8 astuces anti fièvre naturelles pour les enfants

Il est nécessaire de bien savoir gérer la fièvre de son enfant. Quelques dixièmes de degrés en plus ne devraient pas nous inquiéter ; une grosse fièvre : chez le pédiatre. Découvrez des solutions naturelles pour faire baisser une petite fièvre chez son enfant.

Rédigé par Alan, le 15 Jan 2017, à 10 h 40 min

Contre la fièvre de leur enfant, trop de parents administrent encore du paracétamol de manière systématique en association avec de l’ibuprofène. Cette médication souvent abusive comporte des risques et pour quelques dixièmes de fièvre elle n’est vraiment pas nécessaire puisqu’il existe de bonnes astuces anti fièvre tout à fait naturelles. Explications…

Fièvre chez l’enfant : le paracétamol n’est pas la solution

Le paracétamol et l’ibuprofène sont devenus des remèdes courants au quotidien. Disponibles sans ordonnance, ces médicaments sont pris avec légèreté.

Néanmoins, ils restent bel et bien des médicaments, et doivent être administrés avec parcimonie, a fortiori chez l’enfant.

Une étude à grande échelle, financée par le Medical Research Council du Royaume-Uni, a été publiée il y a peu dans The Lancet. Elle a pour but de défaire les mythes autour des analgésiques, administrés à tort et à travers.

astuces anti fièvre

Attention au paracétamol et à l’ibuprofène

La fièvre est un anticorps

Bien entendu, on ne parle pas d’une forte fièvre, mais il ne faut pas paniquer si votre enfant présente quelques dixièmes de degrés au-dessus de la température normale du corps. L’étude rappelle que la fièvre joue un rôle contre une infection : la fièvre « n’est pas une maladie mais un mécanisme de défense physiologique qui a des effets bénéfiques dans la lutte contre l’infection ».

Éliminer la fièvre par un médicament peut donc être néfaste et aggraver l’état de l’enfant. « Il y a un travail d’éducation à faire par les pédiatres », explique l’un des auteurs de l’étude, « ils devraient expliquer plus aux parents que la fièvre quand elle n’est pas très élevée, n’est pas mauvaise en elle-même, à condition que l’enfant soit en bonne santé ».

Laisser la fièvre agir … sans s’emballer

Face à une prolifération de virus, le corps réagit et se défend d’une double manière  : faire monter la température locale augmente, au niveau de la cellule malade, et faire monter la température générale de tout le corps : c’est la fièvre. Ces deux réactions vont aider à stopper l’infection virale. Il se produit des inflammations, signes de la lutte contre les virus. C’est pourquoi il ne faut pas à tout prix combattre l’inflammation si elle est passagère, ni la fièvre si elle reste sous 40°C. Ce sont des réactions naturelles de défense : si le corps ne génère pas d’inflammation, les virus rencontrent moins de résistance.

anti fièvre

Vérifiez la température de votre enfant © Africa Studio Shutterstock

Le paracétamol pour réduire les effets secondaires d’autres médicaments : un mythe

Une idée très répandue chez les parents est celle que paracétamol et ibuprofène peuvent se combiner à un médicament pour en augmenter l’efficacité. Une idée étudiée en vain par le Dr. Purssell dans une étude parue en 2011. Jusque là les études médicales n’ont pas prouvé cette croyance populaire, véhiculée y compris par certains psychiatres(1).

Au contraire, les auteurs de la nouvelle étude sur le sujet concluent que les analgésiques doivent être administrés uniquement pour éviter les risques et pas en combinaison avec le traitement.

Un traitement parfois risqué

Il est important de comprendre que les analgésiques ne sont pas anodins, et encore moins quand il s’agit d’un enfant. Les teneurs maximales en ibuprofène par exemple sont souvent mal connues des parents.

Une étude parue dans le Journal de l’American Academy of Pediatrics rejoint d’autres recherches menées conjointement par les départements de pharmacologie de l’université de l’Arkansas et de celle du Kentucky, aux États-Unis(2).

Les traitements associant ibuprofène et paracétamol sont « non seulement inefficaces mais peuvent aggraver la fièvre et la grippe », y compris quand les médicaments sont administrés en solution.

Une autre étude, parue dans The Lancet, rappelle que le risque de maladies cardiaques ou d’asthme est multiplié, et les dommages peuvent être importants sur le foie et les reins(3).

Lire page suivante : des astuces naturelles contre la fièvre

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

25 commentaires Donnez votre avis
  1. Comme rappelé, lorsque la fièvre n’est pas excessive, il faut la laisser agir. Personnellement, quand j’étais enfant et que j’avais de la fièvre, je prenais un douche bien chaude et ça ne m’a jamais fait de mal, au contraire. Aller aux urgences en dessous de 40° ça me parait tout à fait excessif…

  2. Bjr!
    En crèche on considère la fièvre à partir de 38°05. Evidemment on module en fonction de l’enfant si par ex on sait qu’un enfant va monter très vite. Parfois si l’enfant va à la sieste et qu’il est à 38°2 on peut donner un antipyrétique en fonction de son état général et du temps qu’il peut passer à dormir.
    Pour ce qui est du bain c’est proscrit depuis qqs années.

  3. Merci à vous tous pour pouvoir à partager vos conseils et expériences.

  4. Hier soir j’ai eu 40.2° . J’avais déjà prit 3 x 3 perle d’origan (HE) , donc je ne pouvais plus prendre encore . Alors j’ai prit une gélule de magnesium , mais rien ne change . J’ai prit 3 gélules proViotic (vegetale) + boire beaucoup d’eau et la fièvre à commencer à descendre . Avant d’aller dormir j’avais 38.5° . Et le matin 36.60 . J’ai pris 30 ml NONI pour la journée , 3 gélules perles d’origan , j’ai bu beaucoup d’eau et toute la journée j’était en forme .

  5. Quoi faire si le bébé à sa tête chaude au sommeil?

  6. Dans le temps on préconisait le bain refroidit en douceur, soit, mettre l’eau à la t° du corps puis la baisser doucement à 2° en-dessous, résultat probant.

  7. J’ai 4 enfants, 3 de mes enfants ont convulsé au moins une fois , probablement trop stupide pour gérer la fièvre;( . Jamais de bain , enfant mis en slip , pas de contact physique ( entraînant elevation de la temperature) hydratation, …) l’un de mes enfants à convulsé a trois ans et demi et a le même comportement que moi face à la fièvre.(j’ai moi même convulsee tardivement) Il dit j’ai mal aux yeux: prise de temperature normale l’espace d’un déshabillage, d’un goûter, enfin moins de 10 minutes et il est a 39 ou 40 , sa fièvre tombe aussi vite qu’elle ne monte. Avec sur la montée des céphalées ophtalmiques terribles ( la première fois que mon medecin m’a vu avec de la fièvre, il pensait que j’avais une méningite , mais je n’étais pad a 39). Quand il a convulsé a 3ans et demi, dans le camion des pompiers il n’était qu’a 38.6.alors moi je veux bien que les convulsions febriles ne soient pas très graves, je veux bien ne traiter qu’a la compresse et au slip party mais a un moment il faut m’expliquer pourquoi mes enfants convulsent de peur!!! Et toute la culpabilité sur mes épaules sûest ce que j’ai fait ou pas assez fait… A l’hôpital, mon aîné etait reste en observations apres des convulsions vers 18 mois, et le soir on lui avait fait prendre un bain après une prise de paracétamol puis on l’avait couché, beau calme et frais, je m’étais installee pres de son lit , il s’endort, une infirmière revient trois heure apres prends la temperature : un petit 38 , je demande vous ne lui donnez rien, non 38 c pas de la fièvre me répond elle , mon doudou etait en couche. Je me mets dans mes bouquins et a un moment sa respiration a changé ( peu de temps apres le départ de l’infirmière ) je le regarde , il etait comme beaucoup de bébé de cet âge allonge les fessés en l’air et tout en dormant levait , baissait les fessés et ce dans un mouvement de plus en plus régulier et saccade, panique à bord , je le prends, le réveille , il était raide Comme un bout de bois mais

    • Mais conscient, donc de nouveau bain et ibuprofène et je vous explique pas ma tronche quand a 7h 30 un infirmière qui ne faisait que son boulot est venue me réveillée en me disant : c’est l’heure du bain;))) euh je pense qu’on va le laisser dormir!!!
      Je pense que dans la famille il y a un truc bizarre à ce niveau la, apres on est rarement malade et si on l’est c’est peu de temps. Seulement quand je dis a un medecin qui ne me connaît pas que je ne supporte pas la fièvre il se fout de moi , en me disant que le pb c’est la maladie pad la fièvre. L’ennui c’est que maux de gorge et infection urinaires pyelonephrithe ( dsl pour l’orthographe) ont toujours été moins difficiles à supporter que mes maux de tête du a la fièvre, fièvre tombee j’arrive a être active a 38,5 je suis dans le noir sans bruit et le simple fait de respirer me paralyse et me tire les larmes, je grimace, je jeinds ….

  8. Juste comme ça au delà de 39° l’idée de consulter un médecin ?
    Au delà de 40° allez aux urgences surtout si c’est un nourrisson. Ce n’est pas un bain qui sauvera votre enfant et vous informera de l’origine de cette fièvre et de l’infection.
    A bon entendeur Salut !

  9. Pour l’hydratation le lait maternel à volonté est aussi idéal. En plus bébé bénéficiera des anticorps de la maman présents dans son lait.

  10. Comment mettre un enfant ou bébé dans un bain de 38 degrés si il a 39 degrés de fièvre ?? L’eau est presque brûlante, comment va-t-il résisté ???

  11. Bonjour,

    Je me permets de vous diriger vers un article très bien écrit parlant de la fièvre car il existe beaucoup d’idées reçues sur celle-ci : santenatureinnovation.com/laissez-monter-la-fievre/

    Bonne lecture.

    grandmerefeuillage.com

  12. Je suis également maman de trois enfants (désormais plus vraiment “en bas âge ” 🙂 !!!) et je ne me suis jamais franchement affolée par rapport à la température de mes enfants (très peu malades). Je l’ai cependant toujours contrôlée pour éviter qu’elle ne monte trop haut.
    Ma petite dernière, cependant, a un jour fait des convulsions (et je ne lui avais fait aucun bain…le fait de lui donner un biberon tiède pour l’hydrater a rajouté qqs milli-degrés qui l’ont fait convulser).
    J’ai eu la trouille de ma vie (je suis seule à élever mes enfants)…les médecins* m’ont assuré qu’elle ne devait jamais passer la barre des 39° sous peine de remettre ça….ce qui m’a longtemps angoissée. (*ils voulaient la mettre sous Valium ! à un an et demi ! ça va pas la tête !)
    Jusqu’à ce que je découvre la Méthode des bains Dérivatifs (ou D-Cooling Way) de France Guillain (merci, France !).
    Nul besoin de mettre l’enfant dans un bain plus frais d’un seul degré que sa température et le voir frissonner, de le découvrir et le voir grelotter : la poche de gel fait des miracles !
    Je précise que le mode d’utilisation des Yokool (désormais brevetées) est ultra-simple et ultra-efficace. Mon fils de 19 ans, qui a pris froid en s’habillant comme en été récemment (l’âge bête…ça dure un moment !)alors qu’en plus il pleuvait, s’est trouvé scotché dans son lit en plein week-end avec une belle fièvre, un bon mal au crâne, et un engourdissement bien fiévreux de première classe.
    Après lui avoir dit ma façon de penser sur ses idées en matière d’habillement et leurs conséquences, je lui ai amené deux Yokool enrobées de 2 feuilles de sopalin : une qu’il a mise au niveau du périnée, l’autre sur le front.
    Tant qu’il “sentait positivement”la fraîcheur et que ça lui faisait du bien, on laissait en place. Dès qu’il ne sentait plus le froid, hop, une autre Yokool bien fraîche ALORS QU’IL ETAIT AU FOND DE SON LIT AU CHAUD SOUS LA COUETTE et impossible de l’en faire partir. Pire qu’une marmotte en hibernation, la fièvre en plus…
    Au bout de quelques heures, il a rejeté couette et peignoir, a eu très soif encore, est retourné se coucher avec bien meilleure mine.
    Le lendemain, c’est comme s’il ne s’était rien passé, il était frais comme un gardon et est parti faire ses partiels…
    J’ai appliqué cette méthode quand ils étaient petits, elle fonctionne toujours, et aussi sur les grands. Laisser la fièvre faire son travail est salutaire…jusqu’à un certain degré ! qu’on ne sait pas toujours évaluer. Certains supportent bien mieux la fièvre que d’autres, et il faut en tenir compte….! 🙂

  13. Beaucoup d’idées reçues dans cet article et dans les commentaires.
    ATTENTION !
    L’élévation de température corporelle de l’organisme lorsqu’une prolifération bactérienne ou virale vient le perturber, permet justement d’éviter cette prolifération. La prolifération de CES BACTERIES ET VIRUS est fortement ralentie à partir de 38.5°, et d’autant plus efficacement que la montée est plus ou moins importante. Il est évident qu’il ne faut pas la laisser grimper au-delà du seuil critique qui se trouve généralement AU-DELA de 39.7°, voire plus ! Mais ce seuil ne sera atteint que tout à fait exceptionnellement !!!
    La peur des mamans, bien compréhensible, est très mauvaise conseillère dans ce cas.
    Ce qui veut dire, ne langage clair, que forcer l’organisme à baisser sa température revient à l’empêcher de lutter contre l’infection…. et donc à prolonger la maladie en cause….
    Le conseil de Cha est des plus avisés….

  14. Donner un bain à 36°C signifie pour l’enfant avoir une température à 37°C. L’hyperthermie est considérée à partir de 38°C voir 38°2 ( souvent à l’hôpital).

    • Exactement voir même 38,2° 🙂

    • voir même 38,2°c comme tu le dis si bien 😉 Me manquait la suite et ça n’a pas le même sens du coup 😀

    • Alan

      Vous avez complètement raison. J’ai re-modifié l’article pour que ce soit plus clair. Je partais néanmoins du principe que pas mal de parents considèrent que leur enfant a de la fièvre dès qu’il est à 37,5°C, surtout si sa température classique est plutôt autour des 36,8°C. Comme cela pourrait être mal interprété, avec des risques pour l’enfant, j’ai re-précisé les chiffres. Merci pour vos remarques en tout cas :).

  15. Delphine suite à votre réponse : médicalement on considère comme température à partir de 38°C … ce qui nous amène à un bain à 37°C pas 34 ou 36°C comme noté dans l’article…
    Donc préciser une faible fièvre dans l’article le rend toujours erroné concernant le passage du bain… mais si vous pensez que cet article est forcément juste au risque que certains enfants finissent à l’hôpital suite à votre mauvais conseil sur ce point… à votre conscience.
    Dommage sur un site aussi sérieux que Conso globe de lire ce genre de choses. Je suis déçue et plutôt estomaquée de la légèreté dont la chose est prise aussi importante soit-elle…

    Cordialement.

    • Alan

      Ma réponse ne signifiait pas cela. On parlait dans l’article initialement d’une fièvre très légère : certains parents paniquent à 37,5°C et bourrent alors leurs enfants d’un cocktail d’ibuprofène et de paracétamol.
      Néanmoins, l’article a été modifié tout de suite car oui, je considère sérieux qu’il puisse porter à confusion : initialement je déconseillais d’ailleurs le bain froid pour ces raisons.
      Merci de vos remarques.

  16. Attention vous faites erreur sur un point! DANGER!!!! Qui est le suivant:

    “Faire baisser la fièvre : le bain !
    La mauvaise idée serait de plonger l’enfant dans un bain froid : très mauvaise idée. Néanmoins, une méthode consiste à le mettre dans un bain à une température classique (entre 34 et 36°C) et laisser baisser progressivement la température de l’eau de manière naturelle.”

    Le bain est aujourd’hui déconseillé en cas de fièvre parce que beaucoup de parents ne savent pas donner ce fameux bain en cas de température: ils le donnent comme dans votre conseil erroné et DANGEUREUX entraînant des convulsions suite à la différence trop importante entre la t° du corps et celle de l’eau. Ce qui ne se devine pas, personne n’est à blâmer d’où l’importance de trouver de juste informations sur ce type de sujet.
    Le bain thérapeutique se donne à 1° en dessous de la t° de l’enfant: soit si l’enfant a 40°c de fièvre ce sera un bain à 39 °C! si l’enfant a 39°c alors un bain à 38°c!
    J’espères que vous remédierez vite à cette erreur et trouverez meilleures sources… et que des parents n’auront pas suivit votre conseil entre temps…

    Une fidèle lectrice, mère de trois enfants et de métier corps médical.

    • Alan

      On parlait bien d’une très faible fièvre dans l’article et certainement pas de 38 à 40°C ! mais je peux préciser si ce n’est pas suffisamment clair.

  17. J’ai utilisé le bain pour mes 2 enfants. Mon médecin de famille homéopathe recommandait une eau proche de la la température du corps (38, 38,5°) et laisser baisser jusqu’à 37° en tenant l’enfant dans ses bras lorsqu’il est petit ou en soutenant la tête. Le bain avait un effet très positif sur la température et la tension du corps et je n’ai jamais eu de problème car justement, la température ne baisse pas rapidement.

Moi aussi je donne mon avis