Tenir son chien en laisse pour participer à la protection de la biodiversité

Les chiens sont des canidés, et qu’ils soient domestiques ou non, ils ont, quand ils sont lâchés dans la nature, un comportement de chasse instinctif qui peut avoir un impact sur la faune sauvage. Tenir son chien en laisse, c’est aussi participer à la protection de la biodiversité !

Rédigé par Julien Hoffmann, le 5 May 2019, à 11 h 00 min

Un chien joue, certes, mais il joue aussi à chasser, exprimant ainsi son comportement « naturel » et primitif. Mais ce jeu de chasse peut avoir des conséquences bien funestes sur la faune sauvage, ce qui nous donne une responsabilité qu’il faut assumer.

En quoi tenir son chien en laisse permet de protéger la biodiversité ?

On savait déjà bien que les chats ont tendance à dévorer tout ce qu’ils trouvent quand ils maraudent autour de chez vous, les chiffres sont affolants.

Chien chassant un faisan mâle © Steve Oehlenschlager

Lire aussi : Pour sauver les animaux, enfermez vos chats

En France nous ne savons pas encore exactement combien de petits animaux consomment nos 13 millions de chats domestiques, mais on sait, par exemple, qu’en 2003, les 9 millions de chats anglais ont tué 57 millions de mammifères et 27 millions d’oiseaux

À travers le monde, des pays comme l’Australie se mobilisent fortement pour lutter contre cet impact phénoménal du chat sur la biodiversité et ceci est vrai aussi pour le chien.

Rappel important

La présence de chien est interdite dans les parcs nationaux, même en laisse, car cela perturbe la faune. En effet, par les odeurs qu’ils laissent et leur allure de prédateur, les chiens créent un véritable stress sur la faune sauvage. De plus, non maitrisés ils peuvent déranger une nichée ou poursuivre un animal.

Nos chiens qui cherchent, jouent… et tuent

L’instinct de chasse d’un chien est bien là et le sera toujours. Cela revient à dire que, quelque soit l’application que vous aurez mis à le dresser, et c’est là une chose extrêmement importante, il n’en reste pas moins que, dans la nature, il doit être tenu en laisse pour éviter qu’il ne menace tout ce qu’il croise.

Un lézard qui passe par là, et ce sera un coup de dents… Un oiseau en train de nicher au sol dérangé par un chien qui vient « voir ce qu’il se passe », et ce sont des parents qui abandonnent la couvée… Un Grand Hamster d’Alsace en train de chercher de la nourriture, et hop, c’est un des seulement quelques 500 spécimens vivants dans la nature qui meurt… Un terrier de lapin de garenne découvert par votre chien, quelques coups de pattes plus tard, c’est un terrier détruit et tous ses habitants à la rue, des lapins aux lézards, en passant par tous les autres rongeurs qui y avaient trouver abri…

tenir chien en laisse

Plutôt que de le laisser gambader, promenez-vous avec votre chien ! © Christian Mueller

Ramené aux plus de 7 millions de chiens en France, c’est une chose à prendre en considération dès maintenant pour limiter l’érosion de la biodiversité. Et c’est vraiment à la portée de tous que de garder son chien en laisse !

Autre rappel important suite aux nombreux messages indignés de propriétaires de chiens offusqués par cet article

L’arrêté ministériel du 16 mars 1955 (on ne se préoccupait pourtant guère de la biodiversité à cette époque !) interdit la divagation des chiens dans les « terres cultivées ou non, les prés, les vignes, les vergers, les bois ainsi que dans les marais et sur le bord des cours d’eau, étangs et lacs ». Ceci afin de « prévenir la destruction des oiseaux et de toutes espèces de gibier » et de « favoriser leur repeuplement ».

Le même texte interdit de promener des chiens non tenus en laisse dans les bois et forêts en dehors des allées forestières, du 15 avril au 30 juin.

En cas de non-respect, le contrevenant encourt une amende pouvant aller jusqu’à 750 euros.

D’autre part, un maire peut, par exemple, exiger que les chiens soient tenus en laisse, prévoir qu’ils soient saisis et mis en fourrière s’ils sont trouvés errants… Dans un parc national, ce pouvoir du maire est transféré automatiquement au directeur du parc (art. R241-37 code rural).

Enfin en application du code rural (article L 211-22), les propriétaires (par exemple le Conservatoire du littoral, Gestionnaire de zones Natura2000, etc.), locataires et fermiers peuvent saisir ou faire saisir les chiens sur leurs terrains, pour conduite à la fourrière.

Illustration bannière : Chien essayant d’attraper un oiseau © Serova_Ekaterina
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




3 commentaires Donnez votre avis
  1. La responsabilité en tant que propriétaire de chat(ou de chien), n’est-elle pas de stériliser son animal!?(ou à minima contrôler les gestations)
    Il me semble qu’il existe une chaîne alimentaire également. donc avec des prédateurs!?
    On parle de l’Australie qui est une île. Elle rencontre des problèmes spécifiques qui ne doivent pas être généralisés, tout comme la façon dont les propriétaires de chiens nourrissent leur animal 😉
    Je n’adhère pas du tout à l’idée de cet article.
    Avant de fustiger les propriétaires de chiens(abonnés à la publication de consoglobe, donc sensibles à la cause de la biodiversité entre autre), n’y a-t-il pas d’autres sujets plus pertinents liés à l’engouement pour les animaux de compagnie et les pièges de l’industrie (et des lobbies) qui gravitent autour!?

  2. Sérieux ? C’est tout ce que vous avez trouvé pour protéger la biodiversité ?

    Empécher son chien de courir librement ? le tenir constamment en laisse ? C’est vraiment une vie de m… que vous leur proposez. Moi j’appelle cela de la cruauté envers les animaux. Si vous voulez voir un chien heureux, regardez le lorsqu’il est libre de sentir, de courir d’une odeur a l’autre…

    Bon ok, c’est plus facile que de dire qu’il faut arrêter de bétonner et qu’il est plus que temps de réfléchir au problème de la surpopulation humaine …

    au XVème siècle la population mondiale (vers 1500) est estimée à 460 millions d’habitants .

    En 1960 nous étions 3 milliards, en même pas 60 ans, nous avons plus que doublé, aujourd’hui nous en sommes a 7,3 milliards !

    • Julien Hoffmann

      Oui, sérieux. Les animaux domestiques sont de notre responsabilité et de celle de personne d’autre, or nous sommes à l’heure de la responsabilité.
      Le gouvernement australien va bien légiférer pour interdire le chat sur tout leur continent et cela aura un réel impact sur la petite faune…
      Ne tenez pas votre chien en laisse et c’est bien ce qui devra arriver pour tous les canins aussi.
      Si vous préférez voir disparaître des espèces sauvages par dizaines au profit de chiens toujours « en liberté », nourris au boeuf, lui-même nourri au grain cultivé en conventionnel, il n’est pas utile de réfléchir bien loin pour comprendre qu’il va y avoir un blocage.
      Certes nous sommes de plus en plus nombreux, mais de fait il y a aussi de plus en plus d’animaux domestiques.
      Pour ce qui est de la cruauté envers les animaux elle est toute relative. Vous estimez qu’il est cruel de tenir un chien en laisse, j’estime qu’il est cruel de laisser mourir et disparaître des espèces entières pour qu’un chien puisse jouer.

Moi aussi je donne mon avis