Arles lance la chasse aux bouteilles plastiques

En Arles, les visiteurs peuvent désormais s’abreuver en eau chez les commerçants, qui vendent également des gourdes réutilisables.

Rédigé par Paul Malo, le 4 Sep 2019, à 11 h 14 min

L’association Zéro Déchet Pays d’Arles et la designeuse Stéphanie Dic ont initié sur la ville d’Arles un défi zéro bouteille en plastique.

Aller chercher de l’eau chez les commerçants

L’été avait déjà été riche en bouteilles en plastique emplies de mégots pour réduire un tant soit peu la pollution de la nature. Mais la pollution plastique est et demeure l’une des plus dramatiques qui soient, dans les mers, dans les campagnes mais aussi en ville. C’est pourquoi l’association Zéro Déchet Pays d’Arles et la designeuse Stéphanie Dick se sont lancées un défi qui peut sembler fou pour les uns, visionnaire pour les autres :  réduire, voire carrément éliminer la vente et l’utilisation des bouteilles d’eau en plastique à l’échelle de la ville.

Installer des fontaines un peu partout en ville ? Ce serait trop long à mettre en place, administrativement parlant, et surtout bien trop onéreux. C’est une autre piste qui a été suivie : demander l’aide des commerçants de la ville, de celles et ceux qui la font vivre au quotidien. Comment ? En leur demandant de mettre de l’eau à la disposition des passants. Une idée à double tranchant puisque, pour certains, la vente de bouteilles d’eau aux touriste et aux visiteurs constitue un chiffre d’affaires non négligeable, à Arles comme ailleurs.

Une consigne à gobelets

Pour autant, une vingtaine de commerçants et artisans ont d’ores et déjà décidé de jouer les pionniers. Ils apposent un sticker en forme de robinet en vitrine et remplissent gratuitement les gourdes des passants qui en font la demande ou bien leur vendent des récipients non jetables afin de remplacer les bouteilles jetables. Reste maintenant à ce que le mouvement s’élargisse et parte durablement à la conquête de la ville.

La communauté d’agglomération, l’ACCM, a également répertorié dans le courant de l’été l’ensemble des points d’eau où remplir sa gourde. En parallèle, dans le même esprit, Arles est devenue la première ville française à avoir mis en place une consigne de gobelets, les commerçants participants à l’opération de sensibilisation les vendant dans leur boutique, environ 1,50 € l’unité. Prochaine étape : trouver de nouveaux partenaires pour l’été prochain.

Illustration bannière : Arles ne vet plus voir ses poubelles déborder de bouteilles en plastique © Bignai

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Quand je lis qu’en Côte d ‘Ivoire on construit des écoles avec des briques en plastique recyclé, je me dis que chez nous il y a beaucoup de bla bla bla, beaucoup de gens qui reçoivent le chômage en restant chez eux à rien faire, beaucoup de déchets plastiques, tout le monde se plaint des montagnes de déchets plastiques dans les mers, les Océans, etc. ET IL N’Y A PERSONNE QUI SE RETROUSSE LES MANCHES POUR FABRIQUER DES ARTICLES POUR LES TOITS, LES PAROIS, LES PLANCHERS, ETC. ETC. je me dit que le TOUT c’est seulement de vouloir !!!!
    unicef.fr/article/cote-divoire-une-usine-de-briques-en-plastique-recycle-pour-construire-des-salles-de-classe

  2. Cela serait intéressant de ÉLIMINER TOTALEMENT les bouteilles en plastique et revenir aux vieilles bouteilles en verre lesquelles peuvent être utilisées des dizaines de fois…… d’ailleurs, automatiquement, on y arrivera bientôt quand, en 2050, les réserves de pétrole seront épuisées….. donc pourquoi ne pas prendre de l’avance ????

Moi aussi je donne mon avis