Congo – Sans ses hippopotames, le lac Edouard se meurt !

Rédigé par Consoglobe, le 2 jan 2007, à 17 h 09 min

La guerre civile qui fait rage dans la République démocratique du Congo, notamment dans les zones frontalières du Rwanda et de l’Ouganda, et le braconnage ont une conséquence peu connue : la mort et la fuite des hippopotames. Or le crottin d’hippopotame est précieux pour le délicat écosystème du lac Edouard qui est à son tour menacé.

Hippopotames en danger au Congo

Quelque 9600 hippos avaient été comptés en 1974. En 2005, un comptage n’en a recensé que 683 :  en 30 ans, la population d’hippopotames a baissé de 93 %.

Chaque jour, ces grands mammifères produisent 260 tonnes de crottin qui constitue un engrais naturel qui nourrit un minuscule phytoplancton dont se régalent des larves et des vers qui, eux-mêmes, nourrissent les poissons (les tilapias).

Aujourd’hui, les hippos, qui amenaient les nutriments de la terre à l’eau du lac, sont chassés pour leur viande et leur ivoire qui valent chers sur les marchés de contrebande. Le lac Edouard, 2350 km2 à cheval sur l’Ouganda et le Congo, borde le parc national des Virunga, connu pour ses chimpanzés, ses lions, ses gorilles et éléphants qui vivent dans des savanes dorées bordées d’une zone de 78 000 km2.

*

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !



4 commentaires Donnez votre avis
  1. la baisse total des hyppopotame peut-etre due a l’irrespossabilite de l’Etat congolais car si la branconage peut-etre sous entendue!ceux sont les hommes en uniforme FRDRC Qui font l’abatage illicite….alors si l’homme charge mission de protection commercialise qui d’autre peut l’areter…..!

  2. LUNDI, 31 OCTOBRE 2011 14:03

    Goma : Assassinat et mutilation sexuelle de Maman Héritier

    Le mardi 25 octobre 2011 vers 20h00, heure de Goma, Maman Héritier habitant le Quartier Ndosho reçoit un appel téléphonique d’une agence où son mari en voyage aurait envoyé un colis pour sa famille.
    Contente du message, Maman Héritier se rendra à l’adresse indiquée (tenue secrète pour raison de l’enquête en cours). Elle ne reviendra plus chez elle. Son corps sans vie et mutilé sera retrouvé au Quartier Mikeno où ses tueurs l’auraient violé avant de la mutiler à la machette. Le sadisme de ces tueurs est étranger au Congo. Après leur sale besogne, les tueurs ont éparpillé les différentes parties du corps de la défunte. Au lendemain de l’assassinat, les membres inférieurs ont été retrouvés dans le quartier Ndosho où habitait la victime. Les membres supérieurs étaient mis dans une mallette et jetés le long de la route principale de Mikeno. A coté des membres inférieurs, il y avait du chanvre et des préservatifs remplis de sperme. Jusqu’à présent, l’organe génital (le sexe) de la victime n’a pas encore été retrouvé. Quelle horreur ! D’aucuns pensent que le mobile de cet horrible mutilation était le prélèvement du sexe de Maman Héritier pour les trafiquants d’organes humains.

    Feu Maman Héritier, assassiné et mutilée le 25 Octobre 2011 à Goma
    Ce genre des crimes qui rappelle le génocide rwandais d’avril-juillet 1994 n’est apparu au Congo qu’à partir de son occupation par le Rwanda et l’Ouganda. Les militaires, les hiboux, et les bandits du temps du Maréchal Kuku Ngbendu Wa Za Banga (paix à son âme) avaient rarement atteints ce degré de bestialité où la différence entre la personne humaine et l’animal n’existe plus. Et dire que la fin du règne dictatorial du Maréchal Kuku Ngendu Wa Za Banga fut une révolution est une absurdité et une injure au peuple congolais du pays de Kimpa Vita, Simon Kimbangu, Patrice Lumumba, Pierre Mulele, Mgr Munzihirwa, Mgr Kataliko, Mzee L.D. Kabila, etc.

    Les congolais seront-ils de nouveau amnésiques pour élire des candidats payés par l’argent teinté du sang des congolais pour nier l’insécurité qui a déjà fait 8 millions des morts congolais ? Un congolais digne de ce nom peut-il aujourd’hui en âme et conscience battre campagne pour le régime de Joseph Kabila qui laisse tuer les congolais pour dépeupler le pays au profit des entreprises minières, des occupants étrangers, etc. Espérons que le 28 novembre prochain, les congolais se rappelleront de toutes les ignominies du génocide en cours pour changer le régime en place qui est responsable de toutes ces horreurs détruisant pour toujours non seulement les morts mais aussi les survivants qui pour le reste de leurs vies seront des cadavres-ambulants. Les politiciens qui parlent d’alternance au pouvoir par fair-play politique oublient qu’on ne parle pas d’alternance avec un régime sanguinaire mais de changement tout court.
    L’opposition congolaise sur qui est suspendu le changement du régime en place doit faire tout ce qui est possible pour s’unir et pour faire passer l’intérêt général du peuple congolais avant les intérêts personnels de chacun des opposants. Pour les congolais, c’est le changement du régime actuel qui importe comme premier pas vers la libération voulue en R.D.C. Ainsi, nous en appelons aux candidats qui ne sont pas des taupes de Joseph Kabila de s’unir pour battre campagne sur le thème du génocide du peuple congolais, de l’impunité, de l’agression et occupation de la RDC par le Rwanda et l’Ouganda, des étrangers qui gèrent l’armée, la police, et les services de sécurité en R.D.C. Ne pas battre campagne sur ce thème démontrerait que le candidat est une taupe soit du régime en place soit des intérêts spéciaux pour qui les richesses du sous-sol congolais sont plus intéressantes et plus précieuses que le peuple congolais.
    Le candidat qui battra campagne sur le thème du traçage des routes allant vers les mines du coltan et de cassitérite, trahira sa complicité avec les intérêts spéciaux qui mettent les minerais avant le peuple congolais. Les congolais ont urgemment besoin de la sécurité et de la paix qui constituent le fondement de tout développement authentique.
    Correspondance particulière de Goma
    © Beni-Lubero Online/Jeph Vigheri

  3. Bon jour
    justement il y a la diminution des hippos sur le lac edouard et cette diminution est cosée par nos soldats FARDC et puis les braconiens mais aussi à coté Est du lac dans l’enclave de Vitshumbi ce sont le chef de loccalité et l’Administrateur PATRICK NYARUBWA qui interviennent dans cette distriction des hippos merci à nous revoire

  4. Bonjour,

    Je viens de lire un certain nombre d’articles qui parlent de notre magnifique parc des Virunga que j’ai d’ailleurs visité il y a peu en novembre 2007. C’est une région luxuriante que je connais très bien pour y avoir vécu presque toute ma vie. C’est vrai, à cause du braconnage des hippopotames (de 29.000 à 8000 individus) et de la surexploitation du lac surtout, la quantité de poissons dans le lac Edouard a fortement diminuée. Je ne voudrais pointer du doigt personne mais je pense qu’il est grand temps que certaines mesures d’urgences soit prises même si certaines personnes vont en souffrir: je pense par exemple qu’il faut interdire certains mailles des filets plus petits, délivrer des plaques d’immatriculation pour les pirogues et des permis de pêche et interdire l’accès libre dans ces zones habitées si on n’y est pas autorisé, planter des mangroves dans certaines zones du parc pour permettre aux poissons de s’y cacher et se reproduire, initier les riverains du parc à l’élevage et la pisciculture tout en leur enseignant l’importance du parc à la fois comme patrimoine national mais aussi comme source des retombées économiques générées par le tourisme dans la région. A l’époque les touristes venaient de partout: je me rappelle avoir accompagné des touristes venant de la Nouvelle Zélande et de l’Australie (Guerba Expédition) ou encore des Belges, des Hollandais et des Suédois… Ce parc peut vite reprendre vie mais il faut aussi lui débarrasser d’une autre vermine “les interahamwe” qui viennent parfois y braconner et tuer les gardes du parc, ces héros de l’environnement…

    Merci d’aider notre pays à renaître de ses cendres.

    Charles

Moi aussi je donne mon avis