Décorer

Duel écologique : Peinture classique vs. peinture écologique

Quel est le bilan écologique de la peinture classique par rapport à la peinture écologique ? Nous dressons les pour et les contre de chaque.

Peinture classique vs. peinture écologique

Moins nocives, accessibles à tous les budgets et protectrices de l’environnement, les peintures écologiques ont une place de plus en plus importante dans les rayons des magasins de bricolage. Comment sont fabriquées ces peintures dites “écologiques” ? Quelles sont les vraies différences avec les peintures classiques ?

Peinture classique

Les pour : un prix légèrement inférieur, une application simple, un séchage rapide, une palette de couleurs plus riche
Les contre : dangerosité pour l’homme et pour la planète, dérivés pétroliers très polluants et nocifs pour la santé
Les peintures classiques sont composées essentiellement de résines, de solvants, de pigments, de charges et d’additifs. Les Composés Organiques Volatiles (COV) contenus dans ces peintures, sont issus de dérivés du pétrole et peuvent nuire à notre santé mais aussi à celle de la planète.Les peintures classiques : un cocktail de produits dangereux La peinture comporte en général trois composantes :

  • Les pigments : il donne la couleur et l’opacité à la peinture. Les plus dangereux contiennent des métaux lourds (plomb, cadmium, cobalt, chrome), polluants et toxiques même à très faible dose, qui se concentrent dans la chaîne alimentaire une fois dispersés dans l’environnement.
  • Les liants : ils lient le pigment et donne la consistance et la transparence. Ces résines peu dangereuses sont ajoutées pour la texture de la peinture.
  • Les solvants : ils servent à fluidifier les peintures, ainsi que les vernis. Leurs composés organiques volatils (COV) sont particulièrement nocifs, à l’instar du white-spirit, du trichloréthylène ou de l’acétone.

Lors de l’application de ces peintures, un certain nombre de produits nocifs sont diffusés dans l’air et imprègnent les tissus et moquettes de votre habitat. Ils restent présents dans l’air pendant plusieurs mois et peuvent causer des irritations diverses et une diminution de la capacité respiratoire.

Aussi, en raison de leur inflammabilité et de leur explosivité, des mesures de prévention et de protection s’imposent lors de leur stockage et de leur utilisation.

Enfin, pour l’environnement, l’écotoxicité des peintures synthétiques implique un traitement spécifique des résidus et déchets.

Leur application implique certaines règles à respecter :

  • Utiliser un masque et des gants.
  • Ouvrir les fenêtres durant l’application.
  • Aérer les pièces après la fin de l’application.
  • Ne pas utiliser de peinture classique en présence de nouveau-né et de femme enceinte.
  • Ne pas jeter les restes de peinture dans l’évier.
  • Apporter vos restes de peinture dans une déchetterie.
  • Nettoyer les pinceaux à l’eau.

Peinture écologique

Les pour : absence totale de nocivité et d’odeur, un bon pouvoir couvrant, aucun dégagement de Composés Organiques Volatils, aucun dérivé pétrolier, biodégradable, perméable.
Les contre : une palette de couleurs parfois moins étendue, une application pas toujours performante.
Même si le plomb a disparu des peintures à cause de ses effets sur la santé (saturnisme) et l’environnement, les peintures traditionnelles, même à l’eau, contiennent toujours de nombreux produits toxiques, nocifs pour la santé et l’environnement.A l’inverse des peintures classiques, les peintures naturelles s’attachent à offrir des composants apportant une faible nuisance environnementale.

  • Les essences d’aromates ou d’extrait d’agrumes et l’eau sont employées comme substituts aux solvants des peintures synthétiques
  • Les pigments les plus utilisés sont des oxydes minéraux (fer ou ocres).
  • Les liants sont des huiles (de ricin, de lin), des cires, mais aussi de la caséine ou de la chaux éteinte.

Les matières premières constituant ces peintures écologiques proviennent le plus possible de ressources naturelles renouvelables et ne sont pas toxiques. Elles ne contiennent pas de solvants émetteurs de Composés Organiques Volatiles (COV). Les peintures naturelles et écologiques sont donc inoffensives pour la santé.

Les peintures écologiques sont souvent de bien meilleure qualité que leurs homologues de synthèse. En effet, leur pouvoir de pénétration dans le support est plus important, elles sont  perméables, tout en laissant respirer les murs, et elles ont une durée de vie et de vieillissement excellents. En plus de toutes ces qualités, elles restent totalement inodores.

Une production moins nocive pour l’environnement

Leur fabrication est beaucoup moins dommageable pour l’environnement que les peintures de synthèse. Les peintures naturelles et écologiques sont biodégradables et leur production consomme peu d’énergie et produit peu de déchets. Leur charge sur l’environnement est donc réduite par rapport à la production de peinture classique. Le contenant est aussi important en matière d’écologie : pour réduire les déchets, les pots se font plus petits et plus économiques.

Le verdict consoGlobe

Peinture classique : 4 / 10
Peinture écologique : 8 / 10

Vers une disparition progressive des peintures synthétiques

Dès le 1er janvier 2010, les normes européennes obligent les fabricants à respecter des taux faibles de COV pour respecter davantage l’environnement (moins de 30 g de COV par litre de peinture).

La problématique pour les fabricants est donc aujourd’hui de diminuer l’utilisation de ces produits nocifs tout en conservant une bonne qualité de produit. Pour être écologique, la peinture doit être composée de matières naturelles. Conscients de l’impact de leurs produits sur la nature, les fournisseurs qui jouent le jeu voient leurs efforts reconnus par l’obtention de l’Ecolabel européen (reconnaissable à son logo en forme de fleur) ou de la Norme NF Environnement. Seules ces normes garantissent le respect des exigences environnementales de composition ainsi que de performance.

labels
© Ecolabel et NF Environnement
Avant d’acheter une de ces peintures, il faut donc savoir reconnaître ce qui est inscrit sur le pot. Soyez vigilants dans le choix de la peinture et lisez bien les étiquettes. Regardez la composition de la peinture. Les peintures écologiques doivent impérativement inscrire tous les ingrédients sur l’emballage. Vérifiez aussi les logos de toxicité.

La tendance va donc vers une disparition progressive de la peinture synthétique, au profit de solutions plus naturelles et moins nocives. D’autres fabricants vont plus loin. Ils proposent des peintures « intelligentes », capables d’absorber les matières volatiles contenues dans l’atmosphère.

Au niveau du prix, les couleurs vives sont plus riches en stabilisants, d’où une répercussion sur le prix. 10 litres de peinture écologique coûtent entre 90 et 100 euros. C’est le prix pour avoir un produit sain pour sa famille et son environnement.