Apéro d’été à la mode : tout sauf naturel

Chaque année, lors des apéros estivaux, les tables sont envahies de nouveautés. La composition du rosé-pamplemousse et autres vins aromatisés sont souvent des mélanges suspects et pas naturels.

Rédigé par MEWJ79, le 16 Aug 2019, à 10 h 35 min

L’été et ses apéros ! Tout comme les oreilles doivent subir les célèbres tubes estivaux, les papilles, elles, sont invitées à tester des nouveautés au goût ou aux couleurs surprenants : vin bleu, rosé-pamplemousse ou encore pastis rosé…

Non, le vin bleu n’est pas naturel

Chaque été, il n’y a pas que la musique qui propose ses nouveautés plus ou moins réussies pour accompagner les soirées. L’apéro, lui aussi, voit arriver des boissons, souvent colorées, n’ayant rien de naturel. Le vin bleu fait partie de ces phénomènes. Débarqués tout droit de Corse, sur les tables en 2018, le Vindigo ou encore l’Imajyne ont rapidement créé la polémique.

Loin des vins classiques (blanc, rouge et rosé), ceux-ci détonent et étonnent de par leur robe bleutée. Les producteurs avaient pourtant assuré que leur breuvage était 100 % naturel… Mais, le vin bleu contient bel et bien un colorant, le E133, le même que l’on retrouve dans les bonbons aux couleurs des célèbres personnages de BD, les Schtroumpfs. Le procureur d’Ajaccio a ouvert une enquête pour « pratiques commerciales trompeuses ».

vin bleu apéritif

Le vin bleu fait couler de l’encre :est-ce encore du vin ? © Khrystyna Bakuchava

Le rosé pamplemousse, beaucoup de sucre et d’eau

Autre nouveauté à faire pâlir tous les vignerons français : le rosé pamplemousse et les vins aromatisés que les industriels proposent l’été. Du sucre, de l’eau et un peu de vin, voilà au final les ingrédients qui composent ces boissons. « Il y a bien une base de vin, mais on ne sait pas lequel, c’est forcément du très bas de gamme au vu du prix », détaille dans L’Express Antonin Iommi-Amunategui, auteur d’ouvrages sur le vin naturelMalheureusement, le vin blanc-pêche et le rouge-speculoos n’ont pas été les seuls à être inventés pour titiller les papilles l’été.

Même le célèbre pastis marseillais a lui aussi été agrémenté. On connaît la mauresque (pastis et sirop d’orgeat) ou le perroquet (pastis et menthe), dégustés sur le Vieux Port. Mais ces dernières années a aussi débarqué, un spiritueux anisé rosé, aux extraits de fruits rouges, moins alcoolisé (35 % d’alcool contre 45 %). Dans le « Ricard plantes fraîches », le fenouil remplace la badiane, pour un goût plus végétal. Il paraît que l’on trouve même un P’tit Bleu Pastis. À ne pas commander sur la Canebière…

Illustration bannière : Les apéros de l’été : du sucre, des additifs… et de l’alcool © Chanyanuch Wannasinlapin
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis