Énergie solaire, des trottoirs, des corps humains : 3 technologies qui vous étonneront

Énergie solaire, des trottoirs, des corps humains : 3 technologies qui vous étonneront

Les rayons du soleil tombent sur l’ensemble de la surface de la terre. Et notamment sur les routes et pistes cyclables. Pourquoi alors ne pas utiliser ce potentiel de surfaces pour fournir, par des panneaux photovoltaïques, une partie de l’électricité nécessaire ? Fort de ce constat,  plusieurs entreprises et chercheurs ont mis en place des projets ambitieux afin de récupérer l’énergie solaire dans des lieux insoupçonnés.

Énergie solaire : routes et pistes cyclables solaires se développent

C’est dans la ville d´Amsterdam qu´a été installé le premier tronçon de 70 mètres d´une piste cyclable solaire avec comme objectif sur le long terme d´étendre cette technique à l’ensemble des routes et du réseau cyclable du pays. L’objectif de ce premier essai est d’une part d’étudier la capacité d’alimenter, en partie, le réseau local en électricité et d’autre part de mettre au point un système qui permettra aux voitures et vélos électriques de se recharger par le simple fait de rouler sans qu’il y ait une nécessité de fils ou de fiches électriques. La méthode pourrait également fournir l’électricité nécessaire à l’éclairage public si le dispositif était raccordé à un système de stockage.

énergie-chaleur-électricité énergie solaire inventions routes alimentation

L’électricité fournit par ce premier tronçon permet d’alimenter l’équivalent de deux maisons. Les panneaux photovoltaïques recouverts d’un verre trempé (afin d´éviter que ceux-ci soient trop glissants) fonctionnent comme des panneaux photovoltaïques classiques. Ils captent l’énergie issue des rayons solaires pour la transformer en électricité. Cependant, si le défi technique a été relevé, il est maintenant nécessaire de rendre compétitive cette technique par une mise en place à grande échelle.

De l’eau chaude sous le bitume

Nous avons tous pu constater qu’en pleine chaleur, la température est plus élevée sur le bitume que sous un arbre ou encore dans une prairie d’herbe. En effet, le bitume fait augmenter la température de l’air du fait de sa forte capacité d’absorption des rayons du soleil, emmagasinant ainsi la chaleur qu’ils contiennent. Or, aujourd’hui cette production de chaleur n’est quasiment pas valorisée. Comment alors utiliser la chaleur produite par le bitume des routes et trottoirs ?

énergie-bitume-chaleur énergie solaire inventions routes alimentation

C´est la question que c’est posée le président de Novotech qui a mis au point le « Roadway Energy Systems ».  Ce système permet de récupérer la chaleur absorbée par le bitume pour chauffer un circuit d´eau placé sous les routes afin d’alimenter en chaleur une partie des bâtiments alentours. Là encore le réseau fonctionne comme un chauffage solaire classique installé sur le toit des maisons. Mais cette technique peut aussi produire de l’électricité par la mise en  mouvement d’une turbine à partir de la vapeur d’eau quand l’eau est chauffée suffisamment pour atteindre son point d’ébullition.

La production peut aller jusqu’à 200W/m² avec un coût par unité de rendement faible (20 à 50 dollars). Cette technique est d’autant plus intéressante que le revêtement des routes doit être refait tous les dix ans. Il est donc possible d’installer le réseau de tuyaux à ce moment tandis que les nouvelles routes peuvent quant à elles intégrer dès leurs réalisations cette technique. Le coût de mise en oeuvre reste quant à lui assez faible, le réseau de plomberie pour acheminer l´eau étant souvent déjà présent.

La chaleur humaine pour les lieux publics

Si la terre nous fournit des ressources énergétiques renouvelables, notre corps dégage aussi une quantité non négligeable d’énergie par la chaleur corporelle, autour de 100W de chaleur par personne.

Pourquoi alors ne pas profiter de cette chaleur produite quand une présence importante de personnes dans un même lieu fait monter la température ? Récupérer cette chaleur, c’est ce qui se fait dans la gare de Stockholm.  En effet, alors que la température est maintenue à 20°C au sol, la chaleur dégagée par les usagers aboutit à faire augmenter la chaleur au plafond, laquelle peut atteindre 35°C – l´air chaud, plus léger que l’air froid, monte.

Il est dans ce cas nécessaire d’ouvrir une partie des lucarnes pour laisser s’échapper la chaleur. Afin de récupérer cette manne précieuse et de l’utiliser pour chauffer la gare et l’eau chaude sanitaire en combinaison avec d´autres sources, Karl Sundholm, a eu l’idée de récupérer cette chaleur à l’aide de ventilateurs pour la transmettre ensuite à un échangeur thermique. L’air chaud est alors récupéré pour le faire circuler dans le circuit d´eau chaude et de chauffage de la gare !

Vous l’aurez compris l’énergie est bien partout autour de nous et les nouvelles technologies pour la récupérer à faible coût se multiplient !

 *