Chauffe-eau et chauffage électrique, le coup de froid

Chauffe-eau et chauffage électrique, le coup de froid

Si les beaux jours futurs ne prêtent pas forcément à parler chauffage, un récent bilan a permis de découvrir que le secteur thermique électrique a connu quelques difficultés en 2011. Les ventes d’émetteurs de chauffage électrique ont baissé de 8 % en 2011 par rapport à 2010, -2 % pour les chauffe-eau électriques.

Mieux maîtriser les dépenses d’énergie

Malgré les ventes en baisse, le secteur thermique électrique termine tout de même l’année sur une note positive : la hausse du chiffre d’affaires. Deux raisons peuvent expliquer ce bon résultat relatif : la volonté des consommateurs à choisir des produits plus confortables et permettant une réelle maîtrise des dépenses d’énergie et le contexte qui veut que le parc existant se renouvelle.

Le GIFAM croit en l’électrique

Pour expliquer la baisse des ventes des chauffages et chauffe-eau électriques, la RT 2012. Cette réglementation thermique effective depuis octobre 2011 limite la consommation énergétique des nouvelles constructions ou des bâtiments rénovés.

La RT 2012 s’appuie notamment sur :

  • La consommation énergétique du bâtiment
  • L’efficacité énergétique du bâti
  • Le confort d’été dans les bâtiments climatisés

Ces exigences obligent les professionnels à trouver des solutions aux ponts thermiques, à la perméabilité de l’air et à favoriser les énergies renouvelables. Dès lors, l’électricité nucléaire est délaissée, et pourtant.

Le GIFAM (Groupement Interprofessionnel des Fabricants d’Appareils d’équipement Ménager) travaille à proposer des solutions en énergie et chauffage respectant le besoin de confort et de maîtrise des consommateurs ainsi que la réglementation et la RT 2012 notamment.

Pour le GIFAM, seul le chauffage électrique optimise parfaitement la chaleur dans toutes les pièces d’un logement ou bâtiment, et cela grâce à plusieurs innovations comme la détection de présence, de fenêtres ouvertes ou non, ou encore la programmation. Ces innovations peuvent permettre 40 % d’économie d’énergie, ce qui devrait contenter les consommateurs comme notre environnement.

Côté chauffe-eau, de nouveaux appareils thermodynamiques avec pompe à chaleur sont destinés à satisfaire le marché de la rénovation et de la construction neuve, et l’exigence d’un DEP adéquat. En effet, le chauffe-eau thermodynamique permet une consommation électrique moindre qu’un chauffe-eau électrique classique, et génère moins d’émissions de CO2.

Pour le GIFAM, l’électrique ne doit pas être mis de côté car c’est la seule énergie à pouvoir être aussi souple, modulable et réactive que le souhaite la RT 2012, tout en démontrant des marges de progrès suffisamment importantes pour permettre la réduction des émissions de GES et renforcer l’indépendance énergétique.

*

Je réagis

Pour aller plus loin :