Saumon : l’Écosse tire la sonnette d’alarme au sujet des antibiotiques

Le saumon a beau être l’une des « cartes de visite » de l’Écosse, sa culture a néanmoins un revers : une récente inspection des exploitations piscicoles de ce pays a montré que les élevages étaient pollués par des antibiotiques.

Rédigé par Anton Kunin, le 8 Nov 2018, à 10 h 38 min

Si les traitements utilisés en aquaculture sont efficaces pour protéger les saumons, ils sont en revanche désastreux pour d’autres espèces se trouvant à proximité, qui en ingèrent avec de l’eau.

Saumon : quasiment toutes les exploitations sont polluées aux antibiotiques

Le saumon, un produit noble ? En tout cas pas pour l’environnement marin. En Écosse, l’un des « hauts lieux » de la culture du saumon, des analyses menées par les pouvoirs publics viennent de mettre au jour un revers peu réjouissant. L’Agence écossaise de protection de l’environnement a effectué 302 prélèvements dans huit exploitations piscicoles, et le constat est sans appel : l’eau de toutes ces exploitations est polluée par l’émamectine, un produit chimique utilisé pour lutter contre les poux qui parasitent ces poissons. Des résidus ont été trouvés dans 98 % des 302 prélèvements.

saumon ecosse

Des fermes d’élevage de saumon en Écosse ©Shoesmith Drones

46 % des prélèvements contenaient par ailleurs du téflubenzuron, un autre pesticide contre les poux… même si ce dernier n’a pas été utilisé depuis son interdiction en 2013 ! Son caractère persistant inquiète, de même que l’étendue de la contamination qui, selon l’Agence écossaise de protection de l’environnement, est plus vaste qu’on ne le pensait jusqu’ici.

L’émamectine ne sera pas interdit immédiatement

L’Agence écossaise de protection de l’environnement vient donc de mandater un groupe de chercheurs pour qu’ils proposent de nouvelles règles sur l’utilisation de l’émamectine. Une fois leurs recommandations livrées, ces dernières seront examinées par le gouvernement. En attendant, l’agence a imposé une limitation sur la quantité d’émamectine qui pourra être utilisée dans les nouvelles exploitations piscicoles. Les exploitations existantes ne sont donc pas concernées par cette mesure.

Une autre campagne d’analyses, menée par cette même agence en 2017, avait montré que 56 des 297 exploitations piscicoles que compte l’Écosse avaient une gestion environnementale « mauvaise », « très mauvaise » voire « risquée ». Seules 81 % des exploitations étaient alors en règle, contre 86 % en 2016.

Illustration bannière : un filet de saumon d’Ecosse © martin gaal
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis