Une bombe jardinière pour guérilla urbaine

Rédigé par Jean-Marie, le 8 May 2011, à 21 h 11 min
Une bombe jardinière pour guérilla urbaine

Faire fleurir des végétaux en ville, faire exploser la flore dans tous les interstices de ciment, toutes les failles du béton urbain… c’était l’idée d’un étudiant de Roubaix.

seedbox-green-your-cityDans le cadre d’un concours, « le 3ème concours de l’Innovation Jardins », Gauthier Leleu , étudiant en design, a conçu une « seedbox», littéralement, une boîte à graines.

Un projet très proche du projet coréen Seedbomb dont nous avions déjà parlé.

La Seedbox est une arme de guérilla urbaine

seedbox-guerrilla

Seedbox-guerrilla

La seedbox, en fait, c’est un aérosol, une bombe à graines (une boule en réalité) ajoutée à une seringue qui servent à implanter des graines, à en injecter partout pour que des végétaux poussent dans tous les recoins inutilisés de la ville et des ses structures de béton.

Cette bombe est destinée aux enfants et adultes en quête d’un nouveau jeu d’espion ou de guerrier et cherchant à apporter un brin de nature dans leur cité.

Elle est une porte d’entrée à la science des plantes et une incitation au jardinage en ville. Une idée explosive non ?

Une idée qui tarde à germer

seedbox

La Seedbox

Dans la série des idées sympathiques, en voici une qu’on aimerait voir aboutir.

Car pour l’instant, il semblerait que Gauthier L. n’aie pas trouvé de fabricant : “aucune firme capable de le publier n’est intéressée pour le moment et ces objets restent donc prospectifs“.

Dommage… En attendant, achetez vous un kit de graines bio et faites vos semis de printemps.

*

Cela me donne une idée

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. Réponse à Consoglobe : La démarche est celle de ” mettre la ville à la campagne ” qui n’est pas nouveau. Tout est dans l’art de le faire. La liberté des uns commence là où finit celle des autres. Autrement dit, la seedbox est du terrorisme floral. De quel droit obligent t’ils les gens qui aiment le béton et le goudron des villes à avoir de vilaines plantes anémiques qui poussent n’importe où ?
    C’est de l’ironie, bien sûr, quoi que ……..
    Sérieux, une ville est une ville, on en fera pas un pré ou une forêt. Il y a des parcs, des squares, des balcons fleuris, des arbres de rues etc. A preuve, il y a une vraie biodiversité ( faucons, chauve-souris, abeilles, etc etc ) dans la ville. A chacun d’ouvrir les yeux, de lever la tête, d’observer, de s’intéresser et se cultiver à la nature.
    Si les amateurs de seedbox ont de l’énergie à revendre, je suis sûr que quelques terrains vagues municipaux n’attendent que leurs bras pour se nettoyer, se verdir, se planter de légumes, pourquoi pas ?
    A moins, comme je le disais, que ces doux rêveurs préfèrent laisser le boulot aux autres….
    Cordialement

  2. C’est le genre de vraie – fausse bonne idée qui ” germe “, c’est le cas de le dire, dans un esprit d’un futur BoBo qui n’a jamais vu un arbre ou un brin d’herbe ” en vrai “. Genre utopie de doux rêveur. Evidemment, les autres payeront les pots cassés, épandage de défoliants, immeubles fissurés …

    • Consoglobe

      Merci wabooa de cette remarque sur les dangers de cette démarche : pourriez vous nous en dire plus ? est-ce qu’il n’y a pas une manière de garder ce qu’il y a de séduisant dans l’idée de la seedbox en évitant les travers que vous évoquez ?

  3. Bonjour,
    si comme nous, on aime la nature et on tente de la respecter le plus possible, c’est OK.
    Par contre, j’ai pu constater maint et maintes fois que dès qu’un brin d’herbe quelconque sort dans des endroits difficiles (fissures, bords des trottoirs, murs, recoins en tout genre….) une armée de personnes diverses et variées s’emploient à les détruire à coup d’herbicide. Donc prudence, l’idée de départ est chouette pour ammenier du vert dans le béton mais j’ai peur que cela fasse utiliser encore plus de produit phytosanitaires nuisible à la planète, donc effet inverse.
    A cogiter à mon avis.
    bonne journée

    • Je suis d’accord avec vous car, a tort ou a raison tous ses brins d’herbes vont être détruit a coup de désherbant. De plus les racines font des dégâts en “poussant” les matériaux, les fissures s’agrandissent et fragilises les structures, qui devront être soit laissés à l’abandon (danger) soit détruit et refait a neuf. Bénéfices net 0 voire négatif.

Moi aussi je donne mon avis