Les bonnes pratiques à adopter lors d’une randonnée en alpages

Les alpages sont des milieux naturels porteurs d’une biodiversité spécifique et où les humains produisent et élèvent depuis des siècles. Une rencontre entre deux mondes, sauvage et domestique, à l’origine de paysages que nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir admirer. Mais une randonnée en alpages nécessite de connaître des modes de fonctionnement spécifiques et de respecter quelques règles…

Rédigé par Julien Hoffmann, le 22 Aug 2019, à 13 h 00 min

La montagne et les alpages, ces pâturages de haute montagne, sont des lieux où de nombreuses activités humaines se croisent dans un milieu naturel aussi particulier que fragile. Il importe désormais d’arriver à « pratiquer » la montagne sans pour autant y faire reculer la nature. Nos conseils pour une randonnée en alpages.

Randonnée en alpages – Respecter chemins et sentiers

Les activités de montagne, et à plus forte raison quand elles ont lieu dans les alpages qui sont plus compliqués d’accès et donc d’entretien, nécessitent faire très attention à là où l’on met les pieds.

randonnée en alpages

Les sentiers de randonnées se pratiquent autant qu’ils se partagent © Dmytro Stoliarenko

Ne pas respecter les sentiers que ce soit les chemins de bergers ou les sentiers balisés de randonnée, c’est accélérer le phénomène d’érosion. « Couper » pour descendre plus vite un sentier qui est un lacet c’est favoriser l’écoulement de l’eau à l’endroit où vous êtes passé. Écoulement qui emmènera les graines, la terre puis les pierres avec lui, défigurant définitivement cet endroit : un comportement à proscrire donc !

Lire aussi : À la montagne, sensibilisez les enfants aux écogestes !

Randonnée en alpages – Comprendre troupeaux et chiens de troupeaux

Le pastoralisme est une méthode traditionnelle et séculaire de production ovine de montagne a un impact indéniable sur ce milieu. Des siècles d’utilisation de la montagne pour une production laitière et de viande ont découlé une flore tout à fait particulière qui nécessite du même coup un entretien de la part des humains.

Que vous estimiez la chose bonne ou mauvaise – et en discutiez avec les habitants du coin lors de votre séjour en alpage, vous ferez de toute façon face aux troupeaux qui paissent dans les alpages, et qui doivent partager la montagne avec les grands carnivores de retour sur notre territoire et notamment les loups.

Protection de troupeaux

Il existe de nombreuses techniques de protection des troupeaux comme par exemple les landry (tissus rouges pour effaroucher les loups) et bon nombre de mesures et de modes de fonctionnement pour éviter les attaques.

randonnée en alpages

Chien de protection avec son troupeau © Olivier Tabary

Mais l’une des plus efficaces reste le chien. Un chien de protection de troupeau est un animal qui a été élevé dès son plus jeune âge avec le troupeau qu’il est destiné à protéger. Cela revient à dire que le chien croit lui-même être une brebis par exemple… Mais avec une toute autre musculature et dentition.

Et si un chien de troupeau peut être dangereux pour un ours ou un loup, il peut l’être aussi pour vous ! Alors ne l’excitez pas, ne tentez pas de le caresser, ne vous en approchez pas, n’essayez pas de le menacer pour lui faire peur – vous n’y arriverez pas, et ne le fixez pas dans les yeux.

En somme, laissez-le tranquille et tout ira bien.

Respecter la montagne et ceux qui l’habitent et entretiennent les alpages

Les alpages, surtout en été donc, sont des lieux incroyables dans lesquels évoluer, se balader, faire des sports en tous genres et surtout randonner, pourquoi pas sur plusieurs jours. Mais pour ce faire il vous faudra manger et dormir, et dans des milieux aussi sauvages que la montagne, ce n’est pas chose à prendre à la légère !

randonnée en alpages

Les refuges d’alpages, même quand ils ne sont tenus par personnes, doivent être respectés pour et par tous © patjo

Manger

Si les panoramas et les lieux de pique-nique exceptionnels sont pléthores, la nature et les bergers ne seront pas forcément d’accord avec vous. Privilégiez les endroits où l’herbe est courte pour limiter le piétinement et ne vous placez pas trop près d’un troupeau qui pourrait être déstabilisé par votre présence (surtout si vous avez des enfants bruyants).

Dormir

Arriver dans un refuge ou chez un berger qui vous laisserait un coin de chez lui ou même planter votre tente est une réelle chance et non un droit. Ces lieux sont compliqués à entretenir du fait de l’accessibilité et méritent que vous en preniez soin au plus haut point sans rien y abîmer, en laissant les tas de bois entiers, en y utilisant les toilettes et en n’y laissant pas vos déchets.

Illustration bannière : Berger menant son troupeau en alpage © trofalenaRV
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis