Les cosmétiques pour bébé…toxiques ?

Dans la majorité des maternités, des produits cosmétiques pour bébé sont distribués gratuitement sous forme de mallettes. Ces trousses de naissance cherchent à fidéliser les jeunes parents, futurs consommateurs.

Des toxiques dans les produits bébé

bébé - cosmétique - consoGlobeToutefois, ces produits cosmétiques sont sur la sellette. Pourquoi ? parce que des substances nocives dans la composition  pourraient avoir des conséquences sur la santé des petits.

En effet, le Comité pour le Développement Durable en Santé (C2DS) révèle la dangerosité de ces produits qui seraient de véritables cocktails toxiques : Parabens, EDTA, BHA, PEG, éthers de glycol, bisphénol A.

D’ailleurs, certaines de ces substances sont classées CMR (cancérigènes, mutagènes et/ou reprotoxiques) ou interdites dans certains pays…

Ces mallettes contiennent toute une gamme de produits : crème, gel lavant, eau minérale, lingettes, couches

Composants toxiques dans les cométiques : les bébés en 1ère ligne

On a de fortes présomptions pour nombre de ces produits” et “on n’arrive pas à avoir la preuve de leur innocuité“, a souligné Olivier Toma, président du Comité pour le développement durable en santé (C2DS) et directeur de clinique.

Même à faible dose, elles peuvent avoir des effets lorsque l’exposition est permanente et répétitive. Les bébés sont davantage concernés car ils sont en plein développement.

  • Jusqu’à 3 ans, la peau des tout-petits est fragile : plus fine et plus perméable que celle d’un adulte, elle absorbe tout et se défend moins bien.

Or que savons-nous précisément des produits qu’on leur étale chaque jour sur la peau  ?

De plus en plus d’études ont démontré les effets néfastes de certains composants.

Par ailleurs, ces études ont constaté un lien entre certaines de ces substances chimique et l’augmentation d’apparition et d’incidences de maladies comme le cancer, l’obésité, les malformations congénitales, la stérilité, les maladies du système nerveux et les allergies.

Le problème devient alarmant, en Europe, le nombre de cancers chez l’enfant augmente de 1 % chaque année.

bébé soin - cosmétique - consoGlobeLe C2DS a demandé qu’au même titre que les médicaments, les produits cosmétiques soit soumis à une autorisation de mise sur le marché (AMM).

De son côté, la Fédération des entreprises de la beauté (FEBEA) rappelle que tous les produits cosmétiques y compris les produits pour enfants, font l’objet d’un encadrement très strict.

Ces produits sont en permanence contrôlés par les Autorités, et les substances avérées cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction sont interdites.

Il ne faudrait donc pas exagérer le danger des cosmétiques, mais il est normal d’être vigilant. Il est important de lire les étiquettes et de demander conseil avant de choisir les produits pour bébé.

Cosmétiques bébé : il faut faire attention

Les cosmétiques pour bébés contiendraient, par ailleurs, de l’acide éthylène diamine tétraacétique (EDTA), un stabilisateur de produits qui peut être reprotoxique, ou du bisphénol A, classé au Canada comme substance toxique.

  • Il a été également constaté la présence du phénoxyéthanol qui favorise l’absorption du produit par la peau, pourrait être dangereux pour le système nerveux et le sang.
logo nivea - cosmétique - consoGlobelogo mixa - cosmétique - consoGlobe

Enfin, l’eau minérale de la mallette serait particulièrement chargée en nitrates, selon le Comité.

La prise de conscience est récente, et le choc a été violent. D’autant que ce sont des cosmétiques des plus grandes marques qui sont incriminés : Nivea, Mixa, Mustela, Pampers et d’autres…

Les laboratoires Expansciences, fabricants des produits Mustela, a déjà rassuré les mamans en affirmant n’utiliser dans leurs cosmétiques pour bébés “que des ingrédients qui sont autorisés et dans les conditions d’autorisation“.

Le but n’est toutefois pas d’accuser l’industrie, mais de “discuter de la présence de ces produits, et d’aider la cosmétologie à faire évoluer les ingrédients qu’elle utilise” a affirmé Francis Glemet, membre de la Coordination nationale médicale santé environnement (CNMSE) et pharmacien industriel.

Il serait donc possible pour les industries cosmétiques d’éviter ces molécules qui inquiètent, et d’appliquer ainsi le principe de précaution. Par ailleurs, cette démarche pousse les industriels à « faire de la R&D qu’ils ne faisaient pas auparavant.

  • Plusieurs professionnels, notamment Weleda et Babylena, proposent des cosmétiques exempts de ces substances.

La suite >> les dangers des cosmétiques bébé