Sables bitumineux. Un désert canadien

Rédigé par Consoglobe, le 12 Sep 2008, à 14 h 19 min

Suite de l’article sur l’exploitation des sables bitumineux au Canada.

La découverte des sables bitumineux, une nouvelle ruée vers l’or

Le développement des villes, lié à l’exploitation des sables bitumineux si rémunérateurs, rappelle les dérives des villes champignons de la ruée vers l’Ouest. La ville de Mc Murray, en plein coeur du gisement de l’Athabasca dans l’Etat canadien de l’Alberta, se situe dans un paysage de mines à coeur ouvert.

La population de la ville a doublé en 10 ans entraînant une explosion des prix immobiliers ; les animaux sauvages (caribous) ont délaissé les environs ; un casino a vu le jour, … et Mc Murray est surnommé « Mc money ». La consommation de cocaïne est l’une des plus fortes du Canada chez les salariés des mines et la prostitution est partout.

En parallèle, le développement des institutions sanitaires ou de protection de l’environnement n’a pas suivi et les conséquences commencent à être très visibles.

Le pétrole canadien, un désastre sanitaire rampant ?

Une petite communauté amérindienne a vu sa vie chamboulée par l’apparition des entreprises exploitant les sables bitumineux.

Developpement durable articleUn rapport réalisé par un expert en 2007 a montré dans la région sud de l’Athabasca un augmentation des taux de mercure, d’arsenic dans les aliments, et d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) qui sont très dangereux pour l’homme et que l’on trouve tant dans le pétrole que la fumée de cigarettes ou la viande grillée au barbecue.

  • Pourtant on trouve des HAP un peu partout dans  l’environnement de cette région.Le lien entre l’augmentation des HAP dans la chair des poissons a été établi, ce qui multiplie le risque de cancer des poissons de 10 fois.

Malgré la multiplication de casde cancers suspects, les autorités sanitaires officielles ont eu tendance à sous-estimer le problème.

Les industriels poursuivent leurs projets gigantesques,avec des conséquences dont on ne comprend pas encore pleinement la gravité. Des rapports commandés par le gouvernement ou les industriels du pétrole concluent que la pollution était déjà là avant l’exploitation des sables bitumineux.

Developpement durable articleEn attendant, l’exploitation continue et le Canada qui est déjà le premier fournisseur de pétrole des Etats-Unis prévoit d’augmenter sa production de pétrole de 160 % d’ici 2015.

Selon le magazine américain Mother Jones, si l’exploitation continue sur ce rythme, les Canadiens pourrait se retrouver avec un tout nouveau désert, 140 000 km2 de désolation.

Il y a pourtant de l’espoir : Un groupe de maire américains a décidé fin juin de ne pas accepter dans leur commune la vente d’essence provenant de l’exploitation de sables bitumineux canadiens et à destination de leur flotte de véhicules municipaux.

Conscients des inconvénients des sables bitumineux, ces élus des Etats-Unis veulent préserver les forêts et l’atmosphère de l’impact désastreux de cette exploitation pétrolière qui est très répandue au Canada mais aussi au Venezuela.Les réserves de pétrole dans les sables bitumineux sont aussi importantes que les réserves de pétrole actuellement recensées.

Sables bitumineux – Le saviez-vous ?

  • Les 59 exploitations de sables bitumineux de l’Alberta forment la plus grande zone industrielle du monde.
  • Il y aurait au Canada l’équivalent de 173 milliards de barils de pétrole dans une région de la taille d’un cinquième de la France. A comparer avec une production annuelle d’environ 116 millions de barils en 2008 dans le monde.
  • L’extraction de 2 barils de pétrole des sables bitumineux consomme l’équivalent d’1 baril de pétrole.

 *

Je réagis

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis