La fin du pétrocène – les 6 piliers de la transition énergétique

Rédigé par Jean-Marie, le 3 sept 2012, à 18 h 10 min
La fin du pétrocène - les 6 piliers de la transition énergétique

La fin du pétrocène ou la nécessaire transition énergétique

Sans trop s’étendre sur un tableau mondial déjà bien connu, prenons un bref recul sur le virage énergétique et climatique que nous vivons.

Chaque jour nous sommes exposés à de nouvelles informations qui renforce un diagnostic sans appel : l’ère du pétrole, le pétrocène (ou l’oilocène en version plus anglo-saxonne), est en train et doit toucher à sa fin. Elle marque le début d’un bouleversement climatique et d’une nouvelle révolution économique, la troisième après celle du charbon puis celle de l’électricité et du pétrole.

 

Sommaire du dossier

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

20 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour, je voudrai savoir, s’il vous plait, si les poêles à pellet bénéficient aussi du crédit d’impôts ? Merci de me répondre.

    • Jean-Marie

      Oui tout à fait, les poeles à bois (et à pellets) bénéficient du Crédit d’impot qui vient d’ailleurs de changer de nom (voir notre arcticle sur le crédit impôt Transition énergétique)

  2. La Terre étant un système fermé (enfin, pas tout à fait, puisqu’il y a le Soleil !), les ressources en pétrole, en gaz, en charbon, en uranium, …, en minerais de toutes sortes, sont nécessairement limitées ! Ça me paraît évident ! D’autre part, je ne vois pas de quel droit, on interdirait à un Indien ou un Chinois, ou n’importe quel autre habitant de la planète, d’avoir le même niveau de vie, que nous. D’ailleurs, notre seul objectif, n’est-il pas d’avoir le niveau de vie des USA ? 4 voitures par famille, dont 1 4×4, 1 SUV, et 2 petites voitures pour les enfants ! Dans le même ordre d’idée, je ne comprends toujours pas pourquoi, on interdit à l’Iran ou la Corée du Nord, d’avoir la bombe atomique, alors qu’on l’autorise à l’Israël, ou le Pakistan ! Je ne parle pas des grands pays, dont nous faisons partie : les USA, la Russie, la Chine, le Japon, la Grande-Bretagne, la France, …
    Conclusion : le prix du pétrole, du gaz, du charbon, de l’électricité, …, ne peut qu’augmenter, inexorablement. Qu’on rêve un jour, de remplacer des grandes centrales électriques, comme celle de Gravelines, par des petites centrales (qui marcheraient à quoi, au fait ?) domestiques, pourquoi pas, mais il y aura toujours de grandes usines, qui nécessiteront la construction de gros générateurs, pour les alimenter. Non ?
    Il me paraît avoir un part de rêve dans tout ça. Si les Allemands se décident à abandonner le nucléaire, c’est pour le remplacer par des centrales au charbon, essentiellement importé, ou pire par le lignite, dont le pays est très riche, où est l’avantage ? J’avoue, que je ne comprends pas très bien. De plus, il faut savoir que la puissance de la plus grosse éolienne est de 5 MW, et qu’elle ne tourne que 50% du temps : quand le vent est assez fort, ou quand il ne l’est pas trop ! Il faut savoir également que le rendement d’un panneau solaire est de l’ordre de 10 à 15%, au mieux (celui d’une locomotive à vapeur !), quand il y a du soleil, qu’il est bien orienté, qu’il est bien propre, … Et que la fabrication du silicium, à partir de la silice, est une industrie très polluante !
    Bref, je ne suis pas très optimiste pour ce qui est de l’avenir énergétique de l’humanité !

  3. arrêtez de parler du CO² comme d’un polluant.
    Le réchauffement climatique du siècle dernier ne se confirme pas.
    La température du globe ne bouge plus depuis 15 ans alors que le CO² augmente plus que jamais.
    Donc, traitons les sources d’énergie en fonction de leur vraie pollution, l’histoire du réchauffement du au CO² pollue notre attitude écologique.

    • qu’ils lisent Marcel Leroux, notre climatologue français et également François Gervais “l’innocence du carbone”

      quant à la producteur d’électricité par les éoliénnes, elle a un coup délirant – (voir la somme allouée par flamby)

  4. Bonjour,

    Un article intéressant qui reprend la question du pic de production des énergies fossiles. Cependant la fin du texte me semble plus floue :
    Je cite: “On produira partout, avec des nanotechnologies et l’informatique de production miniaturisée. Les prémisses des imprimantes 3D ou bien encore des micro-usines montrent que la relocalisation de la production est déjà en marche”.

    Qu’est-ce que les imprimantes 3D et les nanotechnologies ont à voir avec une production relocalisée ?

    • Et bien ce sont des technologies qui permettent de fabriquer à petite échelle, sur place et donc par opposition aux grandes usines de l’âge industriel. Les experts pensent de la fabrication d’objets en 3D va se banaliser notamment pour les petites séries. Et donc, avec cette tendance, si elle se confirme, les besoins énergétiques locaux vont se multiplier.

  5. Pour compléter, lire ce comparatif sur l’évolution de la production d’électricité nucléaire, éolienne et solaire dans le monde

    http://energeia.voila.net/energie/comparatif_nes.htm

    La production ajoutée par le solaire dépasse celle ajoutée par le nucléaire pour la première fois.

    L’électricité hydraulique a toujours été plus importante que celle du nucléaire. Dans une quinzaine d’années l’éolien + le solaire devraient dépasser la production mondiale d’électricité nucléaire.

    Ce qui se comprend en lisant ceci

    http://energeia.voila.net/electri/electri_nucle_declin.htm

    De 16% il y a encore quelques années, la part du nucléaire est tombée à 12% dans la production d’électricité.

    • Moi ce sera plutot le realpy…boulot oblige :)Bon retour parmi aussi ;) Je ne sais pas quelle frequence tu vas adopter, mais moi ca va etre tranquille…comme avant quoi!

  6. “Abiotique” et “inépuisable” sont deux adjectifs qui ne s’appliquent guère au pétrole, mais sûrement à la bêtise humaine.

  7. Je peux donner mon avis sur ce chapitre car en juin dernier, je suis allée comme tous les Amapiens de l’Amap dont je fais partie chez notre agriculteur pour lui donner un coup de main a désherber, comme nous le faisons 2 fois par an, en juin et en septembre… j’ai découvert tout près de chez lui, dans la Somme, un champ d’éoliennes, je ne sais pas combien il y en avait, mais j’ai pu constater une chose : nous n’avons pas entendu un seul bruit, bien qu’à un moment le vent s’est levé et nous aurions dû par conséquent au moins à ce moment-là entendre puisque parait-il c’est bruyant…!
    Eh bien non, aucune nuisance sonore, et très sincèrement là, je me suis posée la question sur les associations qui sont sans cesse contre tout… j’ai d’ailleurs posé la question à Mickaël, l’agriculteur sur le côté bruyant, en me disant que sans doute ce n’était pas le jour, ou l’heure… il m’a répondu tout simplement que jamais il n’a entendu de bruit venant des éoliennes…
    Sincèrement, si j’avais une maison et par conséquent un jardin et qu’on me proposait contre la gratuité ou au moins quelque chose d’intéressant pécuniairement, je ne serai absolument pas contre le fait d’avoir une éolienne dans mon jardin.
    De plus là où j’ai travaillé (une université) il y a une éolienne sur le toit pour les étudiants qui étudient dans ce domaine des énergies renouvelables, eh bien je peux vous dire, qu’il n’y a jamais eu de bruit…

    comprenne qui voudra…!

  8. La facture d’ électricité pour les communes représente 60% des dépenses des communes. C’ est de l’ électricité que le citoyen paye mais qu’ il n’ utilise pas. Faire attention aux ballons d’ eau chaude. Un ballon de 100l consomme 35 euros par mois. c’ est beaucoup plus dans l’ année qu’ un convecteur de 2000w.
    Il faut créer des carburants avec les terres en jachère.
    et surtout utiliser la géothermie qui est inépuisable.
    En fait c’ est juste une question de volonté politique parce que les citoyens dans l’ ensemble sont prêt à tout pour faire des économies.
    nous pouvons aussi économiser 20% sur nos facture en supprimant la TVA.

  9. “l’augmentation sans cesse des prix du carburants ne seraient tout simplement qu’un vol supplémentaire de tous les citoyens…”
    L’ennui est que, même si on a du pétrole encore pour 500 ans, les tuyaux des puits sont limités en diamètre, le nombre de puits fini (ça coûte très cher, demander à un pétrolier d’en faire un second juste à côté, il faudrait que ça rapporte beaucoup pour faire ça), et la consommation croissante fait que l’offre ne suit pas la demande (chacun des milliards de Chinois veut vivre comme les 40 millions d’automobiliste Français, avec une voiture à pétrole), le prix augmente. Si une guerre éclate prochainement quelque part, vous allez voir les prix !!!
    Il vaudrait mieux réserver le pétrole à des tâches nobles (médicaments, …) qu’à le brûler dans nos moteurs. On veut toujours attendre, comme le condamné qui demande une cigarette. La transition se fera dans la douleur de prix inacceptables pour le porte monnaie moyen.

    • Je suis d’accord que la transition se fera dans la douleur et ce n’est pas acceptable.
      D’un autre côté, les politiques ne veulent rien faire. Ainsi par exemple, passer le prix du litre de gasoil à 2 ou 3€ toucherait directement les consommateurs, mais ça ne durerait pas.
      Car chaque consommateur trouverait un autre moyen pour se déplacer.
      Personnellement, depuis que le gasoil a passé la barre des 1€/L il y a quelques années, j’ai décidé de prendre le vélo (certes assisté électriquement), et mon porte-feuille et moi même on se porte plutôt mieux !

      Il faut se rappeler comment on faisait il y a 50 ans et essayer d’y revenir (marche à pieds, vélo, transports en commun, chauffage limité aux pièces à vivre, nourriture locale, etc.).

  10. Bonjour, c’est une excellente enquête ! J’attends avec impatience les cinq piliers de la révolution énergétique. Les citoyens du monde doivent se réapproprier ces questions.. En non pas simplement consommer !

  11. Bonjour,

    Eh bien la théorie de la fin du pétrole n’a l’air, d’après tout ce que l’on peut trouver sur le net, qu’une vaste fumisterie des dirigeants de tous bords…, car le pétrole d’après pas mal d’articles, serait abiotique et inépuisable…
    voir ce que j’ai trouvé et il y en a plein…
    Pour ma part, j’y croirai davantage qu’à tout le reste !

    GÉOLOGIE • Et si le pétrole était inépuisable ? Pétrole rime rarement avec ressources renouvelables. Mais un gisement du golfe du Mexique qui aurait dû donner des signes d’épuisement depuis des années se révèle intarissable. 6 mai 1999 | Hebdo – n° 444 | source : The Wall Street Journal

    “les puits de pétrole se remplissent à nouveau naturellement.” New York Times du 26 septembre 1995.

    Repris dans le magazine Morphéus N°12, Nov-Déc 2005.

    Donc, cet article mentionne des faits qui se seraient passés un peu partout dans le monde et qui se concrétiseraient par une augmentation inattendue de ressources pétrolières. Citation de Jean Whelan, géochimiste à la Woodshole Oceanographic institution. D’où la théorie : le pétrole est une énergie renouvelable générée par la Terre.
    ****
    Le pétrole serait donc une sorte de lubrifant naturel, servant au jeu subtil des plaques terrrestres préservant des blocages brutaux et des secousses violentes…”””pourrait-on expliquer le phénomène de tremblements de terre beaucoup plus nombreux ces dernières années””” ça c’est moi qui pose la question…
    ***

    Futura-sciences – Origine du pétrole Voir le témoignage de click en #17 qui, pour avoir travaillé dans le secteur, nous informe que la théorie du pétrole abiotique est largement admise.Origine du pétrole

    Northridge, université californienne Où l’on parle de Nikolai Kudryavtsev en 1951 qui soutint dès cette date la théorie du pétrole abiotique. D’après cet article, aujourd’hui le pétrole abiotique n’est pas une théorie mais un fait. – du moins c’est ce que je traduis – .csun.edu/~vcgeo005/Energy.html

    IFREMER Une avancée récente, issue des échantillons prélevés au cours de la campagne Iris sur les sites hydrothermaux des Açores, est la mise en évidence de pétrole d’origine abiotique généré par serpentinisation de roches océaniques mantelliques. .ifremer.fr/drogm/rap-activ2002/missions.htm

    ASPO Qui souligne que la théorie de l’origine abiotique du pétrole est soutenue par une minorité de scientifiques. //aspofrance.viabloga.com/files…inePetrole.pdf
    “””””Pourquoi une minorité de scientifiques ?? auraient-ils reçu l’ordre de se taire ?? Avouer que l’on peut se poser la question….!

    • Dans ce cas-là, l’augmentation sans cesse des prix du carburants ne seraient tout simplement qu’un vol supplémentaire de tous les citoyens…
      Je ne fais pas de politique mais je constate comme tout le monde.

    • Le pétrole inépuisable?
      Peut être au prix du saccage de régions entières comme dans l’Alberta avec les schistes bitumeux.

  12. Bonne synthèse, cependant, le pic de production n’est pas “quand le pétrole produit sera inférieur à la demande de pétrole,”, ni
    “quand commencera l’épuisement des réserves physiques, aura une conséquence inéluctable : la diminution absolue de la production ; de 4% par an selon les experts.”

    Le pic de production est tout simplement le moment ou on atteint le maximum de production, de flux, de nombre de barrils extraits par jour mois ou année. De fait la demande s'”adapte” toujours à l’offre à travers le prix (avec conséquences de type récessions baisse de prix possible), et d’autre part les réserves peuvent rester importantes mais non exploitables à un rythmes suffisant, devenant de plus en plus difficile et chères en investissements et énergie.
    Enfin des détails, merci pour cet article, ci dessous une tribune/appel parue dans le Monde du 22 mars, signée en particulier par des membres d’ASPO France (Association for the study of peak oil) et aussi ex directeurs chez total, à signer et relayer ! : tribune-pic-petrolier.org/

Moi aussi je donne mon avis