Trésors vivants d’Amazonie : protégeons ces terres !

Ces derniers temps ont vu l’Amazonie tristement mise sur le devant de la scène avec ses feux de forêts colossaux et ce qu’ils impliquent en matière de réchauffement climatique. Mais la biodiversité que ce bassin abrite doit aussi faire l’objet de toute notre attention.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 10 Oct 2019, à 8 h 00 min

L’Amazonie est une partie de notre globe qu’en matière de biodiversité nous ne connaissons quasiment pas, un peu comme le fond de nos océans. L’ampleur de ce qu’il reste à y découvrir est telle que nous ne pouvons que faire des suppositions, alors pour commencer protégeons-la.

Fait étonnant – 2 nouvelles espèces d’anguilles électriques

Deux espèces d’anguilles électriques ont été découvertes il y a peu dans le basson amazonien. L’Electrophorus varii et l’Electrophorus voltai viennent ainsi se ranger aux côtés de la déjà connue Electrophorus electricus qui produit des courants jusqu’à 650 volts.

Anguille électrique (Electrophorus electricus) © tristan tan

Mais l’Electrophorus voltai produit quant à elle 860 volts ce qui n’est pas une paille ! Mesurant plus de deux mètres de long et pouvant peser jusqu’à 20 kilogrammes, cet animal électrique n’est en réalité pas une anguille mais un poisson osseux de la famille des Gymnotiformes.

Pourquoi est-ce si étonnant ?

Nous venons de découvrir des animaux qui font plus de deux mètres de long… Si la majeure partie de la biodiversité terrestre réside dans les espèces de petite à très petite taille comme les insectes par exemple, que peut-on dire d’un milieu qui nous laisse encore découvrir des espèces de si grande taille ?

Tout simplement que certainement il nous reste des millions d’espèces à découvrir en Amazonie. Mais pour cela, encore faudrait-il que l’on en ait le temps avant qu’elles ne disparaissent !

Lire aussi : Un sanctuaire d’arbres géants découvert en Amazonie

La biodiversité est un livre ouvert pour l’humanité, une source d’information gigantesque sur la façon dont notre monde fonctionne et a fonctionné, mais aussi d’évolution pour notre espèce à travers médicaments, biomimétisme et tellement d’autres choses.

Et nous partons de loin

Il y a tant de choses à découvrir du vivant qu’il est difficile d’en faire le tour pour bien comprendre ce que cela représente en matière de travail de recherches.

Œil de Grenouille-singe (Phyllomedusa bicolor) © Dirk Ercken

Disons simplement que si le monde scientifique ne s’accorde toujours pas sur l’intérêt, l’objectif et même le fonctionnement physiologique exact du ronronnement du chat, quelle part de connaissance a-t-il encore à tirer de l’étude des Colibris ? Ou encore de celle de la rare Grenouille-singe hallucinogène ? Ceci sans même parler du règne végétal…

Illustration bannière : La forêt amazonienne est un trésor mondial de biodiversité © FOTOGRIN
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis