Congo – Sans ses hippopotames, le lac Edouard se meurt !

La guerre civile qui fait rage dans la République démocratique du Congo, notamment dans les zones frontalières du Rwanda et de l’Ouganda, et le braconnage ont une conséquence peu connue : la mort et la fuite des hippopotames. Or le crottin d’hippopotame est précieux pour le délicat écosystème du lac Edouard qui est à son tour menacé.

Hippopotames en danger au Congo

Quelque 9600 hippos avaient été comptés en 1974. En 2005, un comptage n’en a recensé que 683 :  en 30 ans, la population d’hippopotames a baissé de 93 %.

Chaque jour, ces grands mammifères produisent 260 tonnes de crottin qui constitue un engrais naturel qui nourrit un minuscule phytoplancton dont se régalent des larves et des vers qui, eux-mêmes, nourrissent les poissons (les tilapias).

Aujourd’hui, les hippos, qui amenaient les nutriments de la terre à l’eau du lac, sont chassés pour leur viande et leur ivoire qui valent chers sur les marchés de contrebande. Le lac Edouard, 2350 km2 à cheval sur l’Ouganda et le Congo, borde le parc national des Virunga, connu pour ses chimpanzés, ses lions, ses gorilles et éléphants qui vivent dans des savanes dorées bordées d’une zone de 78 000 km2.

*