Savon classique vs. savon d’Alep

Rédigé par Consoglobe, le 21 May 2010, à 12 h 34 min

Comparons le savon d’Alep au savon traditionnel. La naissance du premier savon classique remonte à plusieurs siècles et son efficacité pour nettoyer la peau n’est plus à démontrer. Mais, le savon d’Alep a aussi fait ses preuves…Alors, lequel choisir pour une peau propre sans nuire à la planète ?

Savon classique

Les pour : Efficacité, coût accessible, odeur agréable
Les contre : Risques d’allergies, irritabilité, ingrédients et emballages polluants

Apparu il y a plus de 4500 ans, le premier savon était à l’époque une pâte savonneuse à base de graisse et de carbonate de potassium. Aujourd’hui, plus de 12.000 tonnes de savons de toilette sont produites chaque année dans l’Hexagone…

Composition : les matières premières utilisées pour fabriquer un savon ordinaire sont les matières grasses et la soude (ou la potasse). Mais après la réaction de saponification, le savon fini ne possède ni soude ni matières grasses. Il est constitué principalement de carboxylates de sodium (molécules du savon) et de l’eau. De la glycérine (polyalcool) est souvent ajoutée pour ses propriétés hydratantes.

Lors de la fabrication d’un savon, les matières grasses les plus utilisées sont :

  • la graisse de boeuf,
  • l’huile d’olive,
  • l’huile d’arachide
  • ou encore l’huile de palme.

De nos jours, font partie de la composition des savons classiques :

  • des agents anticalcaires,
  • des colorants,
  • des parfums de synthèse,
  • des conservateurs,
  • des ingrédients antiseptiques,
  • des huiles essentielles extraites de plantes,
  • des agents surgraissants (pour le savon surgras),
  • des agents hydratants,
  • des abrasifs pour les savons exfoliants.

Où acheter des savons de qualité exceptionnelle ? Sur la boutique consoGlobe !

Boutique savons marseille

Environnement : le savon de base est en principe totalement biodégradable. Mais de nos jours, les savons industriels ont des propriétés nocives pour l’environnement en raison de leurs additifs. Certains chélatants (EDTA) peuvent entraîner un risque de bioaccumulation (forte concentration des substances chimiques), et les colorants ainsi que les conservateurs sont difficiles à dégrader.

Dans les années 1970, les phosphates présents dans les savons ont suscité des inquiétudes environnementales, au point que les fabricants ont dû réduire considérablement le pourcentage de phosphates dans les produits. Aujourd’hui, les solutions alternatives, moins néfastes pour l’environnement se développent. On peut actuellement découvrir sur les étalages des nouveaux savons dits “100 % naturels“, biodégradables, sans colorants etc.

D’autre part, en raison de leurs plus ou moins nombreux emballages (film plastique + emballage en carton), les savons classiques sont une source importante de déchets. Toutefois, les savons traditionnels sont moins nocifs pour l’environnement que les gels douches avec leurs emballages plastiques.

Soin de la peau : bactériostatique et fongistatique, le savon est un tensioactif empêchant le développement des bactéries et des champignons. Pendant la toilette, la graisse est entraînée dans l’eau avec les saletés. Cependant, le savon dissout la graisse constituant le film hydrolipidique qui recouvre la peau et qui sert à la protéger. Ainsi, le savon classique assèche facilement la peau.

La peau humaine est d’un pH d’environ 5,5 (acide), tandis que le pH moyen des savons est de 10. D’où les effets irritants potentiels. Certains savons à base de dérivés de pétrole ont un pH de 7 à 5,5, mais leur pouvoir détergeant trop puissant assèche et sensibilise également la peau.

Par ailleurs, la glycérine souvent présente dans les composants du savon, peut constituer un véritable allergisant pour les peaux les plus fragiles et réactives. Certains parfums comme le linalool, peuvent provoquer des réactions inflammatoires. Dans ce cas, il est préférable d’opter pour les pains sans savon.

Coût : le rapport qualité/prix est relativement correct. Selon les marques, il faut compter aux alentours de 2 euros le savon classique de 100g. La durée de vie moyenne d’un savon est de plusieurs mois. Dans le cas d’ un savon de 250 grammes, pour une personne et à raison d’une toilette par jour, la durée de vie est de deux mois environ.

Savon d’Alep

Les pour : 100 % naturel, doux, économique, durée de vie longue, multi-usage, efficacité
Les contre : Odeur forte, allergies possibles, pas disponible partout

Ancêtre du savon de Marseille, le savon d’Alep est né comme son nom l’indique à Alep en Syrie il y a plus de 3000 ans.

Composition : fabriqué à base d’huile d’olive, d’huile de laurier et de soude, le véritable savon d’Alep dont le nom du fabriquant est inscrit dessus, contient peu de composants mais tous d’origine naturelle. Il n’y a donc pas de conservateur, ni colorant, ni parfum de synthèse, ni huile palme dont la culture intensive appauvrit les sols, notamment en Indonésie où la culture du palmier est responsable de la déforestation. Ainsi, le savon d’Alep contient :

  • de l’huile d’olive,
  • un peu d’eau,
  • de la soude caustique naturelle,
  • de l’huile de baies de laurier,
  • parfois de l’argile rouge qui apporte des sels minéraux et des oligo-éléments.

Le Savon d’Alep est fabriqué selon un procédé artisanal qui remonte à des millénaires : l’huile d’olive de la 2ème pression est cuite, avec de l’eau et de la soude naturelle, lentement pendant plusieurs jours.

En fin de cuisson, l’huile de baies de laurier est ajoutée à la pâte pour l’enrichir et la parfumer. Puis, la pâte est étalée, découpée manuellement. Les savons sont ensuite séchés au soleil pendant un mimimum de 10 mois.

Environnement  : les ingrédients du savon d’Alep pur étant 100 % naturels, il est donc biodégradable. Par ailleurs, les emballages du savon d’Alep sont soit inexistants selon les marques ou soit composés d’un petit film plastique qui ne couvre pas tout le savon.

Soin de la peau : l’huile d’olive hydrate et adoucit la peau tandis que l’huile de baie de laurier et ses propriétés antiseptiques, rétablit le film hydrolipidique de protection sur la peau. En fait, c’est la quantité de cette huile (entre 1 % et 20 %) qui confère à ces savons leur valeur et leur efficacité dermatologique.

Quand la teneur en huile de baie de laurier est supérieure à 20 %, le savon d’Alep est recommandé pour traiter l’acné, l’eczéma, le psoriasis, les croûtes de lait et la peau sèche. Cependant, en dépit des composants naturels et de ses propriétés hypoallergéniques, les risques d’allergies ne sont jamais écartés complètement, même si le risque est largement moins présent qu’avec un savon classique.

D’autre part, le savon d’Alep peut se révéler polyvalent. Le savon d’Alep peut être utilisé à l’occasion comme shampoing, masque du visage ou comme mousse à raser.  Dans tous les cas, le savon d’Alep laisse la peau respirer et peut même être utilisé pour la toilette des bébés.

Coût : le savon d’Alep brut est peu cher, il faut compter moins de 3 € pour un savon d’Alep de 200g qui contient 95 % d’huile d’olive. Selon le pourcentage d’huile d’olive et de laurier, il vous faudra débourser un peu plus. On peut parler d’un rapport qualité/prix /durée très intéressant car le savon d’Alep a une durée de vie illimitée.

Attention  : très souvent les prétendus savons “d’Alep” vendus dans le commerce sont fabriqués à base de graisse animale, qui ont la particularité de boucher les pores et donc d’entraîner boutons et autres gênes.

Pour votre savon d’Alep, il faut une base végétale. Vérifiez que la teneur en soude de votre savon d’Alep est faible (moins de 0,5 % de Soude naturelle, issue du sel de mer).

Le verdict consoGlobe

Savon classique : 5 / 10
Savon d’Alep : 8 / 10

Le savon classique, bien qu’il occupe une place de choix dans votre salle de bain depuis des générations, ne semble pas en réalité être la solution la meilleure en terme de respect de l’environnement et pour votre peau !

En raison de ces nombreux additifs chimiques déversés dans les eaux (colorants, parfums, agents de toutes sortes…), le savon classique contribue aux agressions envers la planète, bien que ses propriétés nettoyantes ne soient nullement remises en question.

Le savon d’Alep, quant à lui, avec des composants 100 % naturels et un aspect très économique, devrait très vite influencer votre choix à l’avenir. Bien plus respectueux de l’environnement car biodégradable, le savon d’Alep prend soin de votre peau sans l’agresser.

A lire aussi sur le savon d’Alep : Guide d’achat savon d’Alep

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




7 commentaires Donnez votre avis
  1. j’utilise le savon d’alep depuis quelques années et j’ai totalement remplacé tout gel douche etc par celui ci.seul difficulté ces dernier temps … en trouver ,au vue des évènements.seul bémol les alergiques qui ne peuvent finalement que se satisfaire de cosmétique aseptisée.

  2. J’ ai déjà essayé le salon d’alep mais alors l’odeur mon dieu. Je la trouve trop forte et sans mentir ressemble à une odeur de vomi :/

  3. Bonjour, je suis allergique au savon classique et j’aimerais essayer le savon d’ ALEP. Savez vous s’il existe pour cheveux frisés?

  4. je me lave corps et cheveux avec du savon dalep et j en suis ravie!!!!!!!!!en faite c est mon conjoint qui m a guider sur ce poiny. je fais un toc sur mes cheveux depuis des annees et j ai essaye je ne sais combien de produit ^pour me laver la tete et voila le savon d alep aujourd hui!!!!!!!!!!

  5. allergies au savon d’alep

  6. Wow! C’est complet comme info. Tout ce que je voulais savoir & plus.

    • Je veux bien faire des efforts pour l

Moi aussi je donne mon avis