Actualités écologiques

Chine : les animaux menacés finissent toujours à la marmite !

Chine : les animaux menacés finissent toujours à la marmite !

La nouvelle est contrariante. Malgré une lutte contre les trafics et les spécialités culinaires illégales, des espèces animales rares sont toujours en vente libre en Chine. Zoom sur des espèces en voie de disparitions qui finissent dans les assiettes chinoises.

Les animaux menacés toujours consommés en Chine malgré une loi renforcée

Porc-épicPorcs épics ou encore tortues en voie de disparition sont des mets que vous pourrez trouver en Chine, à la carte de certains restaurants méridionaux, réputés pour leurs saveurs exotiques.

Des restaurants où les clients se targuent de pouvoir « manger tout ce qui a quatre pattes, à part une table ».

Et pourtant, depuis le mois d’avril dernier, la Chine a renforcé la peine encourue par les consommateurs ou les vendeurs d’espèces menacées, la relevant à 10 ans de prison.

picto-etoile-paragraphe Chine : les animaux menacés finissent toujours à la marmite !Mais, la loi est encore trop laxiste dans certaines contrées, et notamment dans la province du Guangdong, où animaux vivants ou morts sont encore proposés à la vente.

La vente d’animaux menacés : un trafic qui rapporte gros

PangolinUn vendeur de pangolin, au marché de vente en gros Xingfu témoignait récemment des bienfaits sur son commerce de la vente d’animaux en voie de disparition.

Pour 500 grammes de pangolin*, il peut prétendre à 500 yuans (soit l’équivalent de 60 euros). Et pour un animal vivant, le prix peut grimper à plus de 1000 yuans (soit plus de 120 euros).

Des sommes astronomiques lorsque l’on sait par exemple, que le « salaire moyen » en Chine s’établit à 473$* (soit 348 euros par mois).

A noter que le sort des espèces menacées, du requin au pangolin, a été discuté à Genève lors de la 65e session du comité permanent de la CITES (Convention du commerce international des espèces de faune et de flores sauvages menacées d’extinction), qui regroupe 180 Etats membres. Souhaitons donc que des mesures favorables soient prises pour le futur.

Des animaux en « danger critique d’extinction » vendus sur les marchés

SerpentBien que les règles deviennent de plus en plus strictes et que l’étau se resserre autour des vendeurs, on trouve toujours des serpents, des sangliers sauvages ou encore de pangolins sur les étals.

Les vendeurs proposent également des salamandres géantes, classées « en danger critique d’extinction », sur la liste rouge des espèces menacées (inventaire établi par l’ONG Union internationale pour la conservation de la nature).