Maltraitance animale – Des animaux toujours victimes de tests pour le tabac !

La Fondation 30 Millions d’Amis dénonce les expériences cruelles et inutiles pratiquées par l’industrie du tabac sur plus de deux millions d’animaux à travers le monde.

Rédigé par Paul Malo, le 11 Sep 2019, à 11 h 00 min

Chiens, chats ou rongeurs sont encore utilisés pour évaluer la toxicité des substances présentes dans le tabac, dénonce la Fondation 30 Millions d’Amis. Utiliser des animaux de laboratoire constitue pourtant une aberration.

Il faut interdire des expériences aussi cruelles qu’inutiles

L’expérimentation animale a encore de beaux jours devant elle… Fumée inhalée en continu, goudron de cigarette appliqué sur la peau, électrodes sur l’appareil génital… En 2019, des laboratoires continuent d’utiliser les animaux à des fins de recherches pour l’industrie du tabac.

C’est pourquoi la Fondation 30 Millions d’Amis appelle la Commission européenne à prendre enfin ses responsabilités, et à interdire formellement ces expériences aussi cruelles qu’inutiles(1). Et dans l’attente d’une réforme, « c’est à l’industrie du tabac qu’il incombe de bannir ce type d’expérimentation, comme l’ont déjà fait certains fabricants. »

animaux de laboratoire tabac

Les associations de protection animale dénoncent depuis longtemps les tests sur les animaux – © Volodymyr Tverdokhlib

Lire aussi : Tests sur animaux en Grande-Bretagne : un laboratoire réprimandé pour avoir élevé trop de souris

Ainsi, « lors d’un test d’inhalation, les animaux sont obligés de respirer la fumée de cigarettes pendant six heures consécutives, chaque jour, pendant des mois, voire des années, détaille l’association PETA outre-Manche. Dans d’autres tests, le goudron de cigarette est appliqué directement sur la peau des souris et rats afin de provoquer la croissance de tumeurs cutanées ».

Il existe pourtant des méthodes alternatives pour évaluer de nouvelles substances, la nocivité de certains produits ne faisant déjà de toute façon aucun doute.

Animaux de laboratoire : des expériences sans validité scientifique

D’un point de vue juridique, la Fondation 30 Millions d’Amis doute de la compatibilité de l’expérimentation animale pour le tabac avec la directive européenne 2010/63/UE sur la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques. Ce texte pose les règles de l’utilisation d’animaux vivants à des fins scientifiques, avec l’obligation de recourir, en priorité, à des méthodes alternatives.

animaux de laboratoire tabac

Les rats sont les animaux de laboratoire parmi les plus touchés par l’industrie du tabac – © dsmsoft

Enfin, au-delà des tortures vécues par ces animaux, la validité scientifique d’une telle expérimentation animale est tout aussi contestable. En effet, les différences anatomiques et physiologiques entre les humains et les animaux limitent grandement la dimension prédictive du modèle animal.

Qui plus est, ces animaux de laboratoire ne sont pas exposés à la fumée de cigarette de la même manière et sur la même durée que les fumeurs eux-mêmes.

Début septembre, les associations se réunissaient également à Mézilles où un centre d’élevage de chiens lié à la vivisection fait polémique.

Pour signer la pétition « Pour une interdiction définitive de l’expérimentation animale », rdv ici.

Illustration bannière : Les animaux de laboratoire sont également utilisés par l’industrie du tabac – © art nick
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis