Pas de selfies pour les paresseux, c’est cruel !

Selon les calculs de l’ONG World Animal Protection, sur Instagram, le nombre de selfies avec des animaux captifs a fait un bond de 292 % depuis 2014.

Rédigé par Anton Kunin, le 8 Mar 2018, à 10 h 50 min

Instagram affiche déjà des messages de sensibilisation, mais face à l’afflux de photos incompatibles avec le bien-être animal, l’ONG lui demande de faire plus.

Cruauté envers les animaux : les selfies avec les paresseux un marché noir très organisé

World Animal Protection rappelle que les animaux captifs avec lesquels on pourrait vous proposer de faire des photos ont probablement été capturés d’une manière cruelle, comme l’ONG l’a démontré avec les paresseux, vidéos à l’appui, lors d’une expédition au Pérou en octobre 2017 : les abatteurs y choisissent exprès les arbres où dorment ces animaux débonnaires et pacifiques, les abattent et, lorsque par chance ces animaux sont toujours vivants et n’ont pas de lésions majeures, les mettent dans un sac poubelle noir, avant de les revendre l’équivalent de 10 euros sur le marché noir(1).

Il s’agit de proies faciles à capturer puisque la vitesse moyenne d’un paresseux ne lui permet pas d’excéder 38 mètres par jour ! Revendu, il finira sa vie comme animal domestique ou dans une « usine à selfies » pour le plus grand plaisir des touristes soit disant « amoureux de la nature et des animaux » !

Une fois de plus, Instagram est sous le feu des critiques de la part de défenseurs d’animaux. L’ONG World Animal Protection demande à la célèbre application de partage de photos d’agir afin de « protéger les animaux sur sa plateforme », une référence à la mode inquiétante aux selfies avec des animaux captifs.

Instagram assure supprimer certains types de photos

En décembre 2017, suite à une pétition lancée par World Animal Protection et signée par 250.000 sympathisants, Instagram a déjà mis en place l’affichage de messages de sensibilisation lorsque ses utilisateurs font des cherches avec les hashtags #koalaselfie, #elephantride et #slothselfie.

Interrogée par la BBC sur la suite qu’elle compte donner à cet appel, Instagram assure avoir « une discussion permanente » avec les défenseurs de l’environnement et les experts des animaux sauvages. La société précise par ailleurs qu’elle interdit l’utilisation de son application pour faciliter les activités criminelles qui causent une souffrance physique aux animaux. Selon Instagram, toute photo signalée comme faisant la promotion du braconnage d’espèces menacées ou de la vente d’animaux pour l’organisation de luttes d’animaux est supprimée par ses équipes de modération.

Signez la pétition pour mettre fin au trafic des animaux sauvages pour faire des selfies

Aux personnes tentées de se prendre en photo avec un animal sauvage, l’ONG recommande donc de le faire uniquement en milieu sauvage, d’une façon à ce que l’animal ne s’aperçoive pas qu’il est pris en photo, qu’il exhibe son comportement habituel et n’aie pas peur.

Illustration bannière : Paresseux – © jdross75
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis