Les 10 campagnes environnementales qui ont marqué 2014

Les 10 campagnes environnementales qui ont marqué 2014

10 campagnes environnementales ont particulièrement retenu l’attention de l’équipe consoGlobe et l’histoire de la cause environnementale en France, Europe et dans le monde en 2014. Elles continueront de porter leurs fruits en 2015. 10campagnes à suivre donc…

1. ZADistes et autres opposants à l’aéroport de Notre Dame des Landes – juillet

La France avait découvert les militants des « Zones A Défendre » avec Notre Dame des Landes. La saga contre l’aéroport censé remplacer l’actuel de Nantes Atlantique s’est poursuivie en 2014, avec notamment un grand rassemblement sur les terres de la ferme de Bellevue les 5-6 juillet.

Plusieurs milliers d’opposants – 7,000 à 10,000 selon police et organisateurs – ont bravé pluie et boue pour marquer leur opposition. Ceci n’a pas empêché le premier ministre français, quelques mois plus tard, de signifier que la construction de l’aéroport reprendrait mi-2015, une fois tous les recours juridiques levés.

notre-dame-des-landes-03

 

2. Vaste chaîne humaine contre le charbon en Allemagne et Pologne – août 2014

Quelque 8,000 personnes ont formé une chaîne humaine de 8 km de long le 28 août, chevauchant la frontière germano-polonaise pour protester contre un projet de mine de charbon à ciel ouvert. Les deux pays sont sur la voie de l’utilisation du charbon significative en dépit d’accords européens les obligeant à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone.

Selon Greenpeace, organisateur de la marche, l’exploitation des mines de lignite rendrait “pratiquement impossible” pour les deux pays d’atteindre leurs objectifs de réduction des émissions de carbone. Un effet indirect a été la décision fin novembre du producteur d’élection E.ON d’abandonner charbon et autres carburants fossiles et de ne conserver que sa production à partir d’électricité renouvelable.

3. 350.org, Avaaz.org et la mobilisation contre le changement climatique à New York – septembre

Dernier rendez-vous international des chefs d’Etat avant la grande conférence climatique de décembre 2015, le secrétaire général des Nations Unies Bank Ki-moon les avait réuni fin septembre 2014 pour préparer leurs engagements. Cela a été l’occasion pour le mouvement environnemental de faire preuve d’une capacité de mobilisation qui a pris les organisateurs eux-mêmes par surprise.

people-s-climate-march-marche-pour-le-cimat-2014-changement-climatique-00-ban

 

 

Quelque 400,000 de personnes à New York, et plusieurs centaines de milliers à Berlin, Londres, Paris, Sidney et de par le monde, conviées notamment par l’ONG 350.org ont défilé dans les rues le 21 septembre. Le site de pétition en ligne Avaaz.org a quant à lui collecté à cette occasion 2.1 million de signature demandant plus d’efforts sur le climat. Ceci a encouragé un accord historique en décembre entre Etats-Unis et Chine et augure d’une forte mobilisation en 2015.

4. Le Réseau Action Climat et loi de transition énergétique – Les ONGs notent le gouvernement – octobre

Moins visible médiatiquement, mais également crucial pour l’avenir de la France, un projet de loi français « sur la transition énergétique pour une croissance verte » longtemps attendu, a été présenté en juillet et débattu à l’Assemblée nationale en octobre. Il vise à réduire de 75 % les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050 ; de diviser par deux la consommation énergétique finale en 2050 par rapport à 2012 ; d’accélérer le rythme annuel de baisse de l’intensité énergétique finale à 2,5 % d’ici à 2030 ; de réduire la consommation d’énergies fossiles de 30 % en 2030 par rapport à 2012 ; d’augmenter la part des renouvelables (13,7 % en 2012) à 23 % de la consommation énergétique finale brute en 2020 et à 32 % en 2030.

Pour évaluer l’impact du projet, le Réseau Action Climat a créé avec l’agence Ecofys le « transitiomètre »[1], qui « évalue la capacité du projet de loi à atteindre les engagements de la France dans les domaines du climat et de l’énergie ». Verdict : la loi permettrait d’atteindre les objectifs que le gouvernement s’est fixé seulement à hauteur de 31 %. Crainte : le passage au Sénat en début d’année pourrait refaire descendre ce niveau déjà insuffisant. Autre affaire à suivre donc…

5. ZADistes contre barrage de Sivens – octobre

Les ZADistes ont refait parlé d’eux avec la mobilisation contre le projet de barrage de Sivens, sur le cours du Tescou, un affluent du Tarn, destiné à créer une réserve d’eau pour l’irrigation des terres agricoles avoisinantes. Vivement contesté du fait de la destruction d’une zone humide de 13 hectares où sont présentes des espèces protégées, le projet avait été envisagé dès 1989 et l’opposition s’est organisée plus activement depuis 2011.

C’est toutefois avec le début des travaux de déboisement le 1er septembre et la mort de l’opposant Rémi Fraisse lors d’affrontements avec les forces de l’ordre le 26 octobre de que la mobilisation a connu son plus fort retentissement médiatique, aboutissant à la suspension des travaux le 31 octobre. Le sujet rebondira en 2015, notamment avec les élections départementales puis régionales.

6. Greenpeace dénonce le partenariat de Lego avec Shell

greenpeace-grand-02Greenpeace a ciblé la firme de jouets emblématique Lego pour interpeller le public dénonçant son partenariat avec Shell, dont Greenpeace dénonce notamment les investissements dans l’exploitation de pétrole en arctique. Le succès de la campagne est dû à une vidéo impressionnante, la plus vue de l’histoire de Greenpeace et la plus médiatisée de tous les temps, mettant en scène des personnages Lego manifestant à l’extérieur de garages Shell.

La vidéo a circulé très largement sur les réseaux sociaux et a été renforcée par une manifestation d’enfants devant le siège de Shell, soulignant le lien affectif entre changement climatique et générations futures. La firme Lego a annoncé en octobre qu’elle ne renouvèlerait pas son partenariat de 50 ans avec Shell. Tout le monde ne fut pas convaincu par l’approche, certains l’estimant trop simpliste et ne reconnaissant pas le rôle essentiel du pétrole dans la société, y compris comme matière première pour les briques Lego elles-mêmes.

https://www.youtube.com/watch?v=qhbliUq0_r4

7. 350.org – la campagne pour sortir des carburants fossiles

Vous l’aurez peut-être moins vu dans les médias, mais 2014 aura marqué la progression rapide d’une campagne de désinvestissement massive contre les investissements dans les combustibles fossiles. Parti des Etats-Unis, le mouvement a connu un tournant décisif lorsque que le fonds d’investissements des frères Rockefeller a décidé de retirer ses investissements dans les carburants fossiles. La campagne « Faites le Compte » (« do the math ») est partie des États-Unis sous l’impulsion du militant environnemental Bill McKibben[2]. Elle gagne désormais l’Europe, avec notamment l’Université de Glasgow devenant la première institution universitaire à annoncer qu’elle céderait ses parts dans des investissements dans les combustibles fossiles. Elle a été suivie par le diocèse d’Oxford devenant la première institution religieuse à emboîter le pas.

8. Botanistes contre Lafarge pour la survie d’une espère de vers unique en Malaisie

L’entreprise française de ciment Lafarge s’est trouvée responsable de la survie d’une espèce unique de vers découverte dans une mine de calcaire de Malaisie. Les botanistes qui l’ont découverte l’ont nommée Charopa lafargei pour renforcer le caractère emblématique du rôle de la société, qui s’engage à protéger la biodiversité. La société a annoncé qu’elle suspendait toute expansion de la mine.

9. ZADistes de nouveau et Center Parc Roybon

Nouveau succès médiatique en décembre des fameux ZADistes avec le projet parc de vacances Pierre & Vacances à Roybon (Isère), dont le président s’est déclaré « prêt à l’adapter ».

10. Carbon Tracker, Bill McKibben et la campagne de désinvestissement dans les énergies fossiles

Et si les grands investisseurs retiraient leurs billes des grandes sociétés productrices d’énergies fossiles, sur le modèle du succès de la campagne de désinvestissement dans les sociétés complice du régime d’apartheid sud-africain dans les années 1980 ? C’est le pari de l’activiste américain Bill McKibben, relayé par des ONGs telles que Carbon Tracker. Résultat : plusieurs grands groupes en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis ont commencé à retirer leurs investissements de toute activité liée aux carburants fossiles, comme l’Université de Glasgow, l’Université de Stanford, poussant des groupes pétroliers comme Shell, ExxonMobil et Statoil à réagir.

Et vous, quelles campagnes environnementales vous ont marqué en 2014 ? Partagez !

*
campagne environnementale 2014 environnement activisme militantiste

 

[1]http://www.transitionenergetique.org/transitiometre / [2]http://www.billmckibben.com/e