Appartement écologique, témoignage d’une rénovation

Appartement écologique, témoignage d'une rénovation

Rénover un habitat en privilégiant des matériaux plus sains pour l’environnement et la santé est un projet relativement simple à envisager lorsque l’on habite…une maison ! Mais qu’en est-il lorsque l’on vit dans un appartement de 30m2 ? Pour le savoir, consoGlobe a rencontré Sébastien Vray, propriétaire d’un appartement à Paris qu’il a entièrement rénové de façon écologique

consoGlobe : comment avez-vous pris l’initiative de rénover de façon responsable votre appartement parisien ?

S.V : Lorsque j’ai acheté l’appartement, je travaillais pour le WWF au département Communication. J’ai donc été sensibilisé à toutes les problématiques environnementales. Étant de nature spontanée et impulsive, je me suis lancé dans la rénovation sur un coup de tête, sans avoir de grandes connaissances en termes d’éco-construction.

J’ai commencé par indiquer sur un simple tableau Excel, de façon très maladroite, ce que j’allais acheter (fenêtres, robinets, peintures etc.), puis j’ai effectué quelques demandes de devis.

J’ai cassé des cloisons, débarrassé le chantier des gravats avec des amis tout en faisant appel à un maître d’œuvre que j’ai cherché pendant longtemps : je me suis lancé dans ce projet en novembre 2008 et j’ai trouvé la personne qu’il me fallait qu’en mars 2009.  Et pour cause, les agents disponibles pour rénover sont nombreux, mais la plupart du temps leurs méthodes sont encore très « traditionnelles ».

consoGlobe : avez-vous eu des doutes pendant la rénovation ?

S.V : Quand j’ai démoli les murs, je me suis retrouvé avec 3,6 tonnes de gravats qu’il fallait mettre dans plus d’une centaine de sacs spécifiques de 30 à 40kg chacun.  C’est alors que je me suis demandé dans quelle situation je m’étais retrouvé. Le doute s’ est installé.

Il faut dire que je n’avais pas l’intention d’acheter cet appartement au départ ! Je suis passé devant, j’ai contacté le vendeur et signé le compromis en 30 minutes sans réellement me poser de questions.

consoGlobe : quels travaux ont été effectués ?

S.V : Un point important a été l’agencement de l’espace. L’appartement a été décloisonné et l’espace optimisé. L’électricité a été changée en faveur des LED ainsi que la plomberie et les ouvertures. J’ai mis de la tomette de récupération dans la cuisine,  les peintures utilisées sont naturelles et les fenêtres double vitrage sont en bois certifié FSC.

Je me suis également initié à l’eco-design en récupérant notamment des planches d’escaliers pour en faire de étagères. Par ailleurs, les matériaux privilégiés sont recyclables (bois, morceaux de parquet, chaux, brique de terre crue, etc.). J’ai également installé un chauffage à infrarouge dont la technologie a été brevetée par le CNRS. Il nécessite moins d’énergie,  est très efficace et n’assèche pas l’air de la pièce.

consoGlobe : combien ces travaux vous ont-ils coûté ?

S.V : Les travaux et les équipements m’ont coûté aux alentours de 25 000 euros. Je n’ai pas eu droit au prêt à taux zéro car il s’agissait d’un investissement locatif.

consoGlobe : tous les appartements peuvent-ils entreprendre de tels travaux ?

S.V : Oui ! Je pense que les consommateurs sont souvent freinés par le manque d’informations. Pourtant, il existe actuellement de larges gammes de produits alternatifs pour un appartement plus responsable (parquet certifié, peintures naturelles, matériaux naturels ou de récupération, sans parler des produits d’entretien labelisés, etc.)

consoGlobe : avez-vous d’autres projets aujourd’hui ?

S.V : oui,  j’envisage de reprendre une ferme avec mon frère afin de la rénover de la façon la plus écologique possible, en évitant les matériaux traditionnels comme le béton notamment. Malgré les frustrations et les difficultés rencontrées lors de la rénovation de mon appartement, j’ai tout de même acquis beaucoup de connaissances en termes d’éco-construction et de rénovation. Un savoir qui m’a permis de devenir Consultant.

*

Je réagis

 

Pour en savoir plus :