Potagers urbains : quelques conseils pour récolter des légumes moins pollués

Avoir un potager en ville, c’est possible ! Mais pour déguster des légumes issus de ces potagers urbains sans danger, quelques précautions s’imposent !

Rédigé par Marie Mourot, le 26 Mar 2018, à 17 h 15 min

Depuis quelques années les potagers urbains se sont fortement développés. Ils sont désormais à la portée de tous les citadins, à condition de pouvoir disposer d’un petit espace : jardin partagé, jardin ouvrier ou encore terrasse ou balcon, le potager urbain trouve sa place un peu partout. En revanche, il est davantage soumis à la pollution. Mais pour réduire l’assimilation des polluants par les légumes, il existe tout de même quelques astuces.

Potagers urbains : quelques précautions à prendre pour déguster de bons légumes

Quel bonheur de faire pousser ses légumes et de les récolter ! Il n’est pas question de s’en priver, d’autant plus que cela nous garantie des légumes sans pesticides donc meilleur pour notre santé. Mais qu’en est-il de la pollution urbaine ? Peut-elle contaminer les légumes de nos potagers urbains ?

potager urbain

Un potager sur le balcon © ChiccoDodiFC

Attention aux légumes racines

Une étude menée en 2015 par des chercheurs de l’Université du Kansas aux États-Unis a montré que les légumes cultivés dans des potagers urbains pouvaient être consommés sans danger, à condition de prendre quelques précautions.

Les chercheurs ont analysé différents types de légumes : tomates, choux et carottes. En effet, légumes-fruits, légumes à feuilles et légumes-racines n’absorbent pas les polluants de la même manière. Certains y sont plus sensibles que d’autres.

La majorité des légumes récoltés pendant l’étude contenaient des quantités relativement faibles de polluants et pouvaient être consommés sans danger. Un problème est tout de même apparu avec les carottes. En effet, leur contamination en plomb était beaucoup trop importante et largement au delà des recommandations de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Les chercheurs ont également constaté que les concentrations de plomb et d’arsenic, naturellement présentes dans le sol augmentaient avec l’exposition aux carburants, peintures ou encore pesticides…

Des carottes au potager © Tatiana Volgutova

Faire pousser ses légumes dans des pots

Cependant, selon le professeur Hettiarachchi en charge de l’étude, ce n’est pas une raison pour que les jardiniers urbains arrêtent de cultiver la carotte. Premièrement parce qu’ils ne vont pas en manger tous les jours et deuxièmement parce qu’il existe des solutions.

La plus simple ? Cultiver les carottes et les légumes-racines en particulier dans des pots ou des bacs contenant du terreau propre. Vous réduirez ainsi les risques de contamination par le sol.

Ajouter du compost

Pendant cette étude, l’équipe a également effectué des analyses sur différents compost afin de tester leur capacité à réduire la présence de substances polluantes. Leur conclusion est plutôt rassurante car elle a montré que tous les types de compost étaient capables de faire baisser les niveaux de contamination !

N’hésitez donc pas à en ajouter à votre potager : plus vous augmenterez le volume de terre, plus les polluants seront dilués. De plus, vos légumes absorberont beaucoup moins de polluants si le sol est riche en nutriments.

Un carré potager © sanddebeautheil

Nettoyer ses légumes : l’étape à ne pas négliger

Cela paraît tout bête mais parfois nous négligeons cette étape essentielle. Le professeur Hettiarachchi a en effet rappeler dans son rapport l’importance d’un nettoyage méticuleux de nos légumes. Un nettoyage à l’eau est largement suffisant, à condition d’ôter absolument toutes traces de terre. Pour y parvenir, la brosse à légumes est indispensable !

Illustration bannière : Un potager urbain – © Arina P Habich
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rédactrice web freelance et maman de deux enfants, je me suis toujours sentie très concernée par l'écologie et le développement durable. Constamment en...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis