7 villes où voyager, parce que privilégiant l’humain aux voitures

Rédigé par Stephen Boucher, le 7 Jun 2015, à 15 h 20 min

Milan, la ville design redessine les transports

Le Duomo, cathédrale de Milan

Le Duomo, cathédrale de Milan

La ville au départ assez polluée de Milan, capitale mondiale du design, a mis en place une nouvelle manière de garder les voitures hors ses murs : si les personnes se déplaçant laissent leur voiture à la maison, ils obtiennent des bons de transport public gratuits. Chaque jour que vous laissez la voiture à la maison – l’information est obtenue grâce à un boitier installé dans le véhicule – vous recevez de la mairie un bon de transport public.

Helsinki, inutile bientôt d’y posséder une voiture

D'ici 10 ans, plus besoin de voiture dans la 1ère ville finlandaise

D’ici 10 ans, plus besoin de voiture dans la 1ère ville finlandaise

La capitale finlandaise a l’ambition que d’ici 10 ans, il sera totalement inutile d’y posséder une voiture. Helsinki voit sa population augmenter rapidement, mais elle prévoit que plus elle accueillera de monde, moins elle autorisera de voitures. Son nouveau plan de développement prévoit de transformer les quartiers aujourd’hui fortement dépendants de la voiture en communauté où la marche prédomine, reliés au centre par un réseau de transports publics rapides. Un système de mobilité-sur-demande – c’est le pays de la haute technologie… – pour rendre la vie sans voiture plus aisée, y compris avec une nouvelle appli en cours de test qui permet de trouver très aisément toutes les alternatives à la voiture : vélos partagés, taxi, bus, autopartage…

Hambourg, plus facile sans voiture

Hambourg, ville à la pointe

Hambourg, ville à la pointe

Si la ville allemande ne prévoit pas, comme certains médias l’ont annoncé erronément, d’interdire les voitures dans son centre, elle rend les déplacements sans voiture de plus en plus aisés grâce à son réseau vert. Un nouveau « réseau vert », qui sera finalisé au cours des 15 à 20 prochaines années, connectera les parcs à travers la ville, permettant de se rendre partout à pied ou à vélo. Le réseau couvrira 40 % de la ville, y compris certaines parties de l’autoroute A7, qui sera en partie convertie en parcs.

Lire page suivante : Chengdu – Cocorico…

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à la Fondation européenne pour le Climat (European Climate Foundation), où il était responsable des...

3 commentaires Donnez votre avis
  1. C’est une escroquerie intellectuelle que de parler de « Paris » sans autre précision. En effet, Paris intra muros est très bien desservi par les transports en commun. Le véritable problème est celui de la banlieue. Et aussi de l’aveuglement obstiné, en France, face aux dolmus, minibus à 20 places aussi pratiques dans le centre de Paris qu’à la campagne ou pour rayonner autour des gares de RER. Or Renault en fabrique à Bursa (Brousse), en Turquie. Inutile d’acheter des minibus Mercedes ! Et puis, savoir s’arrêter à la demande, avoir la mentalité de service …

  2. Bonjour,
    Comme beaucoup, apprécie de pouvoir marcher en ville, MAIS …
    Quand l’unique moyen de transport est la voiture, qu’en faire en arrivant à Paris: Parking Public = 200 euros pour une semaine = un racket
    Si les habitant veulent une ville piétonnière, il faut l’assumer en offrant des places à prix raisonnable (prix coutant) à ceux qui viennent y séjourner provisoirement, genre parking périphérique.
    Dans mon village on ne taxe pas les parisiens qui viennent en voiture et de plus ils se garent n’importe où, n’importe comment.
    Ce serait bien la réciprocité.

  3. Notre 1er ministre préfère le jet c’est plus rapide, mais c’est plus cher pour le contribuable.

Moi aussi je donne mon avis