Conscious Collection : H&M, une marque éthique ?

Rédigé par Aurore, le 27 May 2011, à 12 h 00 min

Fait-il bon vivre chez H&M ?

Impératifs de rentabilité, magasins transformés en usines à vendre, vendeurs sans sourire pliant les vêtements à longueur de journée… qu’on se le dise : les magasins H&M ne sont pas les plus agréables qui soient.

Si on a limite l’impression de déranger le personnel à chacune de nos questions et requêtes, l’enseigne fait pourtant partie de la « Shopping list » de toutes les accros de la mode, mais pourquoi ?

Au fil des années, H&M a su s’imposer dans le monde entier. Le secret ? Un magasin dans lequel toutes les femmes peuvent trouver leur bonheur, des chaussures aux vêtements en passant par les accessoires et les sous-vêtements, le tout à petit prix.

Si certaines pièces peuvent être disponibles toutes l’année, H&M rythme les saisons avec des collections spéciales, récurrentes ou non ; à l’image de la collection Fashion Against Aids visant à récolter des fonds contre le sida qui a connu sa quatrième édition cette année.

Aujourd’hui, la direction de H&M explique que l’enseigne dispose d’un certains poids dans l’économie et l’industrie mondiale, ce qui l’oblige à mettre en place des actions en faveur du développement durable, afin de donner l’exemple.

Économie d’eau, économie d’énergie, H&M ne lésine pas sur les chiffres pour montrer à tous « ses bonnes pratiques« .

Mais de l’autre côté du miroir, les règles de la production à grande échelle sont impitoyables et en 2010, H&M était accusé d’avoir proposé à la vente des produits étiquetés « en coton biologique », alors que des traces d’OGM ont finalement été trouvées dans les fibres du produit.

Alors que l’entreprise se veut de plus en plus éthique, elle crée le scandale en 2010 alors que plusieurs invendus d’un magasin de New York sont retrouvés lacérés dans des sacs poubelle.

La pratique serait alors courante chez H&M tandis que beaucoup se demanderont pourquoi l’enseigne n’a pas préféré donner les vêtements à des associations.

En 2010, H&M a été accusé d' »immoralité et d’évasion fiscale » au Bangladesh, un pays dans lequel l’entreprise travaille beaucoup. L’enseigne a ensuite été accusée de « solder » ses travailleurs dans ce même pays, tandis que H&M ne cesse d’expliquer qu’il travaille à l’amélioration des conditions de vie de ses travailleurs, travailleurs qui n’obtiendront pas l’augmentation de salaire vitale demandée alors.

H&M, entreprise à double visage ? Ou une enseigne encore tiraillée entre éthique environnementale et sociale et capitalisme et profit.

*

Aujourd’hui, H&M a encore beaucoup de chemin à faire pour se présenter comme une entreprise complètement respectueuse de l’Homme et de l’environnement, mais l’enseigne semble y travailler… Affaire à suivre.

*

Je réagis

A lire sur la mode :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. On parle que du « coton bio », mais les colorations (bleu, noir…) du vêtement sont-ils bio ou toxiques comme on peut voir dans différents reportages ?

  2. aux chiottes H&M
    lemonde.fr/culture/article/2014/06/02/le-monde-selon-h-m_4429459_3246.html

  3. Il semble difficile aujourd’hui de faire du profit en ciblant les classes moyennes occidentales -et les moins aisées- tout en n’exploitant pas la main d’œuvre bon marché des pays du « sud ». Comment vendre un t-shirt à 4.95 euros sinon en le faisant coudre quasiment gratuitement par des personnes extrêmement pauvres à l’autre bout de la planète, en Chine par exemple ?

  4. allez donc faire un tour chez Emmaüs les vendeurs sont plus souriants que chez H&M

Moi aussi je donne mon avis