entre 2005 et 2011. Mais cette économie n’est-elle due qu’à une chasse efficace au gaspillage ? Comment expliquer la rapidité d’une telle évolution ?

  • La consommation totale d’énergie primaire de la Grande-Bretagne était de 188 Mtep en 2011, soit 3,00 tep par habitant contre 3,88 en France et 3,81 en Allemagne.

consommation énergie britannique

  • Les émissions de gaz à effet de serre britanniques étaient en 2011 de 443 Mt CO2, soit 7,06 tonnes de CO2 par habitant contre 5,04 en France et 9,14 en Allemagne .

Une des premières raisons trouve ses racines dans la prise de conscience des Britanniques. Il faut noter qu’en Europe, c’est d’abord en Grande-Bretagne que l’écologie a donné naissance à une organisation politique : le Green Party créé en 1973.

consommation énergétique au Royaume-UniPour le politologue J. McCormick « le lobby environnementaliste britannique est le plus fort, avec la meilleure organisation et le plus grand soutien public du monde ». On peut donc vraisemblablement penser que cela a joué un rôle dans la prise de conscience écologique au Royaume-Uni.

Réduction de la consommation énergétique anglaise : l’atout technologie

Panneaux solaires La baisse de la consommation énergétique en Grande-Bretagne est-elle vraiment une victoire ? Une autre explication de la baisse de la consommation énergétique au Royaume-Uni est sûrement les nouvelles technologies, à présent à la portée de tous.

Par exemple, on observe une explosion des ventes de panneaux solaires.

Et le gouvernement est loin d’être étranger à cet engouement. Ce dernier a notamment mis en place une mesure phare, révolue aujourd’hui mais qui a su porter ses fruits : la subvention des travaux d’isolation.

Baisse de la consommation énergétique anglaise : une réalité… préoccupante !

Mais derrière ces apparentes évolutions positives se cache une réalité plus préoccupante. En effet, cette réduction aurait d’autres explications, moins lisibles. Par exemple, le malaise économique des ménages britanniques.

consommation énergétique au Royaume-UniSelon le comparateur de prix uSwitch, 7 ménages britanniques sur 10 préfèrent se passer de chauffage pour économiser. 1/3 d’entre eux considèrent même que cette nécessité a des conséquences néfastes sur leur santé ou sur leur qualité de vie.

Il faut souligner que le nombre de foyers contraints de se rationner est proportionnel à la montée en flèche du coût de l’énergie.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. il va falloir en détruire des maisons et des immeubles pour avoir des logements ne nécessitant pas de chauffage – et ce n’est pas les éoliennes qui vont nous donner du chauffage bon marché –

    on sait que les plus pauvres ne vont pas se chauffer – on sait également que le pétrole est d’origine abiotique et que les puits fermés se reforment en deux ans

    on sait également que Nikolas Tesla était sur le chemin de l’énergie libre, mais que cela gênait la Général Electric et d’autres …..

    Donc la nouvelle pour l’Allemagne comme pour l’Angleterre est plutôt mauvaise – le peuple continue de se faire plumer –

  2. J’opte pour dire que c’est une bonne nouvelle.
    Nous savons que le prix de l’énergie a été maintenu ARTIFICIELLEMENT bas, en externalisant les dommages. L’augmentation de prix n’est pas une surprise du tout ; elle a été annoncée depuis longtemps.
    Mais la question des foyers ne pouvant financer leur chauffage est celle de la qualité des logements. Cela fait plusieurs décennies que nous savons que nous construisons des passoires énergétiques, mais le lobbying très fort de l’industrie du béton, des promoteurs et quelques autres gros acteurs économiques ont reculé les prises de décisions (et même l’information du public qui se retrouve maintenant avec ces passoires sur les bras).
    Les économies d’énergie et le passage à des énergies renouvelables (moins chères – si on calcule leur prix en ré-intégrant tour ce que l’on ne voulait pas intégrer dans le calcul du prix réel des énergies fossiles) permet de re-créer de l’emploi et d’assainir une partie de l’économie. A chaque fois que ces leviers seront actionnés, nous pourrons encourager des logements qui ne nécessitent plus de chauffage (presque ou plus du tout). Cela fait longtemps que nous savons en construire. C’est avec cette piste, et non celle d’un retour irréalisable à un prix bas pour l’énergie fossile, que nous augmenterons le nombre de foyers capables d’avoir chaud en hiver (et, d’ailleurs aussi, de rester à l’abri des canicules en été).

Moi aussi je donne mon avis