En Bretagne, on ne lésine pas pour protéger grenouilles et batraciens !

Afin d’éviter que les grenouilles en pleine migration se fassent écraser, une route départementale a été fermée à la circulation pour 3 mois en Bretagne.

Rédigé par Paul Malo, le 8 Dec 2020, à 14 h 35 min
En Bretagne, on ne lésine pas pour protéger grenouilles et batraciens !
Précédent
Suivant

Comment éviter que des centaines de batraciens périssent écrasés ? Le département des Côtes-d’Armor n’a pas hésité et n’a pas lésiné…

La Départementale 28 interdite à la circulation

À l’entrée de La Poterie, à Lamballe, dans les Côtes d’Armor, les autorités ont décidé la fermeture à la circulation de la RD 28 à la sortie du bourg de la Poterie du 14/12/2020 au 15/03/2021.

Pourquoi fermer cette route jusqu’en mars prochain ? Tout simplement pour permettre à des batraciens de traverser la voie sans se faire écraser. Grenouilles, salamandres, crapauds ou tritons, ce sont onze espèces protégées qui vont pouvoir rejoindre leurs sites de reproduction sans se faire écraser en traversant cette route empruntée par 400 véhicules environ quotidiennement.

Sans cette mesure extrême, ce sont des centaines de grenouilles qui auraient pu périr écrasées sous les roues des voitures de passage. Une raison suffisante pour le département de littéralement interdire la Départementale 28 pour la 2e année consécutive. Les saisons précédentes, ce sont des protecteurs de la nature compatissants qui avaient ramassé les grenouilles afin de leur faire franchir cet obstacle en toute sûreté.

Lire aussi : Après 7 ans de combat, les Grenouilles de Grignols condamnées

Mettre en place des barrières amovibles ou de crapauducs ?

C’est donc afin d’éviter l’hécatombe de grenouilles et de tritons, et au passage tous les risques d’accidents, que les autorités départementales ont préféré faire fermer la route pour trois mois.

Dans plusieurs endroits, ce type de panneau préventif suffit mais pas toujours – © Brian Clifford

Pour l’association Vivarmor Nature, cette déviation, solution transitoire – qui ne ferait perdre qu’une minute aux automobilistes – va laisser le temps de réfléchir à une technique plus durable afin de protéger les batraciens.

Impossible, par exemple, de se contenter de créer un souterrain sous la route : les batraciens circulent sur pas moins de 800 m de large et le sol trop humide ne s’y prête pas. La solution est aussi onéreuse… En attendant, à Lamballe, les batraciens peuvent migrer tranquille cette année encore !

Illustration bannière : Le triton alpestre (Ichthyosaura alpestris), un batracien à protéger en Bretagne – © Rudmer Zwerver
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis