Pour une mode zéro déchet : le Global Change Award

Le 10 février dernier, la fondation H&M Conscious a remis une dotation d’un million d’euros à des initiatives en faveur d’une mode plus responsable. Le géant du textile suédois se tourne vers l’économie circulaire en valorisant des initiatives zéro déchet. Premiers pas vers une mode plus durable.

Pour une mode zéro déchet : le Global Change Award

Une cérémonie organisée le 10 février dernier par la fondation H&M Conscious a récompensé les cinq projets les plus novateurs pour une mode éco-responsable. 2.700 projets avaient été reçus, de 112 pays différents.

Le projet qui a recueilli le plus de votes est finlandais et vise à convertir le coton usagé en matière première. Il a récolté 300.000 euros et aura accès à un incubateur pour développer son application à une échelle industrielle. Il s’agit d’utiliser une nouvelle technologie pour dissoudre les fibres de coton dans un solvant écologique et les réutiliser comme des fibres de coton naturelles.

« Cela permet de réduire les déchets mis en décharge et de préserver les ressources naturelles, en améliorant l’impact environnemental sur les deux côtés de la chaîne de production », note le responsable de l’initiative, Michael Hummel.

Les efforts de l’industrie de la mode

Il faut dire que l’industrie de la mode et du prêt-à-porter a des choses à se reprocher en termes d’impact environnemental. On produit 25,5 millions de tonnes de coton par an dans le monde et la culture du coton consomme un quart des pesticides utilisés dans le monde. Le blanchiment du coton, sa teinture, utilisent des produits particulièrement toxiques comme le chlore ou les métaux lourds.
 

D’autre part, les collections qui se renouvellent chaque saison poussent les consommateurs à acheter des habits qui auront une durée de vie toujours plus courte. Selon une récente étude du Council for Textile Recycling, l’Américain moyen jette 35 kilos de vêtements chaque année, ce qui équivaut approximativement à 191 T-shirts par personne.

Seulement un quart des vieux vêtements sont recyclés en France. Toutefois, les professionnels de la filière textile et les acteurs du tri ont fait des efforts pour faciliter le recyclage. L’initiateur du prix Global Change Award, la chaîne de magasins H&M, a même installé des collecteurs dans ses boutiques et permet à ses clients de ramener ses vieux habits en échange d’un bon d’achat. Résultat, plus de 18.000 tonnes de textile ont été récupérés en deux ans et la chaîne utilise ces vieux vêtements pour en produire de nouveaux à partir des fibres recyclées.

Avec ce prix, il s’agit d’aller plus loin pour « boucler la boucle » de l’économie circulaire : produire le moins de déchets possible et les réutiliser pour produire de nouvelles matières.

Des habits à base d’algues et de citrons

Les autres initiatives récompensées visent justement à favoriser l’économie circulaire. Un projet italien souhaite utiliser les sous-produits de la culture d’agrumes pour produire de nouvelles fibres textiles, et un projet néerlandais expérimente la production d’algues pour faire du tissu.

Un autre projet teste un « digesteur de polyester » : un microbe pourrait digérer les fibres de polyester, les plus utilisées pour produire des habits, pour mieux les réutiliser et créer plus facilement des habits en polyester recyclé.

Enfin, la dernière initiative vise à créer un marché en ligne pour les textiles en fin de vie, afin de mieux les valoriser. Une plateforme, le Global Change Network, permettra aux porteurs de projets éco-responsables d’échanger entre eux et de construire ensemble des projets. Pour construire la mode de demain, sans déchet.

 Photo bannière : Mode zéro déchet Dmitry Abaza / Shutterstock.com