Recycler des smartphones pour en faire… les médailles des JO ?

Tokyo, a annoncé son intention de faire des médailles pour les athlètes une vitrine pour le recyclage et contre l’obsolescence programmée des appareils high-tech.

Rédigé par Valérie Dewerte, le 5 Sep 2016, à 10 h 26 min

Les JO de Rio 2016 viennent de se terminer non sans leur lot de critiques, scandales et polémiques, que déjà les prochains font parler d’eux. La ville hôte des Jeux Olympiques de 2020, Tokyo, a annoncé son intention de faire des médailles pour les athlètes une vitrine pour le recyclage et contre l’obsolescence programmée des appareils high-tech. Une manière, pour le Japon, de réduire ses frais d’organisation des jeux tout en leur permettant d’avoir un impact sur la planète moins élevé.

Des métaux précieux dans smartphones, tablettes et consorts…

Lorsqu’on achète un smartphone ou tout autre appareil technologique, on achète surtout sa rapidité, son stockage, les innovations qui vont avec… Mais on achète aussi les matériaux avec lesquels ils sont fabriqués. Si à plus de 50 % ces appareils sont faits de plastique ou métaux non précieux, ils ont en eux de véritables trésors.
Afin d’améliorer les performances de leurs appareils, les constructeurs n’hésitent pas à utiliser des métaux précieux comme l’or ou l’argent. Selon le site Quartz, ce sont ces métaux qui intéressent les organisateurs des JO du Japon : ils veulent les extraire des carcasses des appareils jetés et obsolètes et les recycler pour produire une partie des médailles des jeux olympiques. Les médailles d’or, bien évidemment (qui ne contiennent en réalité que 5 % d’or et ne valent que quelques centaines d’euros sur le marché), les médailles d’argent ou encore celles de bronze.

Tous savoir sur le recyclage : statistiques mondiales en temps réel

Plus de 100 kilos d’or récupérés en 2014 au Japon dans les déchets

Si le Japon peut se lancer ce pari qui peut paraître fou, c’est qu’il y a des masses d’appareils électroniques dans le pays du Soleil Levant. En 2014, le Japon recyclant déjà ces appareils, pas moins de 143 kilos d’or, 1,6 tonne d’argent et 1,1 tonne de cuivre ont été récupérés dans les décharges.
Ça paraît énorme, mais il faut savoir qu’en moyenne, en 2013, chaque Japonais a jeté 17 kilos d’appareils électroniques. Ça en fait des smartphones…

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. alors pourquoi attendre 2025 pour imposer à tous, au moins, ce même tri sélectif rigoureux sous peine d’astreintes financières ?
    San Francisco aussi y arrive bien ! On ne peut plus se permettre ce luxe…d’autant plus qu’il reste encore à modifier les législations pour pouvoir composter aussi tous les cadavres d’animaux domestiques et d’élevages ainsi que les dépouilles humaines (tous les détails sur humusation.org

Moi aussi je donne mon avis