Apprendre en s’amusant avec la kinésiologie

Votre enfant mange bien, dort assez et bénéficie du plus affectueux des environnements, vous êtes là pour le soutenir, répéter avec lui et malgré tout cela à l’école… ce n’est pas la joie ? La kinésiologie se révèle très efficace dans de nombreuses situations, et notamment lorsque des blocages entravent les facultés d’apprentissage. Avec elle, apprendre devient (presque) un jeu d’enfant !

Rédigé par Véronique Desarzens, le 4 Sep 2016, à 10 h 30 min

Comment détecter les blocages et les perturbations d’énergie, tant physiques qu’émotionnels, et ensuite les « corriger » ? Le corps sait : il suffit de lui poser correctement la question Encore fallait-il trouver comment : c’est tout l’art de la kinésiologie.

La kinésiologie ou gymnastique du cerveau

Le principe de la bonne circulation de l’énergie vitale n’est pas nouveau. Ce que la kinésiologie, élaborée dans les années 1970 aux États-Unis, a apporté de révolutionnaire, en revanche, ce sont des protocoles.

Au centre de la méthode, le test musculaire permet d’interroger le corps et de mettre ainsi en évidence les éléments perturbants ou autres déséquilibres. À partir de là, toute une palette de moyens et de techniques susceptibles de corriger ou d’améliorer la situation est à disposition.

La gymnastique du cerveau, utile pour rééquilibrer corps et esprit

Les nombreuses applications possibles de cette approche ont donné lieu à l’élaboration de différents protocoles pour travailler dans des domaines plus ciblés.

C’est ainsi que Paul Dennison, véritable pionnier en matière de recherche sur le cerveau en relation avec l’apprentissage et sur les liens qui existent entre le mouvement et l’apprentissage, a créé le « Brain Gym ».

Constat de base : l’apprentissage est une activité naturelle et agréable tout au long de la vie. Et s’il y a des blocages, c’est à cause de l’incapacité à être à l’aise dans le stress ou l’inconnu qui accompagne toute nouveauté. Or, si nous souffrons plus ou moins tous de blocages de l’apprentissage, c’est que nous n’avons pas appris à bouger. D’où l’idée du mouvement comme clé de l’apprentissage. Mais pas n’importe quels mouvements.

brain gym

Basée sur des recherches scientifiques, cette « gymnastique des neurones » propose donc des exercices de latéralité, de concentration et de centrage. Elle s’adresse aux personnes qui ont des difficultés de lecture, d’écriture, de coordination, de mémoire ou encore de communication. Enfants en tête, évidemment ! Et ce d’autant plus que le « Brain Gym » regroupe un ensemble de mouvements et d’activités simples et amusants à exécuter.

Bouger pour mieux se concentrer

Un exemple ? Cet exercice issu du Brain Gym permet d’équilibrer les deux hémisphères du cerveau, et donc mettre l’enfant dans les meilleures conditions d’apprentissage possible :

  • En position debout, demandez-lui de simuler, en exagérant, le mouvement de marcher sur place. Il est important qu’il lève bien les genoux pendant tout l’exercice.

  • Dans le même temps, il va poser sa main droite sur son genou gauche lorsque ce dernier est levé, puis inversement, la main gauche sur le genou droit. Il continue, ce faisant, à marcher sur place, mais le mouvement, aussi bien du corps tout entier que des bras, est dynamique.

  • Faites-lui faire ce mouvement complet entre 30 et 50 fois.

Un exercice sympa, facile et surtout très efficace, à pratiquer avant de faire ses devoirs, de se lancer dans l’étude d’un nouveau sujet bref… chaque fois qu’il s’agit d’être pleinement présent !

Un « must » pour les enfants. Mais, faut-il le préciser : nul besoin d’avoir des difficultés scolaires pour profiter des bienfaits du Brain Gym !

En savoir plus : http://www.braingym.fr/

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, rédactrice indépendante, orientée mieux-être, santé, environnement, produits naturels et autres potions « maison ».

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis