Vers un massacre de renards en Seine-Maritime ?

L’association One Voice a déposé un recours pour faire annuler un arrêté préfectoral autorisant l’abattage de plus de 1.400 renards en Seine-Maritime.

Rédigé par Paolo Garoscio, le 19 Aug 2020, à 10 h 11 min

Maître Renard ne plaît guère à l’administration française, à en croire l’arrêté préfectoral qui a été pris en Seine-Maritime. Afin de réguler la population, selon l’arrêté, près de 1.500 renards pourront être abattus avant la fin de l’année 2020. Les associations et les élus écologistes dénoncent une décision « honteuse » et ont attaqué en justice.

Un arrêté pour réguler la population de renards en Seine-Maritime

L’affaire a sans aucun doute pris une nouvelle dimension après la polémique sur le soutien du garde des Sceaux, Eric Dupont-Moretti, aux chasseurs. Le ministre a, dans la préface d’un livre écrit par le président des chasseurs de France, traité certains écologistes « d’ayatollahs », ce qui n’a pas manqué de faire polémique. Alors quand un arrêté prévoit l’abattage de 1.430 renards, forcément, ces mêmes « ayatollahs » voient rouge.


Car c’est bien ce que prévoit l’arrêté préfectoral, pris le 20 juillet 2020 par le Préfet de Saine-Maritime : dans un but de « régulation des populations de renards », comme le souligne le journal 20 Minutes dans son article daté du 18 août 2020, autorise l’abattage de 1.430 individus d’ici à 2021, soit durant la fin de l’année 2020. Or, toujours selon l’arrêté consulté par le quotidien, cette décision a été prise sur la base d’un dossier « constitué par la fédération départementale des chasseurs ».

One-Voice dénonce – la vidéo d’un massacre de renards fait scandale

L’arrêté attaqué en justice par One Voice

Dès le 28 juillet 2020, rappelle 20 Minutes, l’élu EELV Jean-Michel Bérégovoy, a publié un communiqué de presse pour dénoncer ce qu’il considérait comme une décision « honteuse », jugeant que le renard « joue un rôle » dans l’équilibre de l’écosystème local et qu’il y a « toute sa place ».
L’association de défense des animaux One Voice a, de son côté, déposé un recours auprès du tribunal administratif de Rouen
qui sera jugé le 19 août 2020.

Le renard est un incontournable de l’agriculture durable au même titre que l’abeille © Ondrej Prosicky

L’association espère que le tribunal annulera cette décision, d’autant plus que le public s’est, lors d’une consultation publique réalisée entre mai et juin 2020, prononcé de manière négative sur l’abattage ; un avis dont le Préfet n’aurait pas tenu compte, souligne OneVoice sur son blog le 17 août 2020, alors que la loi le lui impose.

Illustration bannière : La préfecture de Seine-Maritime veut tuer 1430 renards ©  Milan Zygmunt
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Les gens confondent de plus en plus sentimentalisme idiot et pragmatisme même dans l’écologie – vu l’état de cette « écologie dans ce pays et la désinformation permanente qui y règne, principalement dans les instances poliotiques des « verts » et grâce à l’indigence intellectuelle de l’ednat ; tout ça participe malheureusement d’une certaine logique.
     
    J’ai assez de bouteille pour pouvoir me souvenir des dernières campagnes anti-rabiques et une excellente mémoire, qui me rappelle que les renards sont l’un des vecteurs principaux de l’un des plus terribles virus neurotrope.
     
    Alors, que voulez-vous? Que les renards empiètent de plus en plus dans l’espace urbain et y pratiquent leur sport favori, vider les poubelles à la recherche de nourriture, entraînant bien évidement la venue de rats qui eux, vectorisent infiniment plus de maladies dangereuses – voulez-vous vous retrouver nez à nez dans un coin sombre avec un renard infecté par la rage qui vous attaquera systématiquement? Travailler sur vous-mêmes pour tâcher d’avoir un poil de jugeote et de sens commun vous ferait du bien… à vous comme aux autres.

  2. Tout à fait d’accord, il serait grand temps de former les préfets à la préservation de la nature plutôt qu’à édicter des arrêtés proposés par les associations de chasseurs ou d’ agriculteurs qui ne brillent pas par leur respect de la biodiversité et de la vie sauvage. Ces gens-là considèrent la nature pour les uns comme un terrain de jeu et pour les autres comme un ennemi à dominer. Quel monde plus « vert » nous propose-t-on?

  3. je suis d’accord mais je pense qu’il faut voir plus haut pour la régulation ;l’être humain tue tout ce qui bouge y compris lui même ;quand il n’y aura plus d’humains la terre se portera bien mieux

  4. Moi, j’attends un arrêté pour réguler toutes les conneries que font les Préfets (sous influences)
    Chaque jour je signe moultes pétitions pour aller à l’encontre de décisions débiles que ces ignorants prennent
    Ce sont ces Préfets qu’il faudrait réguler !

Moi aussi je donne mon avis