Agence Grenelle Environnement, les énergies renouvelables pour tous

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 1 Oct 2012, à 17 h 00 min

Que vous disent vos clients ? Font-ils réellement des économies ?

C’est difficile de donner un retour car tout cela se calcule sur du long terme et surtout, encore une fois, pour un projet global.

Prenons un nouvel exemple. Admettons que vous vous atteliez à l’isolation de votre toiture et uniquement de la toiture, sans considérer le reste. Vous êtes censé gagner facilement 30 % d’énergie. Or, des déperditions supplémentaires se feront ailleurs, au niveau des murs, des fenêtres entre autres, par lesquelles vous perdrez facilement plus d’énergie qu’avant votre isolation de toiture ! 3 à 8 % d’énergie en plus s’échappera chaque « trou » laissé dans l’enveloppe de votre habitation !

Mais même s’il est difficile de donner des chiffres sur les économies réalisées, on remarque une vraie prise de conscience de la part du consommateur sur sa consommation personnelle. Fini le gaspillage énergétique. On sait que le moindre effort est payant, pour soi, et pour l’environnement. On parle d’ailleurs souvent du simple fait de baisser de 1°C sont logement qui permet d’économiser 7 à 12 % d’énergie !

La première économie et la plus efficace d’ailleurs consiste à modifier consciemment son propre comportement ! Ensuite, il est possible de faire évoluer techniquement son habitation ancienne et d’adapter les techniques et les  matériaux à notre mode de vie moderne.

Il faut garder en tête, comme je le disais tout à l’heure, que la plupart des logements en France sont de l’ancien (près de 70 %). Et ces logements ont la particularité de bénéficier le plus souvent d’une bonne inertie thermique parce qu’ils sont construits dans des matériaux lourds comme la pierre ou la brique (contrairement au parpaing). Or c’est la chaleur restituée par l’inertie qui est la plus confortable.

Même à 18°C, on peut se sentir à l’aise car ces matériaux de construction denses libèrent naturellement et durablement l’énergie accumulée (chauffage, ensoleillement…). Par ailleurs, les anciens avec beaucoup de bon sens recouvraient les parois froides environnantes de lambris, tentures, tapis et rideaux ! Ainsi, grâce à ces masques naturels, ces parois froides (dalles, vitrages, etc. sont des parois dites « froides » car plus froides que la température du corps) ne captent pas les calories du corps.

Naturellement les murs restituent la chaleur l’hiver et la fraîcheur l’été. Plus besoin de pousser le thermostat ou d’installer un climatiseur…

L’erreur qui a été commise il y a une quarantaine d’année (à cause du choix systématique du chauffage électrique) a été la manière d’isoler par l’intérieur, avec des matériaux qui bloquent les échanges thermiques avec les murs (laine minérale ou polystyrène par exemple).

Résultat : on chauffe l’air ce qui est beaucoup plus difficile, beaucoup moins efficace et bien moins confortable.

Une alternative souvent adaptée peut s’étudier avec l’Isolation Thermique par l’Extérieur (I.T.E), pour conserver et bénéficier à l’intérieur justement de l’inertie thermique naturelle des matériaux. Le problème dans ce cas est que l’on est souvent confronté aux exigences des règles d’urbanisme, ce qui rend l’ITE peu compatible avec les logements en ville. Cependant, cela peut s’avérer pertinent en toiture malgré un coût sensiblement supérieur.

Je dis souvent que nos anciens avaient de très bons réflexes ! Leur manière de construire a donné des logements qui durent dans le temps et qui nécessitent peu d’entretien. A nous de les améliorer et de les adapter à notre mode de vie bien différent.

*

Page 3> suite et fin de l’interview

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis