Transports aériens : entre huile de friture et énergie solaire

Rédigé par Aurore, le 27 Jun 2011, à 17 h 58 min

Avec des milliers de litres de carburant consommés à chaque déplacement, l’avion est un moyen de transport hyper polluant mais qui continue d’avoir la côte en raison des voyages et déplacements rapides qu’il permet de faire.

Aujourd’hui, de nouveaux projets pour rendre ce moyen de transport moins polluant sont en cours d’élaboration et d’application.

Les avions du futur pourraient ainsi fonctionner à l’énergie solaire et à l’huile de friture.


KLM : l’huile de friture comme solution

La compagnie aérienne néerlandaise KLM sait que ses activités polluent. Aujourd’hui, elle tente de minimiser l’impact des déplacements de ses avions en finançant des projets de compensation CO2 et a mis en place un plan d’action dont les objectifs sont de réduire, de maitriser et de compenser les émissions de CO2.

Cela passe notamment par une amélioration technique des appareils pour leur permettre de moins consommer, la promotion d’un système de conformité des émissions de carbone et des partenariats fructueux avec le Fonds Mondial pour la Nature.

De plus, sur son site internet, la compagnie propose à ses clients de mieux maîtriser leurs émissions en découvrant l’empreinte carbone de chacun de leurs vols, ainsi que les différentes manières de compenser les émissions.

Prochainement, KLM ira même plus loin en proposant dès septembre des vols entre Paris et Amsterdam dont le carburant utilisé sera en partie de l’huile de friture.

En effet, 200 vols commerciaux sont prévus entre la capitale française et la capitale néerlandaise en utilisant un carburant composé “à 50 % de kérosène traditionnel et 50 % de biocarburant qui a été obtenu à partir d’huile de friture usagée“.

Et le porte-parole de la compagnie aérienne KLM, Gedi Schrijver, d’expliquer à l’AFP : “Le biocarburant que KLM utilise répond aux mêmes spécifications techniques que le kérosène traditionnel […] Il n’y a donc pas besoin d’adapter les moteurs des avions ou les infrastructures“.

Un premier pas vers des avions plus verts ?

 

La suite p.2> Le Solar Impusle : star du Bourget 2011

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

10 commentaires Donnez votre avis
  1. C’est absolument formidable de constater les progrès que l’on fait dans la recherche de nouvelles sources d’énergie? De très nombreuses idées apparaissent, des gens tout simples inventent des trucs incroyables et tout ça donne un espoir magnifique pour l’avenir.
    Solar Impulse est beau, en plus !
    Et que les pessimistes qui sont prêts à se moquer en disant que l’on veut revenir à la bougie arrêtent ! Les idées qui se font jour utilisent des choses les plus simples à trouver et prouvent simplement que, lorsqu’on veut trouver, on trouve.
    Bonne chance à ces inventions et à toutes les autres qui vont venir.

  2. je comprend rien

  3. S’il est possible de consommer de l’huile de friture ou autre bio dans les avions, pourquoi ne l’a t’on pas fait depuis longtemps avec les voitures ???

    • Aurore

      A vrai dire, certaines voitures roulent en ce moment même grâce à l’huile de friture.

      Mais le problème est que cela n’est pas légal, et reste donc très marginal.

    • j’ai un copain dans l’Avesnois qui faisait le tour des friteries pour récupérer l’huile.
      Contrairement aux idées reçues, ça ne sentait pas “la frite” même si l’odeur différait de l’odeur de l’essence ordinaire. Par contre il consommait un peu plus mais bon au prix de l’huile de friture…..

  4. Salut à toutes et à tous,

    J’avoue être assez dubitatifs par rapport à ces deux technologies.

    Pour la première, l’utilisation de l’huile de friture, on reste dans un système de combustion, dégageant par nature du CO2. Ce qu’il serait intéressant de savoir, c’est la diminution d’émission (s’il y en a) du taux de CO2 avec ce type de carburant. Si l’info n’est pas donnée par KLM, peut-être est-ce simplement d’un effet de manche-marketing… Je doute que le rendement d’un tel carburant soit meilleur. Reste qu’il permet de limiter les phases de production de kérosène qui sont, elles, coûteuses en terme énergétiques et par conséquence écologique.

    Pour la seconde… Douce utopie… Il suffit d’aller sur le site officiel pour le comprendre. Je cite :

    “La question énergétique conditionne l’ensemble du projet. A midi, la surface terrestre reçoit sous forme d’énergie lumineuse l’équivalent de 1000 watts par m2, soit 1.3 CV. Répartie sur 24 heures, l’énergie du soleil ne fournit qu’une moyenne de 250 W/m2. Avec 200 m2 de cellules photovoltaïques et 12 % de rendement total de la chaîne de propulsion, la puissance moyenne fournie par les moteurs de l’avion n’atteint plus que 8 CV ou 6 KW.. C’est à peu de chose près ce dont disposaient les frères Wright en 1903 lorsqu’ils ont réalisé le premier vol motorisé.”

    Même avec 100% de rendement (impossible à obtenir) on est très loin des besoins d’un transport de passagers ou de marchandises…

    Reste, comme l’écrit fort justement Aurore, que le principal attrait de l’avion réside dans sa vitesse. Le meilleur moyen de limiter la pollution aérienne ne serait-il pas plutôt une composante purement humaine et de besoins temporel ? Un exemple tout simple. Pourquoi existe-t-il des vols Paris – Toulouse par exemple en regardant ce tableau :

    https://www.consoglobe.com/pgz76-pgz-comparaison-des-moyens-de-transport.html

    Un petit utilitaire amusant trouvé sur l’ADEME :

    http://ecocitoyens.ademe.fr/mes-deplacements/se-deplacer-responsable/a-savoir

    Bref, la solution technique fait briller les yeux, mais je doute de leur réelle efficacité. Prendre un peu plus son temps a déjà un effet largement supérieur et il est immédiat !! Reste à ceux, comme nous qui sommes abonnés à ce genre de newsletters, la difficile tâche d’ouvrir les yeux aux autres et de convaincre les climato-sceptiques…

    En tout cas, merci Aurore pour tous ces articles que tu écris. Ils sont toujours d’une excellente pertinence.

    Gilles

    • L’énergie qui ne pôlu pas ,qui ne coûte rien, c’est celle que nous utilisons pas. . Traverser la France à vélo pendant les vacances sur l’euro vélo n° 6 est un véritable bonheur . Aller aux caraïbes ou Sri Lanka pour quinze jours est complètement débile . 11000 avions survolent la France tous les jours , bonjour nos poumons !!!!!

  5. Bonjour,
    je suis tout à fait d’accord pour une amélioration de la pollution, il faudrait maintenant aller très vite pour intensifier les recherches et préserver ainsi notre atmosphère.

  6. C’est par des expériences de ce type que nous avancerons.
    La roue n’est pas arrivée en une seule fois.
    Regardons la première voiture. Ces premiers visionnaires ont dû apeurer les personnes autour d’eux.
    Il en va de même avec ces nouveaux pionniers…
    Qu’en sera-t-il dans 20 ans. Volerons-nous tous sur des avions solaires ? ou cela sera-t-il déjà dépassé ?

    • Aurore

      Paul,

      Pour l’instant, le Solar Impulse ne transporte pas de passager. Si l’envergure de l’appareil est importante, les vols de cet avion à l’énergie solaire en sont encore au stade expérimental.

      Pour autant, le Solar Impulse prouve qu’il est possible de voler sans carburant, une véritable révolution !

Moi aussi je donne mon avis