Rots et pets des vaches : des Français développent des solutions pour le climat

Pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, des laboratoires français ont trouvé un remède pour lutter contre les éructions des vaches.

Rédigé par Hugo Quinton, le 14 Dec 2015, à 16 h 30 min

Un projet de recherche français ambitionne de réduire de 15 à 30 % les émissions de méthane que rejettent les ruminants en abondance dans l’atmosphère par leurs rots et pets, pour lutter contre le réchauffement climatique, en jouant sur leur alimentation. Une opportunité aussi pour redynamiser la filière bovine, mal en point.

Moins de rots et de pets pour les vaches

En France, l’agriculture est responsable d’environ 20 % des émissions de gaz à effet de serre et près de 40 % de ces mêmes émissions sont sous forme de méthane, selon le pôle de compétitivité Céréales Vallée. Les ruminants ingurgitent de l’herbe et du fourrage, dont la digestion sous forme de fermentation naturelle génère du méthane, qu’ils libèrent principalement en éructant.

climat-vaches-pets-rots-methane-2

Pour limiter ces émissions polluantes, ce projet collaboratif vise à élaborer « un mélange de composés naturels actifs », permettant de « diminuer le gaspillage énergétique de la ration alimentaire de l’animal, tout en augmentant son efficacité alimentaire », explique Emmanuel Védier, directeur commercial de la société Idena, spécialisée dans la conception de l’alimentation des animaux d’élevage et installée en Loire-Atlantique.

Une mise en place sur le marché d’ici deux ans

Un produit innovant dont les ingrédients sont tenus secrets. À peine sait-on qu’il contient « des extraits de végétaux ». Sa mise sur le marché est prévue d’ici deux ans. « Cet additif alimentaire permettra également d’améliorer les qualités nutritionnelles de la viande et de préserver la santé de l’animal », a renchéri l’animatrice du projet pour Céréales Vallée, Tania Rougier.

climat-vaches-pets-rots-methane

L’autre avantage à ce produit est l’augmentation du rendement de production, sans surcoût pour l’éleveur. En raison des économies réalisées en terme de rations alimentaires, « on va fournir aux agriculteurs et aux opérateurs de la filière une viande compétitive à un prix équivalent », a assuré Gabriel Pecoul, directeur commercial du porteur du projet et fabricant d’aliments pour le bétail, Thivat Nutrition Animale.

Doté d’un budget de 1,5 millions d’euros sur deux ans, le projet réunit également des chercheurs de l’INRA de l’Unité de recherche Herbipôle de Theix, près de Clermont-Ferrand.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je suis passionné par le web et tout ce qui entoure, de près ou de loin, les réseaux sociaux. A ce titre, j'ai contribué à plusieurs media en ligne, en...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Il faut cesser de faire l’amalgame entre les productions animales industrielles et l’élevage paysan – ou fermier – à taille humaine.
    Une vache à l’herbe rote en effet un peu de méthane, mais ceci est largement compensé par le carbone stocké par la prairie. Au contraire, une vache en élevage intensif, dont la ration peut contenir plus de 70% de céréales et tourteaux, émet plus de méthane et surtout le système de cultures industrielles dont elle dépend non seulement ne stocke pas de carbone mais produit du CO2 via les engrais utilisés.
    Le système intensif est de plus associé à des circuits de transformation et de commercialisation longs, où au final un ingrédient sorti du champ parcourt des distances énormes : 2400 km en moyenne aux USA, peut être plus de 1500 en France. Ces transports sont fortement émetteurs de CO2. Voyez le film ” Demain ” de Cyril Dion et Mélanie Laurent.
    Il faut privilégier les productions locales et les circuits courts, cela permet de se nourrir à un prix acceptable et rémunérateur pour le paysan.
    Je ne connais pas le produit Céréales Vallée, mais il est clair qu’il n’est pas seulement destiné à l’élevage paysan…Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas de produits plus ou moins miraculeux, mais de consommateurs avertis et de paysans responsables, réunis dans des filières locales.

    • Bonjour
      Je suis allé voir le site Céréales Vallée et le projet, dont l’article n’est que la reproduction de la plaquette de communication.
      Le moins qu’on puisse dire c’est que l’illustration de la page d’accueil ne représente guère une agriculture encline à la biodiversité : des cultures sans aucune “mauvaise herbe”, aucune haie, aucun animal au champ, des passages de roues biens nets pour les épandages d’engrais et de traitements, une grosse remorque et un gros tracteur, 3 petits arbres et au loin des silos, peut ête un méthaniseur ?
      Quand je lis qu’il s’agit d’un projet “Performance Santé Environnement”, et d'”offre éco-conçue”, je me dis “wait and see”

  2. Encore une fois, l’humain égocentrique ne raisonne qu’avec son estomac. Il est donc plus primaire qu’une bête qui, elle, est encore dotée de bon sens.
    Aux autres de s’adapter et de régler les problèmes que lui-même génère et pas question de se remettre en question… L’humain est véritablement un parasite extrêmement nuisible !
    Ah ces pauvres malheureux d’éleveurs qui vivent à grands coups de subventions que nous devons payer pour que eux s’enrichissent toujours plus en jouant avec la mort de millions d’innocents, là, ils trouvent encore beaucoup d’argent pour continuer à s’enrichir toujours plus au détriment du reste du monde. Et tant pis pour ceux qui refusent l’exploitation du vivant, le pillage des terres pour nourrir le bétail, etc… Eux, ces raclures de l’humanité, veulent s’enrichir ! Et les cons de consommateurs, qui ne vivent qu’à travers leurs estomacs, approuvent et cautionnent en gémissant que tout cela coute cher, et que leurs pauvres enfants vivront dans un monde difficile, etc… qu’ils crèvent tous ces faux-culs qui massacrent le vivant pour un plaisir rapide et futile.

    • A avis il ne te reste plus qu’une chose à faire. L’euthanasie !!!!!
      Pour toi bien sur.Mon pauvre ou plutôt ma pauvre, je te plains être aussi aigrie de la vie, c’est attristant, tiens si j’y pense je vais m’en mettre une dans la tête, après t’avoir entendu !!!!Pauvre de toi, va !!!!

  3. Entièrement d’accord avec Étienne !
    Est-il possible de faire plus débile et plus dangereux ?
    Possible, tant les limites sont sans cesse repoussées …

    C’est comme vouloir enlever le lactose du lait de vache pour le rendre plus digeste par l’homme : le lait de vache n’est pas un aliment pour l’homme mais pour le veau, point final !

    Arrêtons de se faire des nœuds dans le cerveau pour aller à l’essentiel : donc, arrêtons juste de manger de la viande et tout rentrera naturellement dans l’ordre au niveau écologique, économique, santé publique, respect de l’animal, …
    Ce n’est pas plus compliqué que cela !

    • Foutu secte les végétaliens !!!!! Laisser vivre les gens, de toutes façon nous devons tous mourir, alors mourir avec trop de cholestérol ou sans cholestérol, c’est la même chose, les vers viendront à bout de ton corps (à moins que ce ne soit les flammes)alors tas de sectaires, laissez moi bouffer ma côte de bœuf de 2 kg chacune, mes tripes à la mode Caen ou mes ris de veau braisés avec une sauce Chimichouri !!! Est ce que les lions bouffent de la salade ??? Vous êtes des moutons et pas des lions aller bouffer votre salade, est ce que je viens vous reprocher de raser les salades dans un jardin potager ??? Non, alors laisser les gens vivre et mourir. La vie est tellement courte, que d’autres problèmes plus important, tiens la cause des kurdes,le massacre des irakiens et des syriens par daech !!!! Ca vous parle ???? Allez donner du pognon à ceux qui luttent pour sauver vos fesses devant daech. Voilà une cause d’utilité publique !!!!!

  4. débille est irresponsable! la connerie crétine absolue

    • les vrais scientifiques ne pondent pas ce genre d absurdité

Moi aussi je donne mon avis