Un pot de miel sur trois que vous achetez est frauduleux

Vous pensiez acheter du miel, de préférence bio, d’origine française ? Méfiez-vous : ce qui est dit sur les pots de miel vendus en Europe est faux pour un tiers d’entre eux. Ni toujours bio, ni français, ni même forcément… du miel.

Rédigé par Stephen Boucher, le 8 Sep 2017, à 10 h 46 min

Ce n’est pas « du lard ou du cochon« , mais « du miel ou du maïs« … Les députés européens Éric Andrieu, Jean-Paul Denanot, Guillaume Balas, Gilles Pargneaux et Virginie Rozière ont décidé de soulever la question de la fraude qui affecte les producteurs de miel. Ils affirment en introduction de leur question : « Le miel constitue aujourd’hui le troisième produit le plus frelaté dans le monde ».

La Commission européenne a effectivement constaté en testant plus de 2.000 échantillons de miel en 2015 qu’un tiers des pots vendus dans l’UE n’étaient « pas conformes ou soupçonnés de ne pas l’être ». Concrètement : des miels coupés avec du sirop de maïs ou de riz, ou du bio qui n’en est pas. Du miel supposé être « d’origine locale français » mais produit en Hongrie.

On trouve même sur le marché du miel artificiel, constitué à base de sucre liquide et de pollen. Constat confirmé quelques temps auparavant par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes qui constatait que plus  de 40 % des miels analysés en France étaient soit « non conformes », soit « non satisfaisants ».(1)

Jusqu’à 44 % de sirop de maïs dans votre « pot de miel »

La DGCCRF notait d’autres problèmes, tels que la présentation de miels plurifloraux comme issus d’une seule plante, des mentions d’origine erronée, des miels abusivement chauffés, l’absence de date limite d’utilisation optimale (DLUO), des mentions valorisantes (« herbes sauvages ») abusives, l’utilisation également abusive du logotype Indication géographique protégée (IGP) ou d’un label sans en respecter le cahier des charges, ou encore des allégations nutritionnelles et sanitaires non autorisées.

Alors que la demande en miel croît régulièrement en France et que la production de miel diminue, en raison de la mortalité alarmante des abeilles. Henri Clément, secrétaire général de l’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF) relève pour Les Echos : « L’année dernière, les apiculteurs français ont produit moins de 10.000 tonnes de miel. Dans les années 1990, la production française atteignait encore 30.000 à 32.000 tonnes ». Les importations croissent en conséquence. La France est aujourd’hui le cinquième plus grand importateur mondial.

Importations françaises de miel

Le miel arrive de Chine vers l’Allemagne qui centralise et redistribue ensuite le miel à l’Europe toute entière. Malheureusement, il est courant que certains produits arrivent « chinois » et repartent étiquetés « français » ou « espagnols ». Il est toutefois possible pour les spécialistes de détecter cette fraude. En effet, on peut retrouver des traces de pollens de théier dans des miels étiquetés UE, pour un miel sans doute produit en Asie.

  • Chine : 7.200 tonnes
  • Espagne : 6.000 t
  • Ukraine : 3.300
  • Allemagne : 2840 t

La fraude sur le miel affecte toutefois le monde entier. Les députés européens appellent donc à une révision du règlement sur les denrées alimentaires d’origine animale, la mise en place de technologies d’analyse plus poussées et un renforcement des règles de traçabilité et d’étiquetage au sein du marché intérieur.

 

Illustration bannière : Pot de miel © Belish
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. c’est vrai , sur les marchés, quand on fréquente le marché tous les dimanches au même endroit , il y a depuis des années le me^me apiculteur que tout le monde connait et il y a la queue et on discute !!!!!!

  2. N’oubliez pas de remercier les agriculteurs en ce qui concerne la disparition des abeilles !!!

  3. Le miel ne peut pas être bio, car les abeilles font 3Km de rayon pour aller butiner, et l’apiculteur ne sait pas exactement quelles fleurs elles vont butiner, il suffit qu’un champ soit asperger de pesticides à proximité pour que les fleurs soient contaminées.
    J’ai un beau frère qui est apiculteur de passion, pas de métier et il sait où il place ses ruches, de plus là où il habite il n’y a pas de de culture du tout, ce sont des garrigues et des bois.
    Maintenant dire comme Charley qu’il ne faut pas consommer de miel, il doit être vegan car je ne vois pas en quoi c’est gênant d’élever des abeilles, l’Homme a toujours fait cela durant des millénaires et les abeilles sont toujours là, de plus il permet la pollinisation des fleurs la où il n’y a pas ou peu d’abeilles et de bourdons sauvages.
    L’apiculteur est la sauvegarde des pollinisateurs qui disparaitront si les apiculteurs disparaissent. Il n’y a plus assez d’insectes pollinisateurs sauvages à cause des pesticides.

  4. Ne consommez pas de miel. D’abord parce que ce qu’on vous vend n’a rien à voir, souvent, avec ce qu’on vous promet. Et aussi parce que les producteurs de miel font partie de ces humains exploiteurs de la planète et des animaux. Quand on récolte le miel, on exploite les ruches et on détruit le travail réalisé par les abeilles pour élever leur descendance. Et le miel est nullement indispensable. CQFD.

    • A Charley : Absurde : votre intestin « exploite » les bactéries qu’il héberge. Il y a plus de bactéries et autres minuscules « animaux » dans votre corps que de vos propres cellules. Nous existons à travers les autres, fussent-ils si petits qu’ils en sont invisibles. La totalité du monde minéral, animal, végétal, forme un tout , un milieu écologique au sens scientifique, dont il faut préserver l’équilibre, mais la position fanatique que vous exprimez est mortelle aussi pour les animaux et la nature.

    • Bonjour,
      Il y a des apiculteurs honnêtes et sérieux, voir ce que dit Paul Schweizer https://www.youtube.com/watch?v=KLLCMqKhKgM
      De tout temps l’homme a mangé du miel !!

  5. Merci beaucoup pour cette information, c’est très important de savoir!
    Mais votre article serait plus intéressant encore si vous nous donniez des pistes pour éviter de tomber dans ce piège: comment faire pour être sûr de savoir si ce qu’on achète est vraiment pur, vraiment bio, vraiment français…
    Avez-vous une solution? Si on n’a pas un papa apiculteur ou sa propre ruche sur son balcon, à qui faire confiance?

    • Tout simplement allez sur les marchés, achetez votre miel à un petit apiculteur local,il y en a qd mm encore beaucoup en France, renseignez-vous, posez des questions, n’hésitez pas à aller visiter ses ruches… Mais c’est sur, évitez le miel de supermarchés !!

    • Même réponse qu’Estrella ! Pas d’achat de miel en grandes surfaces ni sur les foires. Sur les marchés, s’assurer que c’est bien celui de l’apiculteur, il ne doit pas vendre d’autres productions. Même en magasins bio, les miels proviennent d’autres pays. Un apiculteur local sera plus crédible.

Moi aussi je donne mon avis