Coup de sang : Marre du Dakar

Marre du Dakar

Tous les ans, c’est pareil. On nous bassine avec la beauté des bolides qui déchirent les grandioses paysages du désert sous les yeux ébahis des locaux reconnaissants.

Moi, ça me consterne de voir autant d’énergie et d’argent partir en pollution répétée ; surtout en des lieux d’une telle splendeur. Sans vouloir jouer au rabat-joie, on pourrait légitimement interpeller les organisateurs et les participants sur le sujet de l’écologie et des émissions – par pur plaisir – de tonnes de C02. Que font-ils alors que d’autres font des efforts pour l’environnement à part dispenser un spectacle de riches qui jouent aux voitures ?

Sans doute la formule 1 devrait-elle, elle aussi, s’interroger sur la manière dont elle pourrait mieux se conformer aux enjeux du siècle. La compétition serait-elle moins belle si, par exemple, on imposait des contraintes de moindre pollution aux moteurs ? Les bolides perdraient-ils de leur prestige s’ils ne brûlaient pas des 30 litres aux 100 km ?

On va nous répondre que la F1 et le Dakar contribue au développement et à l’avancée des technologies. Argument bien connu, qui sous un angle cynique, sert aussi à justifier les armes les plus sophistiquées.

Et si, nos plus belles marques, Peugeot, Toyota, Subaru, Renault et les meilleurs pilotes mettaient leur talent au service d’un spectacle et de sports plus respectueux de la nature … et tout simplement de leur époque et des autres ?