Bains de bouche : l’effet positif est incertain

Les bains de bouche tuent certes des bactéries nocives, mais les « dégâts collatéraux » qu’ils peuvent avoir peuvent être plus importants, met en garde une équipe de chercheurs.

Rédigé par Anton Kunin, le 2 Apr 2020, à 11 h 32 min

Il n’est pas certain si les bains de bouche aident à avoir un microbiome buccal sain ou s’ils l’altèrent de façon à ce qu’il devienne malsain.

Le microbiome buccal, un foyer à bactéries nocives mais aussi des bactéries bénéfiques

Si les produits visant à blanchir les dents sont devenus courants, d’autres produits sont également devenus banals. Ainsi, prendre spontanément dans une pharmacie un bain de bouche alors qu’au départ on est venu acheter autre chose, pour certains Français c’est devenu un réflexe. Mais son utilisation, est-elle recommandée d’un point de vue médical ? Rien n’est moins sûr, affirment des chercheurs de l’université de Plymouth (Royaume-Uni) dans une étude publiée dans la revue Scientific Reports.

Pour mesurer les effets que l’utilisation d’un bain de bouche peut avoir sur le microbiome buccal, ils ont demandé à des bénévoles de se rincer la bouche d’abord avec un placebo pendant 7 jours, puis avec un bain de bouche à base de chlorhexidine pendant les 7 jours suivants, en réalisant un prélèvement dans leurs bouches après chaque rinçage. Ils ont mesuré les concentrations de lactate, glucose, nitrate et nitrite ainsi que le potentiel hydrogène.

La santé cardiovasculaire est tributaire de la santé bucco-dentaire

Le bain de bouche peut avoir des effets positifs, mais également créer un déséquilibre – © LumenSt

Les prélèvements montrent que l’utilisation de chlorhexidine chez des personnes saines entraîne une plus grande acidité et une moindre concentration de nitrites dans la salive. Par ailleurs, la chlorhexidine réduit d’au moins 80 % la capacité des bactéries buccales à produire des nitrates. Résultat : la teneur en nitrites augmente, de même que la tension artérielle. Les chercheurs en concluent que le microbiome buccal contribue à réguler la fonction cardiovasculaire. Altérer le microbiome naturel est donc préjudiciable à plus d’un titre.

La chlorhexidine a été utilisée depuis les années 1970 en tant qu’agent antiseptique, pour son action antibactérienne durable et son large spectre d’action. Mais au vu de ces résultats, il serait peut-être temps de cesser l’utilisation buccale de cette substance.

Illustration bannière : Bain de bouche – © LumenSt
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis