Acciona Dakar 2015 : une voiture électrique dans le désert

Rédigé par Stephen Boucher, le 19 Jan 2015, à 17 h 21 min

C’est une première dans le monde. Si dès 2012, la société Oscar eO avait participé à un rallye automobile avec une voiture équipée d’un prolongateur d’autonomie, 2015 restera l’année où une voiture entièrement électrique aura participé à un rallye automobile. La société espagnole Acciona, spécialisée dans les énergies renouvelables, a aligné une voiture de sa propre conception, 100 % « EcoPowered ». Celle-ci a gravi les sentiers de l’extrême du Dakar 2015 au Chili.

Acciona Dakar 2015 : l’électrique face à l’extrême : « résultat satisfaisant »

Le défi d’Acciona était de concevoir la voiture idéale pour la course la plus difficile mettant à rude épreuve tant les concurrents que la mécanique. Ce bolide était armé de 300 chevaux protégés d’un châssis en chrome-molybdène, 25 % plus résistant que l’acier. Propulsé par quatre batteries de 140 kWh détachables et rechargeables, la voiture était dotée d’une autonomie de près de 330 kilomètres. Résultat « satisfaisant » selon le pilote Albert Bosch.

acciona-dakar-2015-voiture-electrique-03L’équipage et le bolide n’ont tout de même pas fini la course en raison de problèmes techniques survenus en fin de course : « nous avons poussé la voiture au bout de ses limites », précise Albert Bosch.

Un défi technologique et logistique, un bilan énergétique mitigé

Les moyens techniques mis en oeuvre étaient impressionnants : moteur de seulement 80 kilos, soit 200 de moins que les modèles concurrents. Panneaux solaires pour fournir un complément d’énergie pour l’alimentation de certains équipements auxiliaires tels que le système de télémétrie et de sécurité… Une complémentarité bienvenue pour une optimisation de l’autonomie de la batterie. Petite prouesse technologique pour une compagnie spécialisée dans le BTP. Attention tout de même à ne pas finir une étape de nuit…

acciona-dakar-2015-voiture-electrique-02Les règles de la course interdisant un plein avant 800 kilomètres pour les voitures à essence ou diesel, la voiture Acciona devait recharger ses batteries tous les 250 kilomètres. Un défi d’organisation qu’a dû surmonter l’équipe, ainsi bien sûr qu’une perte de temps pénalisante pour une course de ce type.

Question consommation, si une voiture à essence ou diesel consomme en moyenne 2250 litres de carburant pour les 9000 kilomètres de parcours par participant, des camions équipés de batteries ont été disposés à distance régulière pour ravitailler la voiture Acciona, censée être moins polluante. Difficile donc de parler d’émission zéro…

acciona-dakar-2015-voiture-electrique-01Bilan global : la 100 % Eco Powered s’est montrée une vraie rivale sur plan technique, sinon énergétique, et a rappelé que les voitures électriques ne sont plus depuis longtemps au stade de concept-car. La voiture a, certes, des limites mais témoigne des avancées du marché automobile électrique.

*
acciona dakar 2015 voiture électrique compétition performances

Lisez également sur le Dakar et sur les voitures électriques :

Illustrations, et plus d’infos : © http://www.accionadakar.com/

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. avec la voiture électrique, à dieu les islamistes et leur réserve en arabie saoudite. A dieux a tout ces groupes qui font leur dictat avec la peur, la mort, …qu’en on finisse avec ces bourreaux et complices.
    La technologie est porteuse de paix.
    bon courage pour noble expérience

  2. Cela permet parfois d’être l’objet de tests grandeur nature pour faire avancer. Personnellement, je n’ai eu aucun écho de ce projet ACCIONA

  3. Comment le Dakar peut-il encore exister ? Je ne soutiendrai jamais un tel projet, coûteux, sans utilité… pour ne pas dire pire.
    Je trouve absolument honteux, déplacé et presque injurieux que ce genre de choses existe! Il y a tellement à faire pour les démunis, pour ceux qui ont faim, etc. Alors les courses de voitures à l’autre bout du monde, dans des pays qui ont d’énormes difficultés : stop!

    • Stephen Boucher

      @Crystale: L’expérience d’Acciona a le mérite d’utiliser un événement médiatisé pour encourager des voitures moins polluantes, mais sur le Paris-Dakar en soi, j’avoue que je suis d’accord… C’est dangereux, c’est polluant, c’est un luxe de riches dans des pays pauvres. C’est d’un autre âge!

Moi aussi je donne mon avis